"Les premiers, les derniers", un ciné-concert magistral dans le cadre des Nuits Botanique

« Les premiers, les derniers » ciné-concert magistral dans le cadre des Nuits Botanique!
« Les premiers, les derniers » ciné-concert magistral dans le cadre des Nuits Botanique! - © Droits réservés

La magnifique bande originale du film de Bouli Lanners a été interprétée en direct pour nous plonger plus encore dans son ambiance de fin du monde, prenant!

Comme nous l’écrivions il y a peu à propos des musiques de film de Tim Burton, le couple musique/cinéma a le vent en poupe et les projets autour des bandes originales se multiplient (1).

Donner de la chair au son

Le Botanique a eu l’excellente idée de proposer une expérience multidisciplinaire au spectateur : la combinaison parfaite du son et de l’image avec une bande son jouée en temps réel par les musiciens. Une bande originale tendue et crépusculaire, comme le film, signée Pascal Humbert. Après avoir fait les beaux jours des 16 Horsepower, il était revenu au-devant de la scène comme partenaire de Bertrand Cantat sur le projet "Detroit". On retrouve sa patte sur ces  compositions qui prennent aux tripes et qui vous emmènent ailleurs. Un voyage entre tension et légèreté, qualificatif qui s’applique d’ailleurs bien à la soirée.

Car, une fois que l’on accepte cette présence discrète mais inhabituelle des musiciens en bord de scène, on se laisse complètement porté par l’expérience.

"Les premiers, les derniers" est avant tout un film d’ambiance, mais aussi de "gueules". Celles de deux baroudeurs, Bouli et Albert Dupontel, qui étaient décidemment faites pour se retrouver à l’écran. Celles aussi du " vieux " Michael Lonsdale, que l’on avait trouvé si merveilleux en moine de Tibhirine dans "Des hommes et des Dieux" de Xavier Beauvois. Celles, enfin, de deux jeunes perdus dans leur course contre la montre. De peur que la fin du monde n’advienne…

Une lueur au loin

Bouli aime les ambiances grises, vaporeuses, apocalyptiques dans lesquelles on manque de repères. On met un peu de temps à rentrer dans l’atmosphère mais on s’y installe progressivement, pour finalement s’y sentir bercer, presque en apesanteur.

Les cordes et le saxo ont fait merveille ! Que dire alors de la voix de Bertrand Cantat en guise de générique… et de bouquet final.  Hypnotique, presque spirituel, comme ce road movie très réussi qui donne envie de se replonger dans la filmographie de Bouli…

 

François Colinet

(1)  Ce vendredi 20/5 le groupe écossais Archive interprétera en live la bande originale du documentaire "Atomic". Toujours dans le cadre des Nuits Botanique, et toujours au Cirque Royal.

Par ailleurs, le maitre Ennio Morricone dirigera en personne un orchestre qui interpretera ses plus grandes musiques de films, les 25 et 26 juin prochain sur la Place Saint-Pierre de Gand.