Le choix des chroniqueurs du lundi 18 mars

Joumana Haddad
3 images
Joumana Haddad - © Tous droits réservés

De l'italie au Kenya en passant par le Liban, au fil des mots et des romans.

Succombez aux charmes de l'Orient dans Livr(é)s à domicile avec l'écrivaine libanaise Joumana Haddad, qui défie les lois du machisme et du patriarcat à travers ses écrits empreints d'un nouveau féminisme modéré où l'animus rend à l'anima ce qu'il lui doit et vice-versa et laissez vous entraîner par nos chroniqueurs Laurent Dehossay et Michel Dufranne, sur la voie de l'écriture sans fard ni concessions.

Helle Vincentz," La Vierge africaine", Prisma Noir

Fermer les yeux sur le viol, le meurtre et la corruption pratiqués au Kenya par Dana Oil, la compagnie pétrolière danoise où elle travaille, ou faire taire les terribles accusations contre son employeur ?
Caroline Kayser, trentenaire ambitieuse et cynique, envoyée à Nairobi pour résoudre un conflit dont nul ne mesurait la portée, doit choisir entre sa mission et la vérité. Confrontée à l’hypocrisie de son entreprise, objet d’une effrayante chasse à l’homme dans les bas quartiers de la ville, pourra-t-elle, si elle reste en vie, sortir indemne de cette mission cauchemardesque ?
 

"Leçons de nu" de Walter Siti - Ed Verdier

Quelque chose dans la vie de Walter, un banal professeur d’université, se casse. Le voici conduit plus loin qu’il ne le craignait dans le théâtre des séductions pornographiques, des crimes familiers, et dans les replis sans fin de sa conscience et de son cœur mis à nu. Ainsi commence, entre dîners académiques et compétitions de culturistes, amitiés et trahisons, infamies et jalousies, scènes de drague rocambolesques et relations sexuelles souvent scabreuses, parfois lyriques, la biographie d’un homosexuel métaphysique. Une vie sans relief peut se révéler monstrueuse.
Mais les Leçons de nu ne portent pas sur le seul destin d’un individu singulier. C’est aussi le roman de l’Italie des années quatre-vingt. La question, alors, n’est pas seulement : que reste-t-il de nos amours ? mais bien : que reste-t-il de nos rêves d’émancipation et de libération ? La pornographie homosexuelle est un filtre pour raconter ce qui se joue dans les affaires des hommes et des femmes confrontés à un monde à la dérive, et il faut à Siti tout le courage et l’art de la mise à nu pour se mesurer à cette disparition.