Broadway -Une rue en Amérique – tome 1

broadway
3 images
broadway - © soleil

1929 : Broadway est vouée au culte de la nuit, et s’y côtoient danseuses, vendeurs d’alcool, gangsters et hommes d’affaire. C’est là qu’un club, à la mort de son propriétaire, est repris par ses deux frères. L’aventure peut commencer !

George et Lenny se trouvent donc à la tête de ce cabaret qui, à cause du suicide de leur frère, se voit déserté par ses danseuses, ses musiciens. Très différents l’un de l’autre, ils vont cependant vouloir donner à cet endroit un nouveau lustre. Et ils se retrouvent, ainsi, en butte à des adversaires prêts à tout pour leur faire perdre leurs illusions. Ils se retrouvent aussi obligés d’apprendre un nouveau métier, dans lequel l’argent et l’art se mêlent sans cesse.

Dans ce genre de livre, le premier intérêt naît du talent que l’auteur montre à nous plonger dans une époque précise de ce qu’on appelle la Grande Histoire. Et force est de reconnaître que Djief réussit parfaitement son coup ! Le scénario, d’une part, nous restitue à la perfection cette époque pendant laquelle le rêve américain et la folie en démesure semblaient tout pouvoir, tout vouloir. Et le dessin, d’un réalisme lumineux, nous immerge réellement, profondément, dans les paillettes de ces clubs qui se jalousaient, avec leurs accortes danseuses, leurs musiciens endiablés, leurs chorégraphies d’abord et avant tout " sexy ", leurs décors se devant d’être somptueux ! Les personnages sont nombreux, dans ce premier tome, c’est vrai, mais on ne se perd jamais, ni dans l’intrigue, ni dans le dessin.

Le second intérêt réside dans la faculté que l’auteur a de ne pas se contenter de l’anecdote, et d’ouvrir son récit à des digressions qui, petit à petit, construisent et enrichissent la trame totale de l’histoire racontée. Et là aussi, la réussite est au rendez-vous. Les portraits que Djief nous donne de ses deux personnages principaux, les frères Chapman, n’a rien de lisse ni de convenu. Ce sont deux êtres humains dont les différences vont, dans l’ombre d’une mère déçue par l’existence, devoir s’accommoder, se compléter. Il en va de même pour un autre personnage essentiel, celui de la girl quelque peu écervelée, Fanny King, qui nous est montrée, racontée, avec ses contradictions, ses espérances, ses échecs.

Et il en va de même pour les autres personnages, secondaires, mais qui occupent une place réelle dans la construction de l’histoire, tant au niveau du scénario que du graphisme. Un graphisme, incontestablement, qui fait preuve de brio, tant dans les plans rapprochés que dans les vues d’ensemble. Et il faut également souligner le travail sur la couleur, sur la lumière, un travail qui donne du relief aux protagonistes comme à leur environnement.

D’un réalisme qui n’a pas peur de loucher vers un certain sens de la caricature, cet album se referme avec une belle envie de vite en découvrir la suite. De savoir si les rêves des trois héros vont prendre vie, et à quel prix !

 

Jacques Schraûwen

Broadway -Une rue en Amérique – tome 1 (auteur : Djief – éditeur : Soleil)