Ces Belges qu'on connaît moins : Juliette Verhaegen

Henri Carton de Wiart (à gauche) Juliette Verhaegen / Mme Carton de Wiart (à droite).
2 images
Henri Carton de Wiart (à gauche) Juliette Verhaegen / Mme Carton de Wiart (à droite). - © Wikimedia Commons

Ne dit-on pas que "derrière chaque homme célèbre se cache une femme" ? Si la loi pour la protection de l'enfance en Belgique prit le nom de "loi Carton de Wiart", en 1912, nombreux.ses sont ceux.celles qui estiment qu'elle aurait dû s'appeler la loi Juliette. Dans l'ombre de son mari, député bruxellois et ministre de la Justice, Juliette Verhaegen a en effet milité en faveur d'une justice pour enfants

Née le 30 décembre 1872 à Bruxelles, Juliette Verhaegen devient orpheline à l’âge de 3 ans, éduquée par ses grands-parents et sa sœur.

À 24 ans, elle épouse le comte Henry Carton de Wiart, député catholique à Bruxelles, avec qui elle donne naissance à six enfants.

Le début d’une vie au secours des enfants

Juliette Verhaegen est l’une de ces "dames patronnesses", des femmes issues de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie consacrées aux œuvres sociales. Entre 1908 et 1912, ces dames sont particulièrement investies pour la création de tribunaux spécifiques pour enfants, afin de soustraire les mineurs délinquants à la justice adulte.

En 1910, le couple Carton de Wiart participe à la Conférence pénitentiaire internationale à Washington. Juliette profite de l’occasion pour découvrir les Juvenile Courts qui se multiplient aux Etats-Unis et ainsi enrichir son plaidoyer.

Lors du Ve Congrès international des patronages à Anvers, en juillet 1911, elle soumet un énième rapport en faveur de la création de tribunaux pour enfants. Quatre résolutions sont alors adoptées.

La loi Carton de Wiart ou lex Julia

La plupart des magistrats s’opposent fermement à la création de tribunaux pour enfants, qui n’est soutenue que par quelques avocats et juges progressistes. Comme l’explique Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, historienne à l’UCL : "Ils trouvent leur égérie dans la personne de l’épouse du ministre de la Justice, Mme Henri Carton de Wiart, née Juliette Verhaegen, qui fournira un considérable travail de législation comparée et de synthèse sur la question".

Le 15 mai 1912 marque finalement l’adoption de la loi sur la protection de l’enfance qui prend le nom de loi Carton de Wiart, en référence à Henry Carton de Wiart, entre-temps nommé ministre de la Justice. Moins officiellement, cette législation est appelée "lex Julia" en hommage à l’investissement considérable de Madame Carton de Wiart dans ce combat.

Désormais, les mineurs délinquants ne sont plus soumis aux sanctions pénales mais à un ensemble de juridictions spécialement conçues pour l’enfance. L’idée n’est donc plus de punir, mais de protéger les jeunes en usant de l’éducation et de la préservation.

Aujourd’hui, on doit à cette loi notre système de protection de la jeunesse.

Dans la tourmente de la guerre

Pendant la Première Guerre Mondiale, Juliette Verhaegen s’investit en faveur des enfants belges évacués et réfugiés. Les Allemands, pourtant, la pensent au service de la résistance sous couvert de ses activités caritatives.

Accusée d’avoir transmis des lettres aux soldats, favorisé le passage de jeunes volontaires et diffusé une lettre du Cardinal Mercier, Juliette Verhaegen est arrêtée en mai 1915. Dans une prison de Berlin où elle est condamnée pour 3 mois et demi, elle se lie d’amitié avec la célèbre militante allemande, Rosa Luxembourg.

Une vie entière consacrée à la protection de l'enfance

Après la guerre, Juliette Verhaegen préside la Commission permanente des congrès d'assistance publique et privée, l'Union internationale des juges d'enfants ainsi que la Commission administrative de l'Institution royale de Messine.

Si Madame Carton de Wiart se consacre davantage à la cause des enfants que sur le combat féministe, elle préside la Commission enfance du Conseil national des femmes belges dès 1919

Elle fonde, en 1920, le Home familial pour jeunes gens inadaptés à Uccle et en assure la présidence jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale.

Le 15 novembre 1955 à Saint-Gilles, Juliette Verhaegen décède à l'âge de 82 ans.