Des kinés entament un travail de recherche sur l'Orchestre royal de chambre de Wallonie

L'Orchestre Royal de Chambre de Wallonie
L'Orchestre Royal de Chambre de Wallonie - © Fabienne De Pelsmaeker

Deux étudiantes en kinésithérapie à la Haute école Louvain en Hainaut (HELHa) ont entamé un travail de recherche sur l'Orchestre royal de chambre de Wallonie (ORCW) dans le cadre du Concours Reine Elisabeth. L'objectif est d'évaluer l'impact du concours sur la santé du musicien professionnel, selon un communiqué diffusé lundi.

L'Orchestre royal de chambre de Wallonie accompagne les candidats lors des demi-finales du Concours Reine Elisabeth du 15 au 20 mai, une véritable épreuve d'endurance dans le domaine musical.

Après une première phase d'analyse de leurs mouvements à l'aide de caméras 3D, les deux étudiantes ont effectué des mesures précises sur les musiciens avant le concours. Elles effectueront ces mêmes tests de force et de souplesse après la compétition, a expliqué Mikaël Scohier, docteur en sciences de la motricité.

"Les unités de recherche de la HELHa possèdent une réelle expertise dans le domaine de l'évaluation ergonomique, traditionnellement associée au travail en industrie et à des thématiques telles que le bien-être des travailleurs, les risques d'apparition de troubles musculo-squelettiques, etc. Il s'agit donc bien de transposer des techniques éprouvées en milieu professionnel à l'ORCW: les outils existent, mais ils n'ont jamais été appliqués à un orchestre", selon le communiqué.

"L'objectif est d'évaluer l'impact du concours sur la santé des musiciens et de détecter les douleurs, pertes de souplesse, de force ou encore de dextérité après une exposition importante", a indiqué Mikaël Scohier.

Les résultats permettront de mieux comprendre la pratique intensive de la musique et de cibler au mieux les traitements et échauffements proposés.

 


Belga

Archive

En 2016, une équipe de UMons avait commencé à étudier les mouvements des musiciens de l'ORCW via des capteurs sensoriels.