"La vie secrète des écrivains", le nouveau thriller intimiste et sanglant de Guillaume Musso

Guillaume Musso en interview dans Livré à Domicile pour son nouveau roman
Guillaume Musso en interview dans Livré à Domicile pour son nouveau roman - © Odile Vanhellemont

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblait le jardin secret d’un auteur à succès? Pour répondre à cette question, Guillaume Musso revient avec son tout nouveau roman "La vie secrète des écrivains", publié aux éditions Calmann-Lévy.

Mais pourquoi diable Nathan Fawles a-t-il cessé d’écrire ? Il était au sommet de sa carrière littéraire et depuis il fuit tout média, reclus sur l’Île de Beaumont au large de la Côte d’Azur… Si de nombreuses personnes se sont essayées à percer ce mystère, personne n’y est encore parvenu. Qu’à cela ne tienne, une journaliste suisse, Mathilde Monney, ne semble s’arrêter à rien pour découvrir la vérité. A la croisée de ces chemins, Raphaël Bataille vient s’ajouter. Son rêve ultime : faire lire son manuscrit – refusé par plusieurs maisons d’édition – à son auteur favori, Fawles. Une entreprise qui s’annonce risquée, ce dernier accueillant tout visiteur un fusil chargé à la main. Quand un meurtre violent secoue l’Île, la machine infernale du récit se met en branle. Entre Mistral et odeur de pins, Guillaume Musso nous livre un thriller " intimiste " sanguinolent. 

Le squelette puis la documentation

Pour Guillaume Musso, le processus d’écriture s’est fait en deux temps : " Il y a une première partie qui est sur l’Île, les romans, l’écriture, tournée vers le monde des écrivains. La seconde partie est tournée vers l’enquête, le suspense. […] C’est davantage un mécanisme d’horlogerie. Une fois qu’on a le squelette de l’histoire, il faut ajouter la chair : les personnages, l’émotion… ". Ce deuxième morceau de l’histoire aura nécessité pour l’auteur beaucoup de documentation, de précision. Il jongle en effet savamment entre faits réels et fiction, tant et si bien que l’on tente de démêler le vrai du faux jusqu’aux dernières pages. Elles offrent un éclaircissement bien nécessaire au récit.

Des dénouements plutôt étonnants

Même si l’introduction est plutôt lente, ne permettant pas de réellement entrer dans l’histoire, le bouquin vaut la peine de s’accrocher : une fois l’intrigue enclenchée, la lecture se fait avide. Les retournements de situation s’enchaînent et les résolutions proposées sont à mille lieues de ce que l’on pourrait imaginer. L’étonnement est total à chaque page.

Si le mode de narration s’avère quelque peu déroutant au début, il finit par être plutôt plaisant. On saute ainsi entre les récits des trois personnages principaux : Nathan, Mathilde et Raphaël. Seul celui de ce dernier est raconté en " je ", permettant ainsi de plus facilement se repérer à chaque chapitre. Les paysages décrits évoquent des images et des odeurs vivaces. Rien ni personne n’est aussi blanc ou noir qu’on ne l’aurait cru. Finalement, la lecture se révèle être tout aussi agréable qu’un pastis un jour d’été.

Guillaume Musso dans Livré à Domicile