Le coronavirus donne des sueurs froides à l'industrie du gaming: la GDC 2020 reportée

The Last of Us, qui dépeint une humanité quasi-éradiquée par une pandémie, dont le deuxième opus est une victime collatérale du coronavirus
The Last of Us, qui dépeint une humanité quasi-éradiquée par une pandémie, dont le deuxième opus est une victime collatérale du coronavirus - © Capture d'écran You Tube

Avec l'épidémie de coronavirus, l'activité manufacturière de la Chine a atteint son plus bas niveau historique en février. Une situation économique incertaine commence sérieusement à affecter certaines industries, tout particulièrement celles dépendants de composants électroniques. Parmi elles, l’industrie vidéoludique montre certaines craintes, tant du côté de la production que dans la participation et l’organisation d’événements, tels que les compétitions d’esport ou les salons.


►►► Le coronavirus touche l’informatique : pièces détachées introuvables, délais de livraison allongés


Il y a tout d’abord eu, début février, cette annonce du CEO de Nintendo, Shuntaro Furukawa, comme quoi certains retards dans la production de sa dernière console, la Switch, et certains accessoires, seraient "inévitables". Une analyse de Ken Rumph, dans le South China Morning Post, estime que si la diminution de l’activité chinoise devait durer plus d’un mois cela pourrait affecter la sortie des nouvelles consoles, PS5 et Xbox series X, à l’automne 2020. Le secteur est ultra-dépendant de la Chine pour sa production d’hardware : selon Niko Partners, 96% des consoles vendues aux États-Unis sont produites en Chine.

Début du mois de février, Valve a annoncé que son casque de réalité virtuelle serait distribué en moins grandes quantités dans les prochains mois, alors que la sortie du dernier opus d’Half Life, "Half Life : Alyx", en VR, est prévue pour le mois de mars et suscite beaucoup d’excitation chez les gamers. L’annonce de ce jeu en VR a d’ailleurs fait monter les ventes de casques de réalité virtuelle.

Toujours selon Rumph, la sortie de certains jeux vidéo pourrait être affectée : en effet, les plus grosses boîtes de création de jeux vidéo, tels que Blizzard, EA ou Ubisoft, ont toutes des studios de développement et des sous-traitants en Chine, tant du côté de la production 3D que du portage des jeux (c’est-à-dire leur adaptation sur une nouvelle plateforme). Une des premières victimes est le jeu "The Outer Worlds", de Private Division, qui voit sa version Switch reportée, le coronavirus ayant impacté son partenaire chinois.

Annulations en cascade... et report de la GDC 2020

Au-delà de la création des jeux vidéo, et de la production des hardwares, c’est également toute la sphère événementielle autour du gaming qui est impactée. Une annonce qui a fait grand bruit est celle de l’annulation de la participation de Sony au salon PAX East, considéré comme un des plus gros salons du jeu vidéo, et où la firme prévoyait notamment de révéler une première démo jouable de "The Last of Us Part II", exclusivité PS4 très attendue.

Mais c'est clairement la Game Developers Conference (GDC) de San Francisco, autre grande messe annuelle dans le monde du gaming, qui est le plus touchée par les annulations en cascade. Facebook, Sony, Microsoft, Unity et Kojima Studio (pour ne citer qu'eux) ont annoncé, par précaution envers leurs employés, ne pas y participer. Les organisateurs de l'événement on finalement décidé de reporter le salon, sans pour autant expliquer pourquoi.

"Par souci pour la santé et la sécurité de nos employés, de nos partenaires en développement et de la communauté GDC, Facebook ne participera pas à la conférence des développeurs de jeux de cette année en raison de l’évolution des risques pour la santé publique liés à COVID-19" a déclaré un porte-parole de Facebook. "Nous avons estimé que c’était la meilleure option car la situation liée au virus et aux restrictions de voyage dans le monde change chaque jour" a par ailleurs déclaré Sony, à nos collègues Games Industry.

Du côté de Microsoft, qui a annulé sa venue ce jeudi, il est prévu de compenser par un événement purement digital, diffusé en streaming, où se dérouleront les interventions et conférences initialement prévues à la GDC.

Si les plus grosses boîtes peuvent se permettre d'annuler leur venue en dernières minutes, pour les développeurs indépendants, ce report de la GDC 2020 peut être difficile à supporter financièrement : beaucoup investissent pour pouvoir participer à l'événement, qui permet une belle visibilité à leurs créations. Plusieurs acteurs du secteur (gamedev.world ou encore Wings Interactive) ont lancé des cagnottes afin d'aider ces développeurs à supporter le coût du report du salon : les "GDC relief".

Vu cette marée d'annulations, et le développement du coronavirus sur tous les continents, certains commencent à craindre pour l'E3, le plus grand salon jeu vidéo, qui se déroulera début juin à Los Angeles.

Un secteur particulièrement touché par le coronavirus est celui de l’esport, très populaire en Asie. Des championnats de League of Legends, de l’Overwatch League, ou de PUBG ont été annulés, reportés ou se sont déroulés en ligne, sans rassemblement de masse. Deux équipes chinoises d’Overwatch ont même déménagé en Corée du Sud.

Un confinement qui pousse à… jouer

Mais la quarantaine imposée à des millions de chinois, et la peur autour d’une contagion, ont tout de même un effet positif : les Chinois s’occupent comme ils peuvent, et jouent donc plus aux jeux vidéo, tout particulièrement sur mobile : le téléchargement de jeux sur iOS a connu une belle croissance de 27.5%. Du côté des PC, la plateforme Steam a connu un nouveau record mondial de 18,8 millions de connexions simultanées ce 2 février, soit 300.000 de plus que le précédent record, âgé de deux ans.

En ces derniers jours du mois de février, l'épidémie touche l'ensemble des continents, et plusieurs foyers se sont développés en Europe (Italie), Moyen-Orient (Iran) et Asie (Corée du Sud). La situation n'est donc pas sur le point de s'apaiser, même si certains experts estiment que l'arrivée du printemps pourrait freiner la propagation du virus. L'impact de l'épidémie sur l'industrie du gaming deviendra donc certainement encore plus grand dans les prochaines semaines, voire les prochains mois.