Le bon conseil d'Electric Chateau : "Don't be so hard on yourself"

Sur fond bleu (guitare) électrique, Electric Chateau se dandy (ine) en collant moulant et chemise à froufrou bien repassée. De quoi vous aider à relativiser ce second confinement.

Les rockeurs bruxellois vous donnent un conseil plutôt malin dans leur dernier clip intitulé "Don’t be so hard on yourself". Alors si vous êtes en PLS au fond de votre lit depuis le début de ce second confinement, laissez Electric Chateau vous susurrer ceci : "Ne soyez pas trop dur avec vous-même, il y a de la lumière au bout du tunnel".

Influencés par le rock anglais des années 60, les dandys d’Electric Chateau mélangent plusieurs influences dans leur musique : de la soul, du blues et du krautrock. Le groupe est lui-même nourri de diverses expériences musicales : le chanteur guitariste Geoffrey Hautvas a joué dans les Vismets et dans le groupe d’Antoine Chance, le bassiste Maxime Honhon est parti en tournée avec Konoba et le batteur Nicolas Scalliet avec Machiavel.

Faire du rock en 2020, c’est couillu ou boomer ? "Le rock n’est pas mort, les braises sont encore chaudes et il suffirait de pas grand-chose pour que le feu reprenne." Electric Chateau est en tout cas prêt à rendre au rock ses lettres de Noblesse (Oblige).

Le premier album d’Electric Chateau est composé de dix chansons rodées lors d’une tournée de 24 dates en Italie et enregistrées à l’ancienne sans superflu. On est plutôt contents en écoutant le reste de l’album, de découvrir que parmi celles-ci, certaines sont un peu plus "sales" que la certes jolie, mais bien sage ballade "Don’t be so hard on yourself".

L’album "The weight of the world" est sorti en digital et sera disponible en physique dès la réouverture des magasins. Le groupe compte également se produire sur scène dès que cela sera à nouveau autorisé et avec pogos si possible.