"Dissonance" : is it the real life or just a fantasy ?

Projeté à la Berlinale en avant-première il y a deux ans, “Dissonance” est un court métrage de Till Nowak qui mêle l’animation et le drame.

 

Dans un monde fantastique, Roland Schupp un musicien aux cheveux longs et argentés flottants qui donne des représentations à guichets fermés. Il a construit un piano sphérique et c’est son compagnon, un petit singe qui l’assiste pour donner les récitals. Mais le monde réel vient bientôt frapper à la porte de cet univers fait d’animation, la fille du génie musical fait éruption. Dans la réalité Roland Schupp est un musicien à la rue qui fait tourner la manivelle d’une boîte à musique accompagné d’une peluche de singe aux grands yeux. Sa femme est désemparée de le voir en bas de chez eux et le prend pour un incapable tandis que sa fille espère qu’il lui apprendra à jouer du piano. Alors qu’il est pris d’une crise où il mélange réalité et rêve, Roland se rend chez le médecin qui lui diagnostique une “dissonance sphérique”.

 

Le court métrage multi-primé tire sa force de l’habile mélange des techniques d’animation et du cinéma dramatique. Le personnage fantastique de Roland est un peu son double fantasmé, son autre personnalité, qui fait penser à celle de Serge Gainsbourg dans Gainsbourg, Vie Héroïque de Joan Sfar ou encore au film Frank de Lenny Abrahamson. 

 

 

“Dissonance” est désormais en Staff Pick sur Vimeo.