Disparition du pianiste Jean Fanis

Jean Fanis
Jean Fanis - © Collection Bruynoghe

Le Jazz belge vient de perdre un de ses meilleurs boppers.

 Le départ de Jean Fanis, qui s’est éteint dans la nuit du deux au trois septembre, nous prive d’un lien direct avec plusieurs de nos légendes, comme Sadi, Raoul Faisant, Jack Sels, René Thomas, Jacques Pelzer…  Mais aussi de nombreux " grands " du jazz américain, car ses années comme pianiste de club permettaient des rencontres stimulantes : Lucky Thompson, Dizzy Gillespie, Al Jones , Clifford Brown ont été accompagnés par le natif de Wépion – avec  Francy Boland, il fut un des rares Namurois à trouver avec talent sa voie dans le Jazz.

Né en 1924, et donc adolescent à la fin des années 30, Jean Fanis a connu le jazz avant le be-bop. Mais lorsque Bud Powell a déboulé sur la scène, la voie était tracée. Néanmoins, son apprentissage swing (et classique) font de lui un musicien très complet, un bagage appréciable lors des soirées en club, où il fallait pouvoir trouver rapidement un terrain d’entente avec les musiciens de passage.

" Jazz " sur Musiq3 s’ouvrira, ce mercredi 5 septembre, par un moment avec ce pianiste, avant de découvrir pour la première fois en interview le Hollandais Wolfert Brederode , qui sera en concert à Flagey le 14 septembre. Petit rappel : avec la nouvelle grille, cette émission " Jazz " commence dès 18 heures.

Jean Fanis ne sera pas oublié sur La Première, qui proposera le 13 septembre " Le Grand Jazz de Jean Fanis ", entre 21h et 22h.

Nous présentons nos condoléances à sa fille Frédérique, et à sa famille. La cérémonie funéraire est prévue avenue du Silence (Uccle), samedi 8 septembre, à 11h.

 

Philippe Baron