Le choix des chroniqueurs du lundi 13 mai

Thierry Bellefroid et Michel Dufranne
3 images
Thierry Bellefroid et Michel Dufranne - © Tous droits réservés

De la poésie au récit d'anticipation, des mondes et des cosmogonies se créent selon les auteurs! Invitation aux voyages intérieurs..

Les revenants sont parmi nous, sous la houlette de nos chroniqueurs. Gorian Delpature ressuscite le poète, illustrateur et graveur William Blake tandis que Michel Dufranne s'enfonce aux frontières du réel dans un univers fantastique peuplé de morts-vivants . Même pas peur !

«L’homme des morts » de V.M. Zito – Ed orbit

L'infection zombie a séparé les Etats-Unis en deux. L'Est, la Zone Libre, est complètement bouclé : personne n'y entre, personne n'en sort. L'Ouest, la Zone Occupée, a été abandonné aux morts. Henry Marco est pourtant resté dans le Nevada. Mercenaire au service des familles de l'Est, il traque et tue les zombies qu'on lui désigne, permettant aux proches de faire leur deuil. Maintenant le Ministère de l'Intérieur a besoin de lui pour une mission délicate : retourner en Californie, où tout a commencé.
Retrouver un homme. Rapporter un secret. Mais dans l'Ouest ravagé de l'Amérique, tout est possible. Surtout le pire
 

"Le mariage du ciel et de l'enfer" de William Blake (nrf poésie/Gallimard)

Longtemps présenté comme un précurseur ou un "pré-romantique", William Blake (1757-1827) apparaît bien plus désormais comme un génie singulier, un visionnaire au sens absolu du terme, auteur d'une œuvre irréductible et multiforme. Dessinateur, graveur, peintre, aquarelliste autant que poète, philosophe et mystique, il est celui qui a le plus intimement décliné le pictural et le verbal afin de témoigner, par une mise en miroir, des résonances et des énigmes d'une même réalité.
Farouchement libre et solitaire, opposé à tous les dogmes, il crée à la manière d'un prophète insoumis qui, après avoir célébré un Dieu sauveur, découvre le versant sombre et cruel de la Création, au point de procéder à une véritable inversion des valeurs. À cet égard, Le Mariage du Ciel et de l'Enfer, texte sarcastique s'il en est, se développe comme une charge violente et inspirée contre les églises, les lois et les conventions morales.