Les enfants de la Résistance : 1. Premières Actions

Les enfants de la résistance
4 images
Les enfants de la résistance - © Le Lombard

Voilà 70 ans que la deuxième guerre mondiale a pris fin, en Europe du moins. Et c’est évidemment l’occasion pour les médias, télé et édition, de nous replonger dans cette époque trouble de notre histoire. La Bande Dessinée n’est pas en reste, que du contraire !

Avec Benoït Ers au dessin et Vincent Dugomier au scénario, on sait que la qualité ne peut qu’être au rendez-vous. Et c’est le cas dans ce début de série qui nous emmène dans la France profonde, en compagnie de trois enfants pour qui la guerre va se révéler une rencontre avec le monde, avec l’horreur, avec l’engagement, avec le besoin aussi de mûrir rapidement.

Tout commence dans un petit village, perdu dans la sérénité presque paradisiaque de la province française. Nous sommes en 1940. Et force est de reconnaître que bien des gens n’ont vu et connu en cette époque, que très peu de la guerre : des camions allemands qui roulent, des patrouilles qui occupent les lieux et se veulent proches de la population, des réfugiés qui passent et s’en vont au loin. Force est de reconnaître aussi que bien peu de gens ont conscience que le nazisme est le rouleau-compresseur de l’horreur, et que Pétain, au-delà de l’admiration que le peuple lui porte, ses lance dans un nazisme à la française.

Mais deux enfants, François, fils d’agriculteur, et Eusèbe, fils d’instituteur, décident de résister, comme le fait ce général inconnu, à Londres. La guerre, pour eux, devient ainsi le terrain d’une espèce de grand jeu dont ils ne mesurent pas vraiment les risques, ni même les tenants et les aboutissants. En compagnie d’une petite fille, réfugiée, originaire, semble-t-il, d’Eupen, ils vont conjuguer les sens de l’amitié, ils vont oser se démarquer du monde adulte, ils vont réussir à provoquer de la révolte autour d’eux.

Le scénario de Vincent Dugomier est linéaire, sans à-coups. L’Histoire, la grande, celle qui se vit au quotidien, est ici vue, presque exclusivement, à hauteur d’enfance. C’est au travers de trois regards différents, en effet, que cette époque nous est montrée. Et c’est de ces différences, sociales, " nationales " que naît une histoire qui, ainsi, peut se lire à plusieurs niveaux, tout en s’ouvrant, intelligemment, à tous les publics.

Vincent Dugomier et Benoît Ers nous ont déjà offert une excellente " série ", sombre, puissante, consacrée, elle aussi, à l’adolescence : " Hell School ".

Ici, leur complicité, même si elle s’attache à ce qui devrait être une période extrêmement sombre pour les trois héros de leur histoire, débouche sur un album presque lumineux. Le dessin de Ers, tout en rondeur, tout en sourires ai-je envie de dire, désamorce en quelque sorte ce qui aurait pu n’être que violence, haine, impuissance, douleur. Dans un style non réaliste, Benoît Ers prend un plaisir évident à dessiner les décors champêtres de ce petit village loin de tout, sauf de la guerre… Il prend un identique plaisir à multiplier, avec ce qui ressemble à de la facilité, les perspectives, les angles de vue. Et son plaisir s’accentue encore quand il dessine les mouvements de ses personnages.

Ce qui est remarquable aussi, dans cet album, premier opus d’une série vraiment prometteuse, c’est le travail qui y a été fait sur la couleur. Une couleur un peu " passée ", par moments, lumineuse à d'autres, et qui restitue avec talent les impressions que tout un chacun peut avoir, par ses souvenances de clichés, de films documentaires, de ces années 40 au centre du récit.

Sans être directement inspiré par la réalité, cet album (et tous ceux à venir…) se nourrit d’une vraie documentation, de souvenirs réels d’enfants qui ont vécu la guerre. Et le dossier " pédagogique " qui clôture cet album n’est pas un petit " plus " sans intérêt. Il est, à l’image de tout ce livre, écrit " simplement ", accessible à tous, sans pour autant être simpliste.

Avec ces enfants de la résistance, on se trouve véritablement en présence d’une excellent bande dessinée franco-belge !

 

Jacques Schraûwen

Les enfants de la Résistance : 1. Premières Actions (scénario : Vincent Dugomier – dessin : Benoït Ers – éditeur : Le Lombard)