Les "derniers pour la route" de ce lundi 19 septembre

4 images
- © rtbf

En cette veille de Noël, un peu, beaucoup de tout pour tous les goûts !

"Gérard Mercator et le premier atlas du monde : le monde en cartes" - Ed Fonds Mercator

A l’occasion du 500ème anniversaire de la naissance de Gérard Mercator, le Fonds Mercator publiera, en coédition avec Faksimile Verlag (Munich), une nouvelle monographie complète sur la vie et l’œuvre du célèbre cartographe et notamment sur son chef d’œuvre, L’Atlas de L’Europe de 1595, le premier atlas mondial. Déjà considéré par ses contemporains comme un scientifique remarquable, Gérard Mercator est encore aujourd’hui perçu comme une référence culturelle et historique, étant l’inventeur de la notion d’ « atlas » et de la projection qui porte son nom, encore utilisée aujourd’hui, et le premier géographe à avoir conçu une représentation de notre monde. Ses cartes et son Atlas, fondements de la géographie et de la cartographie actuelle, seront rassemblées dans cette publication, et l’Atlas y sera entièrement reproduit. L’ouvrage, richement illustré et complété par plus de 200 pages d’illustrations des cartes de Gérard Mercator, présentera un essai de Thomas Horst, historien de la cartographie renommé, et offrira au lecteur une vision complète de l’histoire de Mercator et de son œuvre, renouvelée par les découvertes et les avancées scientifiques de ces dernières années.






"Sketchtravel" – Ed. Chêne
Sur l'initiative des illustrateurs Daisuke Tsutsumi et Gérald Guerlais, 71 artistes internationaux de la BD, de l'illustration et de l'animation se partagent depuis 2006 un carnet de croquis. Sketchtravel est le résultat de cette belle aventure humaine ! Poétiques et souvent drôles, les illustrations rassemblées dans cet ouvrage totalement inédit sont aujourd'hui offertes à tous, avant que le carnet original ne soit vendu aux enchères au profit de l'association Room to Read.



"Le frère du pendu" de Marianne Sluszny – Ed La Différence
Toi, Cécile Kovalsky, premier roman de Marianne Sluszny, évoquait une légende familiale et le malheur d’une diaspora juive émigrée à Bruxelles, moins intégrée qu’elle ne le croyait. Marianne Sluszny revient sur ces thèmes dans Le Frère du pendu. Thomas, jeune cinéaste désespéré par sa rupture avec Rivka, fille de juifs orthodoxes, découvre dans un coffre lui appartenant une série de cahiers racontant la vie d’un aïeul de son ex-fiancée, un certain Meier, né en 1880 à Siedlice en Pologne. Il se passionne pour l’existence de cet homme, éternel exilé, révolté par la pendaison de son frère Saul par les cosaques en 1905, et décide de réaliser un film sur le destin mouvementé de ce personnage.






"Les indignations de la bécasse : Chroniques du 21ème siècle" de Huguette de Broqueville – Ed Michel De Maule
La bécasse est un petit reporter intemporel et atypique. Sa supposée naïveté lui permet de dire tout ce qu'elle pense aux grands de ce monde - avec indignation, insolence ou humour. Elle parcourt la Terre entière, se glisse dans la peau de chacun et tente de déceler, chez les puissants, les ressorts secrets qui font l'Histoire. Elle vit cent vies et ne sait plus, à certains moments, qui elle est tant la violence du monde bouleverse ses certitudes. De 2001 à 2011, de l'attentat du World Trade Center à la mort de Ben Laden, dix ans d'Histoire et d'émotions la traversent, qu'elle métamorphose sur la page. Au lecteur de lui donner forme et visage. Ces textes impertinents, parus dans différentes revues, sont réunis ici pour la première fois en un recueil. Ironiques, drôles, parfois féroces, ils s'adressent à tous.




"Pierre Lahaut: Portraits et autoportraits" - Ed Fonds Mercator
A travers cet essai, Françoise Lalande dresse le portrait de Pierre Lahaut. Véritable dialogue entre l’auteur et l’artiste plasticien, la poésie des textes de Françoise Lalande accompagne les œuvres de Pierre Lahaut. Si Pierre Lahaut est un peintre qui s’inscrit et qui compte dans l’histoire de l’art de Belgique, il est aussi un électron libre, captant les évolutions de la peinture pour les modeler à son unique volonté. Toute son œuvre en témoigne : depuis ce tableau au destin mystérieux, Les Oignons roses, fausse nature morte, en passant par les abstractions sombres des années soixante, puis par le minimalisme poétique qu’il appelle « hyperréalisme », pour arriver à une peinture ludique, lointaine et secrète héritière du surréalisme qui ramollissait et transformait les objets. Pierre Lahaut joue à se faire peur, et dans sa peinture l’équilibre est fragile, l’opaque devient transparent, l’instable triomphe, mais en douceur, et s’il y a violence, elle sera secrète, car ici, tout est finesse : variations dans la répétition, variations pour mieux avancer vers ce qu’on pourrait nommer « liberté ».




"Gérard Mercator et le premier atlas du monde : le monde en cartes" - Ed Fonds Mercator

A l’occasion du 500ème anniversaire de la naissance de Gérard Mercator, le Fonds Mercator publiera, en coédition avec Faksimile Verlag (Munich), une nouvelle monographie complète sur la vie et l’œuvre du célèbre cartographe et notamment sur son chef d’œuvre, L’Atlas de L’Europe de 1595, le premier atlas mondial. Déjà considéré par ses contemporains comme un scientifique remarquable, Gérard Mercator est encore aujourd’hui perçu comme une référence culturelle et historique, étant l’inventeur de la notion d’ « atlas » et de la projection qui porte son nom, encore utilisée aujourd’hui, et le premier géographe à avoir conçu une représentation de notre monde. Ses cartes et son Atlas, fondements de la géographie et de la cartographie actuelle, seront rassemblées dans cette publication, et l’Atlas y sera entièrement reproduit. L’ouvrage, richement illustré et complété par plus de 200 pages d’illustrations des cartes de Gérard Mercator, présentera un essai de Thomas Horst, historien de la cartographie renommé, et offrira au lecteur une vision complète de l’histoire de Mercator et de son œuvre, renouvelée par les découvertes et les avancées scientifiques de ces dernières années.






"Sketchtravel" – Ed. Chêne
Sur l'initiative des illustrateurs Daisuke Tsutsumi et Gérald Guerlais, 71 artistes internationaux de la BD, de l'illustration et de l'animation se partagent depuis 2006 un carnet de croquis. Sketchtravel est le résultat de cette belle aventure humaine ! Poétiques et souvent drôles, les illustrations rassemblées dans cet ouvrage totalement inédit sont aujourd'hui offertes à tous, avant que le carnet original ne soit vendu aux enchères au profit de l'association Room to Read.



"Le frère du pendu" de Marianne Sluszny – Ed La Différence
Toi, Cécile Kovalsky, premier roman de Marianne Sluszny, évoquait une légende familiale et le malheur d’une diaspora juive émigrée à Bruxelles, moins intégrée qu’elle ne le croyait. Marianne Sluszny revient sur ces thèmes dans Le Frère du pendu. Thomas, jeune cinéaste désespéré par sa rupture avec Rivka, fille de juifs orthodoxes, découvre dans un coffre lui appartenant une série de cahiers racontant la vie d’un aïeul de son ex-fiancée, un certain Meier, né en 1880 à Siedlice en Pologne. Il se passionne pour l’existence de cet homme, éternel exilé, révolté par la pendaison de son frère Saul par les cosaques en 1905, et décide de réaliser un film sur le destin mouvementé de ce personnage.






"Les indignations de la bécasse : Chroniques du 21ème siècle" de Huguette de Broqueville – Ed Michel De Maule
La bécasse est un petit reporter intemporel et atypique. Sa supposée naïveté lui permet de dire tout ce qu'elle

"Ca l’affiche mal : le meilleur du pire du cinéma du monde" de Jean-Pierre Putters - Ed La Muette

En matière de film de genre - récits préhistoriques, guerre, karaté, aventures, science-fiction, fantastique, gore, héroïc-fantasy - les affiches ghanéennes ont la cote et les prix montent. Des expositions s'organisent dans le monde entier (à gauche, celle de Chicago). Tout un public s'interroge sur cette forme d'expression. On parle déjà de peinture automatique, comme jadis pour les écrivains surréalistes... Le Ghana est un charmant pays d'Afrique de l'Ouest, situé entre la Côte d'Ivoire et le Togo. Au début des années 80, les belles salles équipées en 35mm, vestiges des fastes de l'Empire Britannique, avaient disparu depuis belle lurette. Avec les débuts de la vidéo, quelques firmes s'avisèrent de répandre la bonne parole dans les coins les plus reculés du pays et formèrent des "techniciens pilotes" prêts à partir à l'aventure. C'est parfois avec une seule télévision et un magnétoscope que ces chevaliers de la culture sillonnaient les routes, s'arrêtant chez un commerçant, sous une tente ou en plein air. Les responsables chargèrent quelques artistes locaux d'imaginer à leur guise, non pas le visuel le plus conforme au scénario original du film à projeter, mais le poster idéal censé impressionner la population. Le symbolisme ghanéen dans le domaine du visuel cinématographique reste, on le verra, d'une rusticité exemplaire. L'artiste préfère le choc au chic, le fantasme au réel, faisant partager avec une belle innocence ses craintes, sa crédulité, voire ses rites ancestraux. En clair : le poids des maux et l'échec des photos (aviez-vous reconnu, en médaillon, Nicolas Cage, Tom Cruise et Sean Connery ? Ou encore, ci-contre, le fameux "Jaws", adversaire de James Bond dans The Spy who loved me ?) Cela nous vaut aussi cette prolifération de têtes de morts, explosions de sang, tortures raffinées, armes surdimensionnées, muscles saillants, décapitations, squelettes en vadrouille, membres coupés, reptiles à foison, malformités diverses, tout un bestiaire monstrueux finement brossé en des couleurs délicieusement criardes. Et l'ambiance, déjà doucement drolatique, prend des proportions inattendues lorsque l'auteur entreprend un périlleux parallèle pictural entre cet art naïf typiquement ghanéen et une école polonaise au symbolisme un peu plus intellectuel.



  
"Meurtres pour mémoire" de Didier Daeninckx & Jeanne puchol – Ed. Futuropolis
Paris, octobre 1961 : pendant que des milliers de manifestants algériens se font matraquer - et, pour certains, massacrer - par les forces de l'ordre, Roger Thiraud est abattu par un CRS. Toulouse, 1982 : Bernard Thiraud, fils du défunt, est tué à la sortie de la préfecture où il compulsait des documents. Fraîchement nommé dans la Ville Rose, l'inspecteur Cadin a du pain sur la planche d'autant que les situationnistes font tourner la mairie en bourrique. Progressivement il va établir un lien entre ces morts que séparent deux décennies : les Thiraud, tous deux enseignants, se passionnaient pour l'histoire de leur ville natale, Drancy

"Vampires : De la légende au mythe moderne" de Jean Marigny - Ed de La Martinière
 Le vampire a fait son apparition au cinéma dès les premières années du XXe siècle. Un siècle plus tard, il continue de fasciner les spectateurs et il est devenu l'un des principaux personnages du cinéma fantastique. Comme dans la littérature, l'image du vampire n'a cessé d'évoluer. Ce livre remonte, à travers plus de 200 documents d'illustration exceptionnels, à l'origine du mythe des vampires. Après un tour d'horizon mondial présentant les différents ancêtres du vampire moderne, l'auteur retrace la naissance et l'évolution de la figure du vampire, les modèles historiques qui l'ont inspiré, l'apparition de la légende au XIXe siècle, véhiculée d'abord par la littérature puis, dès le XXe siècle, par une profusion d'œuvres cinématographiques.


"Est-ce que le bruit dans ma tête te dérange ?" de Steven Tyler – Ed Michel Lafon

« Des histoires inracontables, j en ai plein trop et je vais toutes te les révéler. En version intégrale, bien décapante : débauche, sexe et drogue, transcendance et dépendance, tout ce que tu as toujours eu envie de savoir, et même plus. La vérité, rien que la vérité : les prodigieuses aventures de Steven Tyler, de la bouche du maître, à bout portant, entre tes deux yeux. »
Confessions d un enfant du rock