Les derniers pour la route du lundi 27 mai

Tournage LAD
9 images
Tournage LAD - © Tous droits réservés

A la plage ou dans la jungle, à la montagne ou dans le désert, ils vous accompagneront.

C'est le moment de prendre des notes, d'emmagasiner des titres, de retenir les noms des auteurs que vous lirez cet été. Imaginez vous tranquillement installé sur votre transat, sous le parasol tamisant les rayons du soleil mordant, un long drink raffraîchisant pas très loin, tenant un de ces livres à la main. Certains trouveront plus difficilement que d'autres une place dans votre sac à dos, je vous l'accorde mais ils seront, si le coeur vous en dit, vos compagnons de route ou du moins vos camarades d'un jeu délicieux nommé "farniente".

«La disparition de Jim Sullivan » de Tanguy Viel – Ed de Minuit

Du jour où j'ai décidé d'écrire un roman américain, il fut très vite clair que beaucoup de choses se passeraient à Detroit, Michigan, au volant d'une vieille Dodge, sur les rives des grands lacs. Il fut clair aussi que le personnage principal s'appellerait Dwayne Koster, qu'il enseignerait à l'université, qu'il aurait cinquante ans, qu'il serait divorcé et que Susan, son ex-femme, aurait pour amant un type qu'il détestait.

«Les aventures de Bob Tarlouze T1 : Arrête ton baratin » de Frank Andriat – Ed Ker

Bob a hérité d'un nom de famille qu'il porte en souriant. Il aime la panthère rose, Najmah, sa nounou afghane, le boudin-compote et les enquêtes policières. Il a résolu sa première énigme à quinze ans, au collège, quand Baratin, son prof d'anglais, a été retrouvé égorgé dans sa classe, le corps touné vers La Mecque. Bob est intelligent, gentil et plein d'humour. D'amour pour son prochain aussi, même quand celui-ci se moque de lui. Bob vit des aventures rocambolesques et il ne perd presque jamais son calme. Bob n'est pas et ne sera jamais celui qu'on croit.

« Cowboy Henk» de Kamagurka & Herr Seele – Ed FRMK

Avec sa houppette blonde, Cowboy Henk pourrait être le pendant surréaliste de Tintin. Politiquement incorrect, parfois potache mais tendre aussi, Cowboy Henk est un héros vieux de 30 ans, véritable icône pop et absurde !
Figure incontournable de la culture flamande, il est apparu chaque semaine de 1981 à 2012 dans l'hebdomadaire flamand à gros tirage Humo.
Et quand il traverse la frontière, Cowboy Henk est publié dans la cultissime revue RAW d'Art Spiegelman, avant de faire des apparitions en France dans Fluide Glacial, Psikopat ou Hara Kiri dans les années 80 et 90.
Amateur du nonsense, et heritier direct du surréalisme belge, Cowboy Henk contient autant de références à la bande dessinée américaine classique qu'au dadaïsme. Herr Seele avoue pratiquer un humour vache comme Magritte et sa peinture vache : peinte avec la queue d'une vache.

 

Pablo Bacigalupi, « La Fille automate »,Ed J'ai Lu

La sublime Emiko n'est pas humaine. C'est une créature artificielle, élevée en crèche et programmée pour satisfaire les caprices décadents d'un homme d'affaires de Kyoto. Êtres sans âme pour certains, démons pour d'autres, les automates sont esclaves, soldats ou jouets pour les plus riches, en ce XXIe siècle d'après le grand krach énergétique, alors que les effets secondaires des pestes génétiquement modifiées ravagent la Terre et que les producteurs de calories dirigent le monde. Qu'arrive-t-il quand l'énergie devient monnaie ? Quand le bioterrorisme est outil de profit ? Et que les dérives génétiques font basculer le monde dans révolution posthumaine ?

Tomasz Kizny, La Grande Terreur en URSS 1937/1938, Ed. Noir sur Blanc

Entre 1937 et 1938, les répressions atteignent un pic en URSS : Staline fait assassiner des centaines de milliers de personnes sur tout le territoire. Cette période, qui commence seulement à être documentée suite à l'ouverture partielle des archives, est aujourd'hui désignée comme la Grande Terreur.
De 2008 à 2011, Tomasz Kizny mène une véritable enquête sur cette vague de violence de l'État soviétique contre ses propres citoyens. En Russie, en Ukraine et en Biélorussie, en collaboration avec l'Association Memorial, il réalise un travail photographique qui documente le crime et présente une topographie de la Terreur : lieux d'exécutions et de fosses communes, photographies des proches des disparus, objets retrouvés lors des fouilles...
Le coeur du livre consiste en une série de bouleversants portraits de condamnés, pris dans les geôles du NKVD après leur arrestation et quelques jours avant leur exécution. Il s'agit d'une puissante accusation documentaire du totalitarisme soviétique, qui vient donner un visage aux victimes de Staline.
 

Eric Tasset, « Thomas Passe-Mondes », Ed. Alice & Primento

Thomas Passelande – un orphelin de quatorze ans – vit une existence sans histoire en compagnie de sa grand-mère Honorine. Jusqu'au jour où il découvre qu'il possède le pouvoir de pénétrer dans un univers parallèle, le mystérieux monde d'Anaclasis. Un monde où les villes sont d'immenses organismes doués de raison flottant dans les airs, les sables mouvants de terribles prédateurs et les nuages le terrain de jeu d'immenses vers, non moins redoutables. Un monde où les hommes ont apprivoisé l'étonnante vibration fossile, qui leur permet de se déplacer à la vitesse de la pensée ou de transformer le son en une arme surprenante.

D'aventures en rencontres, Thomas apprend qu'il appartient à l'ordre respecté des Passe-Mondes et qu'un destin hors du commun l'attend depuis toujours. Mais chaque fois qu'une réalité se dévoile, de nouvelles questions surgissent en plus grand nombre encore. Qui est-il exactement ? D'où lui viennent ses talents hors-normes ? Qu'attendent de lui les habitants des Animavilles et ceux des Villes Mortes ? Qui sont les mystérieux guerriers Passe-Mondes qui semblent veiller sur lui depuis Anaclasis ? Quel est l'objectif secret des membres du projet Atlas dans son monde d'origine ? Et puis surtout... qui est le maître de l'île de Ténébreuse, qui a lancé ses sinistres légions d'hommes-scorpions et d'Effaceurs d'Ombres à l'assaut du monde libre, et qui semble rechercher l'alliance de Thomas ?

Les périls s'amoncèlent pêle-mêle devant l'adolescent. Sur sa route se trouvent les clefs du plus grand mystère de tous les temps...

 

« la rose dans le bus jaune », Eugène Ebodé ; Gallimard

"Young Man,

J'ai reçu votre charmante lettre.
Il m'aurait plu de m'entretenir avec vous, même un court instant, de l'année du boycott à Montgomery que vous avez joliment appelée notre "odyssée de l'égalité". Hélas, la médecine m'oblige à garder la chambre.
Non, votre question sur ma résistance dans le fameux bus jaune ne m'agace pas. Ce geste ne fut pas prémédité. Je suis simplement restée assise pour tenir debout. Nous avons, Blancs et Noirs, bravé férocité, intimidations, crachats et intempéries au nom de la dignité humaine. Ah! si vous saviez combien les images des chiens aux yeux luisants, aux babines rouge sang, et lancés à nos trousses lors des marches pacifiques ont mis du temps à s'effacer de ma mémoire. Mais le "I have a dream" de Martin Luther King, ponctué de vibrants "Yes sir!" devant le Lincoln Memorial à Washington, résonne encore en moi comme un puissant hymne de fraternité.
J'ai côtoyé des êtres exceptionnels et des gens haineux et stupides! Ils venaient de tous les camps, y compris du nôtre. Dans le texte que je vous envoie, je parle enfin de Douglas White junior, ce Blanc qui voulut s'asseoir à ma place et que l'histoire a ignoré. Il fait partie de ces incroyables personnages que le combat pour les droits civiques m'a aussi permis de découvrir. Lisez-moi, young man, et n'oubliez pas de me répondre, ne n'oubliez pas.
Rosa"

« Assassinés » de Jean-Christophe Buisson – Ed Perrin

L'histoire est tragique et accouche toujours dans la violence, comme le dit Marx. On en aura la preuve en lisant cet ouvrage d'investigation historique qui raconte ? de l'Antiquité à nos jours ? l'histoire méconnue, déformée ou oubliée d'assassinats majeurs tant par les personnalités frappées que par les conséquences engendrées.
Embrassant les siècles et les continents, Jean-Christophe Buisson surprend par des révélations et surtout un art du récit qui lui fait aborder chaque cas à partir de structures narratives différentes et originales. Parfois comme un compte à rebours, parfois du point de vue du bourreau, d'autres fois en suivant la victime ; le plus souvent dans une mise en parallèle chronologique des destins de l'assassin et de l'assassiné jusqu'au moment de leur rencontre fatidique. Au final, quinze chapitres qui sont autant de thrillers mettant en scène attentats, meurtres, complots, exécutions et coups d'Etat