Agatha : La Vraie Vie D'Agatha Christie

Agatha Christie, créatrice de héros comme Hercule Poirot ou Miss Marple, auteur de ces fameux dix petits nègres que des générations d’écoliers ont dû et pu lire avec plaisir, n’était pas une dame tranquille, loin de là ! Et la voici héroïne d’un album dans lequel, en quelque sorte, elle se dessine telle qu’elle était dans la vraie vie !

4 images
agatha © marabout

Pour raconter l’existence de quelqu’un d’aussi connu –et reconnu- qu’Agatha Christie, on aurait pu se contenter de construire un livre linéaire, en suivant tout simplement une chronologie des faits marquants de sa vie. Anne Martinetti et Guillaume Lebeau, les deux scénaristes complices, en ont décidé autrement. La biographie qu’ils nous offrent a choisi de se balader dans quelques tranches de vie d’Agatha Christie, en pratiquant l’art du flash-back régulièrement, en mêlant aussi à la réalité des éléments qui appartiennent à l’imaginaire, voire même, à certains moments, à une forme de fantastique. Ils n’ont pas romancé cette biographie, ils l’ont, simplement, enluminée, éclairée, mise en évidence.

Un tel parti-pris narratif aurait pu être quelque peu incohérent, et il n’en est rien, que du contraire ! Il permet même de pénétrer de manière plus vivante dans ce que fut la vérité, dans ce que furent LES vérités de la reine britannique du Crime ! Ses œuvres, par exemple, ne sont qu’estompées. Ce qui compte, avant tout, c’est une personnalité hors du commun qui se montre, se dévoile, telle qu’elle était…

4 images
agatha © marabout

Je parlais d’un certain sens du fantastique. Il est présent, par exemple, dans le mystère qui entoure la disparition, pendant un fameux bout de temps, de la romancière, laissant, à cette occasion, son mari se faire accuser de son meurtre. Mais il est aussi un moteur narratif au travers des dialogues qu’Agatha Christie vit avec l’image d’Hercule Poirot. Un héros de papier qui devient presque palpable pour la romancière, un personnage inexistant qui occupe dans ses quotidiens une place qu’elle voudrait bien lui refuser…

4 images
agatha © marabout

Le scénario, vous l’aurez compris, est extrêmement bien ficelé. Pour mettre en forme cette histoire, il fallait un dessinateur prêt à aller à l’essentiel. Et c’est bien ce qu’a réalisé Alexandre Franc dans cet album. Avec un dessin dans la filiation de la ligne claire, avec un graphisme parfois simplifié à l’extrême, avec une ébauche plus qu’une précision des décors, il parvient à créer un rythme tout en lenteur, tout en errance même, qui correspond parfaitement à l’histoire qu’il nous raconte en la dessinant. Je dis que son dessin est simple, ce qui ne veut pas dire, loin de là, qu’il est simpliste. Mais la simplicité de ce graphisme permet, tout simplement, d’accompagner au plus près un récit qui, s’il nous montre une héroïne qui pourrait être moderne, n’en demeure pas moins ancré dans des époques bien précises.

Pour les amateurs d’Agatha Christie comme pour tous ceux qui ont envie de découvrir une existence hors du commun, cet album est une réussite. Une réussite tranquille, bien rythmée, dans laquelle dessin et mots se complètement parfaitement. Un bon bouquin qui ne vous décevra pas !

 

Jacques Schraûwen

 

Agatha (scénario : Martinetti et Lebeau – dessin : Franc – éditeur : Marabout)