Hitler se serait lié d'amitié avec une petite fille juive 

Saviez-vous que Hitler éprouvait de l'affection pour une petite fille juive ?
2 images
Saviez-vous que Hitler éprouvait de l'affection pour une petite fille juive ? - © Capture d'écran Youtube

En novembre 2018, la maison aux enchères américaine Alexander Historical Auctions signe une vente de plus de 11.000 dollars : une photographie d’Adolf Hitler aux côtés d’une petite fille. Jusqu’ici, rien de surprenant, quand on sait que le Führer posait souvent auprès d’enfants pour renforcer son image du père proche de son peuple.

Un élément vient alors changer la donne : selon la maison de ventes, Rosa Bernile Nienau était d’ascendance juive. Plus déconcertant encore, car cette information n’avait pas échappé au leader politique à l’origine de la mise à mort de 6 millions de Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Andreas Kornfeld, le vice-président des ventes, a réagi :

"C’est probablement l’un des articles les plus uniques que j’ai vus depuis que je travaille avec la maison de vente aux enchères […] Je suis allemand et je n’avais jamais entendu l’histoire derrière cette photo, que j’ai pourtant vue à de nombreuses reprises. Je n’aurai jamais deviné une telle histoire, c’est hallucinant".

Source : "Hitler très proche d’une fille juive : la photo vendue aux enchères (photo)", Soirmag, 14/11/2018.

Face à la caméra d’Heinrich Hoffman, le photographe personnel d’Hitler, ce cliché a été pris le 16 juin 1933 dans la région d’Obersalzberg, dans les Alpes bavaroises, où se trouvait la résidence secondaire du Führer.

Rosa a 6 ans lorsque sa route croise celle du leader charismatique. Avec sa mère, elle se trouve dans une foule rassemblée devant le Berghof pour célébrer l’anniversaire du Führer. Parmi tous les enfants, c’est avec Rosa qu’Hitler sympathise le plus, après avoir découvert qu’ils partageaient le même jour d’anniversaire (20 avril).

Tous deux unis par cette coïncidence, le photographe Heinrich Hoffman a voulu immortaliser cette complicité le temps d’un cliché mais surtout pour servir la propagande

Une ombre au tableau

Débordante d’affection, cette photographie pose pourtant question quand on apprend que la petite fille, Rosa Bernile Nienau, était d’ascendance juive.

Deux ans plus tard, le 15 septembre 1935, Hitler entame la mise en œuvre des chapitres antisémites de son programme politique. Visant à séparer les Juifs des autres Allemands pour "stabiliser leurs relations", les lois de Nuremberg étaient en réalité l’étape préalable à leur exclusion définitive.

Sur la race, les critères nazis disaient que les grands-parents nés dans la communauté religieuse juive étaient considérés de "race" juive et que ce statut "racial" se transmettait aux enfants et petits-enfants.

Etonnamment, ces nouvelles règles ne semblent pas freiner le Führer dans sa relation avec la jeune fille. Plusieurs sources démontrent d’ailleurs que, de 1935 à 1938, ils auraient continué à s’échanger plusieurs lettres dans lesquelles la jeune fille l’appelait "oncle Hitler".

Une amitié bien réelle, mais impossible

Dans la description de l’objet, la maison de vente va plus loin : "Les recherches montrent que même très tôt, Hitler a pris conscience de l’héritage juif de la jeune fille mais a choisi de l’ignorer, soit pour des raisons personnelles soit pour des raisons de propagande".

En effet, il faudra attendre l’intervention de Martin Borrman, haut dignitaire nazi, pour mettre un terme à leurs échanges. Le Führer aurait fait part de son mécontentement suite à la dénonciation de son confrère : "Certaines personnes ont l’art de gâcher tous mes petits plaisirs" lit-on dans cet article de L’Essentiel.

Rosa Bernile Nienau ne sera pas l’une des 6 millions de Juifs disparus dans la Shoah. En 1943, à 17 ans, elle décède de la polio dans un hôpital de Munich.