Bass Reeves, un des premiers marshals afro-américains qui faisait trembler les hors-la-loi

Si je vous dis "I like the way you die, boy", c’est Jamie Foxx en mode badass et dégainant son arme qui vous vient à l’esprit. Selon plusieurs sources, le célèbre personnage de Django rendrait hommage aux nombreux cow-boys afro-américains, absents des westerns hollywoodiens ?

Outre des noms tels que Nat Love ou encore Bill Pickett, il est une autre personnalité afro-américaine qui a marqué l’histoire des États-Unis et reste, aujourd’hui, méconnue de la plupart d’entre nous : Bass Reeves.

À côté du cinéma, Bass Reeves se retrouve également dans le nouvel album de Jul, "Un Cow-boy dans le coton" (2020), aux côtés de "l’homme qui tire plus vite que son ombre".

Un enfant esclave

Né en 1838 de parents esclaves, Bass grandit dans l'Arkansas, au sein d'une communauté placée sous l'autorité de William Reeves. Bien que victime du travail forcé, dans les champs de coton notamment, le jeune homme est apprécié pour sa retenue et sa politesse

Convaincu de l'allégeance de Bass, le maître lui propose alors d'accompagner son fils dans l'armée sudiste lors de la guerre de Sécession. Face au camp adverse, au Nord, favorable à l'abolition de l'esclavage, Bass s'enfuit pour ne plus servir le mauvais côté. 

Immersion en terres indiennes

Une nuit de 1863, Bass Reeves rejoint donc les "territoires indiens". Une trentaine d'années plus tôt, les tribus des Cherokees, Séminoles, Chactas et Chicachas avaient été chassées de leurs terres natales et s'étaient retranchées dans une zone de l'actuel Oklahoma. Là-bas, les esclaves évadés ne pouvaient être poursuivis ... et Bass l'avait bien compris. 

Pendant 4 ans, notre futur cow-boy se fond dans la masse : la langue, les coutumes, les rites, Bass Reeves apprend tout de cette communauté amérindienne. Surtout, il apprend à se débrouiller seul. 

Bien plus qu’une fine gâchette

De retour dans sa région depuis la fin de la guerre civile, Bass Reeves assiste à l'arrivée d'un nouveau marshal dans l'Arkansas dans les années 1870. Entre-temps, il a fondé une famille et s'occupe de sa ferme. 

Ancien major de la Confederate States Armyvaincue, le marshal James Fleming Fagan est chargé de traquer les innombrables hors-la-loi qui avaient fait sombrer ce territoire de 120.000 km² dans un chaos total

Ayant eu écho des talents de Bass comme tireur, mais aussi de ses connaissances des coutumes indiennes, Fagan fait de lui un des premiers shérifs noirs du pays en 1873.

Pendant ses 32 ans de service, Bass Reeves fait trembler les plus coriaces voleurs, meurtriers et fugitifs de la région. Particulièrement adroit quand il s'agit de dégainer son revolver, il sait aussi se servir de la ruse pour arriver à ses fins. En 1902, il arrête son propre fils, Bennie, condamné à 20 ans de prison pour le meurtre de son épouse. 

Selon plusieurs sources, Bass Reeves a permis l'arrestation de 3.000 criminels et en aurait exécuté 14 d'entre eux, par légitime défense. Faisant fi de la ségrégation régnante aux Etats-Unis, il n'aurait pas non plus épargné plusieurs propriétaires blancs ayant commis des crimes sur des Noirs. 

Bass Reeves décède en janvier 1910, d'une insuffisance rénale, peu après sa retraite. Dans un éloge funèbre, on dit de lui qu'il "restera comme un homme réputé pour ne jamais manifester la moindre émotion quelles que soient les circonstances, il ne savait tout simplement pas ce qu'était la peur"