Le choix des chroniqueurs du lundi 25 mars

Daphné Van Ossel et Michel Dufranne
3 images
Daphné Van Ossel et Michel Dufranne - © Tous droits réservés

Elles en ont de l'audace et en prime, elles font parler nos chroniqueurs!

Un thriller d'une auteure Saoudienne, Raja Alem et le portrait de Françoise Giroud brossé par Alix de Saint-André, ce sont les coups de coeur de Daphné Van Ossel et Michel Dufranne.

Raja Alem," Le Collier de la colombe", Stock/La Cosmopolite Noire

Une femme est retrouvée nue, assassinée, le visage défoncé, dans un passage de La Mecque. Cette affaire émeut profondément les habitants de ce quartier et vient réveiller de lourds secrets de famille, d’amours interdites, mais aussi de malversations financières, au sein d’une ville dont l’architecture et le patrimoine religieux excitent la convoitise des sociétés immobilières.
L’inspecteur Nasser est chargé de l’enquête, ce qui rompt pour un temps sa routine et sa solitude. Afin d’identifier la victime, il plonge dans les existences tourmentées de deux femmes portées disparues, Aicha et Azza. Institutrice répudiée par son mari, Aicha entretenait en effet une correspondance amoureuse avec un médecin allemand, dont l’inspecteur se délecte. En même temps, il parcourt le journal intime de Youssef, jeune historien amoureux de l’architecture de La Mecque tout autant que d’Azza, jeune femme déterminée à ne laisser aucun sentiment l’asservir.
Mais Nasser va croiser des fantômes plus inquiétants. La corruption règne dans cette ville tiraillée entre ses traditions ancestrales et l’élan brutal vers la modernité. La Mecque semble se confier au lecteur, en révélant les enjeux complexes dont elle fait l’objet. Et très vite, on comprend que c’est le coeur sacré de cette ville, la Kaaba, qu’il faut sauver.
 

"Histoire d'une femme libre" de Françoise Giroud - Ed Gallimard

"Été 1960. Françoise Giroud vient de subir le plus grand échec de son existence : sa mort. De nombreux verrous bloquant la porte de sa chambre, une dose plus que létale de poison avalée, le téléphone débranché, elle avait tout prévu... sauf que deux solides gaillards iraient jusqu'à défoncer une cloison pour l'arracher à un coma déjà profond. Il lui faudra vivre.
Plaquée par Jean-Jacques Servan-Schreiber, sa passion, et virée de L'Express, ce journal de combat qu'ils avaient fondé ensemble, en brave petit soldat, elle repart pour la guerre avec la seule arme dont elle dispose : sa machine à écrire."
Alix de Saint-André.

Après sa tentative de suicide, Françoise Giroud écrivit Histoire d'une femme libre, récit autobiographique, dont Alix de Saint-André a retrouvé le manuscrit qu'on croyait détruit. On y retrouve la voix d'une femme d'exception, complexe, lucide, et formidablement courageuse. Au milieu d'une vie tourmentée, elle dresse à la point sèche le portrait des mondes et des hommes qu'elle a croisés.