Electric Guest : En Live, on veut proposer autre chose!

Electric Guest
2 images
Electric Guest - © DR

Le single "This head I hold" fait tourner toutes les têtes , leur album Mondo est magnifique : nous avons rencontré le duo branché Electric Guest avant leur concert de ce lundi 24 septembre au Botanique.

Des années d'expériences musicales multiples et une amitié de longue date avec le génial producteur Danger Mouse ont permis à ce duo de réaliser un coup de maitre dès la sortie de leur premier album.
D'apparence jeunes et décontractés, Asa Taccone et Matthew « Cornbread » Campton sont pourtant des trentenaires déjà bien rodés au monde de la musique.
Même si ce disque est le premier pour Electric guest : "C'est vrai que cela fait longtemps que l'on fait de la musique mais l'idée de former le groupe Electric Guest est assez récente", nous confient-ils en chœur. On ne s'est pas dit : «  Eh, faisons un groupe tous les deux! » En fait les choses sont venues à l'envers. On avait tellement de chansons, plus ou moins terminées que finalement on s'est dit que ce serait bien de faire l'effort d'essayer de composer un album avec celles qu'on trouvait les meilleures et Danger Mouse a clairement servi de moteur pour ça. C'est lui qui a notamment beaucoup insisté pour que l'on enregistre des voix, ce qui n'était pas du tout dans nos intentions de départ".

Être inclassable est un handicap

Dès la première écoute de Mondo, on y trouve une joie communicative, un plaisir évident de mixer différents ingrédients issus de mouvements musicaux très divers. La plus belle preuve, c'est ce morceau Troubleman de près de 9 minutes.

« Au départ cette chanson était composée de deux morceaux bien distincts. Et puis, en travaillant sur l'album, on s'est rendu compte que réunir les deux parties en une seule donnerait bien plus de souffle à l'ensemble, nous dit Matthew. Ces ruptures de rythmes symbolisent bien nos influences multiples et nous permettent de faire un petit clin d’œil au rock progressif des seventies que l'on beaucoup écouté à une époque ! »

Le mélange semble, en effet, être LA marque de fabrique d' Electric Guest qui réussit une musique jubilatoire entre funk, pop et electro : " D'habitude je suis un peu honteux d'aimer autant la musique pop acidulée, confesse Asa. Mais, en fait, on ne doit pas en avoir honte. La pop fait vraiment partie de mon background musical. Et puis, les goûts évoluent. J'ai aussi écouté beaucoup de hip-hop avant de m’intéresser à des sons plus folks. On a mixé toutes nos influences. D'ailleurs, on a eu du mal à vendre nos disques dans les magasins parce qu'on ne sait pas ou nous ranger ! Même pour trouver un label, ne pas avoir une étiquette claire, ce n'est pas un avantage !".

Sortir de la musique technologique
 

"J'aime enregistrer de la musique c'est la chose que je préfère faire dans la vie, bidouiller, chercher, malaxer, nous dit Asa. Mais c'est très important pour nous de pouvoir sortir de nos machines ! Sur scène, on prend les meilleures partie de l'album et on essaie d'y inclure une nouvelle énergie, on veut sonner comme un vrai band, sans artifices. Pas d'electro bizarre, pas d'ordinateur sur scène. On essaie de jouer avec de vrais instruments pour que le public vive une nouvelle expérience, différente de celle qu'il vit en écoutant le disque. Mais pour ne pas le désorienter trop, on s'est quand même permis de prendre quelques samples avec nous !".

Le succès de ce premier disque est considérable et le single This head I hold a fait partie de toutes les playlists branchées ayant accompagné les barbecues de l'été. De quoi perdre la tête ?  "On prefère ne pas savoir à quel point le single fonctionne en radio ou sur le net, confie Matthew. Cela nous mettrait bien trop de pression. Et heureusement le label ne nous tient pas vraiment au courant . On voit juste que les gens s'éclatent sur The head I hold en concert et ça, c'est vraiment fantastique !".

Pour voir ce que donne ce fabuleux mélange en live, il suffira donc de vous rendre au rendez-vous que ces deux sympathiques bidouilleurs vous donnent le 24 septembre au Botanique. Ça va chauffer !

François Colinet

 

 

Electric Guest - Mondo (Because/Warner)

Ce disque est, à la fois, une bombe et une mine d'or ! Un mélange jubilatoire d'influences dont les couches multiples se découvrent au fil des écoutes. A cause de l'irrésistible single "This head I hold", certains le rangent à tort parmi les bons disques de l'été. Des titres géniaux comme "Troubleman" et la cohérence audacieuse d'un bout à l'autre du disque en font clairement, pour nous, un vrai must de l'année. FC