Etienne Daho, la tournée de l'incandescence retrouvée !

Etienne Daho
3 images
Etienne Daho - © copyright Richard Dumas

Retardées pour raisons de santé, les retrouvailles d’Étienne Daho avec son public se sont transformées en communion émouvante et explosive ce vendredi, dans un Cirque Royal version chaudron !  

Une carrière remplie de tubes et un public parmi les plus fidèles, voilà les ingrédients qui lient Étienne Daho et ses fans depuis des décennies. Cela fait longtemps pourtant qu’il n’a plus connu de véritable succès populaire. Mais il trace sa route avec une qualité artistique jamais démentie. Et certainement pas par son dernier album "Les chansons de l’innocence retrouvée" que nous avions classé parmi nos chouchous de l’année dernière.

 

Étienne s’est donc fait attendre ! Suite à d’importantes complications médicales, il a dû reporter cette tournée, et donc son passage à Bruxelles, qui était prévu à Forest National en avril dernier. Mais, la patience a été récompensée par un show dans une plus petite salle et, surtout, une envie manifeste de retrouver le public après toutes ces péripéties. Avec "Des attractions désastre", la mèche est allumée et ne s’éteindra plus ! Difficile de croire que ce génial album "Paris ailleurs" a déjà 25 ans !

 

Des fourmis dans les jambes !

 

La foule, qui aurait pu rester confortablement assise, se lève comme un seul homme pour ne plus jamais se rasseoir, tellement l’ambiance est rock'n'roll. Lui qui, dans les années 80 et 90, était le maître de la pop française, a décidé de revisiter son répertoire à l’aide d’un solide groupe de rock ! Le son est impeccable, les lumières, basées sur trois écrans verticaux, hypnotisantes, l’ambiance quasi hystérique !

 

Fini les T-shirts noirs moulant pour montrer ses beaux muscles, l’humeur est au costume classe et à la sobriété. Au programme, quelques morceaux du dernier album, comme l’atmosphérique "En surface" sur un magnifique texte de Dominique A. Ou encore "La peau dure", titre emblématique d’un album aux paroles introspectives.

 

Des vieux tubes à l’envie…

 

Mais si les gens continuent à se déplacer plus de 30 ans après le début de sa carrière, c’est avant tout pour entendre les perles qui l’ont jalonnée comme "Saudade", "Tombé pour la France", "Epaule Tattoo", "Le grand sommeil", etc.

 

On est parfois un peu désarçonné par ces versions très carrées de perles que l’on aime version pop. Les quelques respirations plus calmes sont donc les bienvenues sur "Comme un boomerang" ou "Le premier jour du reste de ta vie", sans doute son dernier véritable grand succès, repris en chœur par les spectateurs qui n’ont pas oublié d’allumer leurs briquets !

 

En supplément, Étienne et ses cinq musiciens (dont le formidable Philippe Entressangle à la batterie bizarrement enfermé dans une cage) reviendront pour "Ouverture", et son crescendo de toute beauté, habillée par de jolies lumières jaunes. Au moment où l’on se dit qu’il nous manque juste un petit "Week-end à Rome", il propose au public de le reprendre avec lui, sans orchestration. Juste pour le plaisir de pousser la chansonnette afin de se dire au revoir.

 

Un concert sans doute un poil trop court et un poil trop électrique à notre goût. Mais il est tellement jouissif de retrouver, dans une ambiance de feu, toutes ces chansons, présentes en filigrane dans les différentes étapes de notre parcours. Daho est définitivement un très grand Monsieur de la chanson française !

 

François Colinet

Etienne Daho « Les chansons de l’innocence retrouvée » (Universal Music)