Au 67 Rue de la Régence, it's only art.

Avant, c’était les austères éditions Bruylants. Mais ça, c’était avant.

5 galeries d’art en liberté entre l’imposant Palais de Justice et à côté du bureau de Police. Jan Mot au premier tout comme Catherine Bastide au troisième étage ont migré du bas de la ville, Micheline Szwajcer a quitté Anvers pour l’espace du deuxième étage, du bâtiment en front de rue. D’elles trois, prédomine l’accrochage de William Pope L chez Catherine Bastide mais c’est une perception très personnelle.

4 images
Galerie Catherine Bastide, au 67 rue de la Régence. © RTBF - Stéphanie Etienne - 2014

" God People Shit in their Valet " est le titre même d’une des toiles exposées. Issues du projet " Skin Set Drawings " initié par l’artiste fin des années 90 et toujours en cours. Il est question de mots et d’ambiguïté visuelle, gestuelle voire orale. Ensemble de phrases absurdes mais non dénuées de sens. Le texte inscrit sur les tableaux leur donne leurs titres; les grands formats évoquent ce que Pope L. appelle des Gold People et les plus petits des Gray People. Pope L. s’est autoproclamé " l’artiste noir le plus sympathique d’Amérique " et malgré ou surtout à cause des couleurs vives de ses œuvres – semblant faciles à aborder – les questions que son travail posent, sont loin d’être simplistes.

4 images
La galerie Waldburger Wouters expose Matthias Dornfeld. © RTBF - Stéphanie Etienne - 2014

Passer la petite cour et entrer dans le bâtiment arrière, aux airs new-yorkais (ce qui ne gâche rien).

Au premier étage, la galerie Waldburger Wouters expose Matthias Dornfeld. Burlesque, ironique, le genre de tracé qui entérine la légende du " un enfant de 4 ans ferait mieux ". La peinture, médium hautement célébré dans le passé, est devenue un médium de niche dans l’art contemporain. La peinture est morte, vive la peinture.

Toutes les références historiques s’y trouvent : natures mortes, portraits, bouquets de fleurs… aux traits simplifiés mais ici aussi, jamais simplistes. C’est extrêmement libre, chaotique, ironique de voir ces dessins qui, pour beaucoup doivent friser le foutage de gueule, suspendus en cet espace " loftien " comme il se doit mais justement, c’est très rafraîchissant.

4 images
La galerie Waldburger Wouters expose Matthias Dornfeld © RTBF - Stéphanie Etienne - 2014

Terminer la visite en se faufilant dans l’escalier métallique, dernier étage pour accueillir l’association de deux galeristes français : Mon Chéri (Dominic Samsworth) et Jean Rochdard (BRYAN DOOLEY & SAMUEL FRANÇOIS – Ralph Lauren). De l’ironie toujours jusqu’aux chocolats Mon chéri offerts sur la table basse.

 

It’s only rock and roll, baby. It’s only art. Pas de drame. Que leur liberté et joyeuse ironie nous soient contagieuses.

 

Stéphanie Etienne

67, rue de la Régence - 1000 Bruxelles

http://www.moncheri.co

http://www.waldburgerwouters.com

http://www.jeanrochdard.com

http://catherinebastide.com

http://www.janmot.com