Chauve(s)

chauve(s)
3 images
chauve(s) - © La Boîte à Bulles

La mort en horizon, le quotidien pour la combattre, l’amour et la tendresse en compagnons de route : voilà tout le contenu de ce livre courageux et merveilleusement humain ! Un livre à lire, toutes affaires cessantes !

 

" C’est l’histoire de la femme que j’aime. Et elle a le cancer. "

Sans aucun dessin, en quelques mots tracés sur une première page toute de grisaille, tout est dit, tout est résumé. Et ce n’est pas un simple album de bd dans lequel nous sommes invités à plonger, mais dans l’urgence d’une existence en aveu de bonheurs.

De bonheurs, oui. Parce que la vie est ainsi faite que les chemins qu’on peut y prendre ne dépendent, bien souvent, que de nos propres angoisses. Et ici, le dessinateur n’avait sans doute qu’un choix très restreint : rester avec cette femme dont il est amoureux, l’accompagner dans son combat contre le cancer, ou s’en aller et apprendre à vivre ailleurs, autrement. Et il a choisi le compagnonnage, dans le sens le plus noble du terme. Avec ses hauts, ses bas, ses sourires, ses larmes, ses peurs et ses éblouissements, ses quotidiens lumineux ou ternes, ses révoltes et ses démissions.

Il s’agit ici d’une première bande dessinée, d’un premier album, traité par petits chapitres, par petites tranches de vie, et, graphiquement, plus proche des bd-blogs que des planches bien élaborées et bien construites.

Je parlais d’urgence, plus haut. Mais il s’agit plus, probablement, de nécessité absolue de se vouloir, à deux, amoureux, vivants, envers et contre tout. Et le dessin, pour l’auteur comme pour la femme vivant à ses côtés, est ainsi devenu, dans sa simplicité graphique même, comme le miroir des heures pendant lesquelles, tranquillement, presque sereinement, se gagnent ensemble les combats les plus importants : ceux du vivre plus que du survivre !

Ce genre de dessin, au simplisme voulu et assumé, n’a jamais fait partie de mes préférences, je l’avoue. Mais ici, pour restituer au papier une histoire qui n’en est pas, celle de la vie face à la mort, pour réussir, le plus simplement du monde, à partager ce récit quotidien avec tout un chacun, sans mélo, sans larmoiements imbéciles, je pense qu’aucun autre dessin n’aurait pu y parvenir comme y parvient celui de Benoît Desprez.

Dans ce style graphique, trop de livres " bobos " paraissent chaque mois ! Oubliez les modes, les snobismes élitistes, les auteurs adulés pour le vide de leurs albums, et achetez, vite, ce " Chauve(s) " : c’est une belle déclaration d’amour, c’est un " combat ordinaire " qui aurait pu plaire à Larcenet, c’est un ouvrage humain et humaniste, c’est un petit livre qui fait sourire, qui fait trembler, qui réussit à rendre heureux, aussi et surtout !

 

 

Jacques Schraûwen

Chauve(s) (auteur : Benoît Desprez – éditeur : La Boîte à Bulles)