Le choix des chroniqueurs du lundi 20 mai

Julie Huon, Michel Dufranne et Murielle Marchand
3 images
Julie Huon, Michel Dufranne et Murielle Marchand - © Tous droits réservés

Littérature et cinéma forment un couple de choix. Un ménage à deux à la page.

A l'occasion du Livr(é)s à domicile dédié à Ariane Le Fort, nos Chroniqueurs, Julie Huon et Michel Dufranne sortent de leurs chapeaux, deux coups de coeur qui flirtent avec le 7ème Art. Deux fictions qui nous plongent dans les arcanes de la création, des studios américains et de leurs stars en puissance ou en devenir. Suspens, charme et action au fil des pages comme dans un long métrage

Xavier Mauméjean, « American Gothic », Alma Ed

Hollywood vit les heures troubles du maccarthysme. Les enquêtes s’entrecroisent autour d’un mystérieux auteur de contes et légendes urbaines dont le succès populaire est immense.
Jack L. Warner, le puissant patron de la Warner Bros veut damer le pion à son rival Disney. Il décide d’adapter pour le grand écran Ma Mère l’Oie, un recueil de contes, contines, anecdotes et légendes urbaines dont les Américains raffolent, plus populaire que Moby Dick ou Le magicien d’Oz. Mais nous sommes en 1953, à l’heure de la guerre de Corée et de la " chasse aux sorcières ", menée par le sénateur McCarthy. Warner ordonne qu’on enquête sur l’auteur de Ma Mère l’Oie, un certain Daryl Leyland. La mission est confiée à l’un des obscurs scénaristes qui attendent leur heure dans les coulisses d’Hollywood : Jack Sawyer. À lui de " nettoyer " la biographie de Leyland, rectifiant tout ce qui heurterait le conformisme moral et politique. Ainsi s’ouvre le dossier Leyland. Par recoupements, l’enquête croise témoignages, fiches, rapports, chansons, poèmes, saynètes… American Gothic voyage à travers les États-Unis et son histoire à la recherche de ce gamin de Chicago et du dessinateur Van Doren, tous deux, initiateurs d’un imaginaire brut.

«Un été avec Louise » de Laura Moriarty – Ed Fleuve Noir

Août 1922. Louise Brooks a 15 ans.
Cette future icône du cinéma muet intègre la prestigieuse école de danse de Denishawn et touche du doigt son rêve : quitter sa ville étriquée du Kansas pour la flamboyante New York.
Seule ombre au tableau, ses parents lui imposent une chaperonne, Cora Carlisle. Une femme aux antipodes de la jeune Louise, avec des valeurs, le souci des convenances, mais aussi de lourds secrets... Car si Cora se porte volontaire pour accompagner la jeune fille, c'est avant tout pour pouvoir partir sur les traces de son propre passé obscur.
Elle n'imaginait pas que préserver la vertu de sa protégée s'avérerait aussi difficile. Louise, avec son air mutin, son petit carré noir soyeux à la frange bien dessinée, attire les regards, elle a soif de liberté et entend bien profiter de cette ville enchanteresse qui foisonne de théâtres, résonne d'un jazz enivrant et fourmille d'hommes. Ces cinq semaines passées ensemble vont changer le cours de leur vie à jamais....