[Zapping 21] "The Sound of Silence" à la cornemuse

En raison de la pandémie, le Keith Highlanders Pipe Band n’a pu se réunir depuis des mois. Tim Hutchinson, un des musiciens du groupe, a donc décidé de reprendre ce classique de Simon & Garfunkel avec tout son groupe à distance. En tout, 30 musiciens ont enregistré leurs parties depuis leur téléphone et les ont rassemblées pour réaliser cette vidéo que vous pouvez voir ci-dessous.

Un titre qui fait d’ailleurs l’actualité puisqu’il sert de "slogan" à une campagne lancée en début de semaine sur Facebook en Belgique et dont voici le descriptif :

"Aujourd’hui, vous verrez cette croix orange #Soundofsilence apparaître en masse sur la toile. Ceci est un appel qui s’adresse au gouvernement belge et porte sur le fait qu’il est grand temps d’agir… Les acteurs du secteur événementiel et culturel sont à l’arrêt depuis 5 mois. Le silence résonne. Si la santé passe avant tout, il est clair que l’expertise pour organiser des événements de manière contrôlée et sécurisée fait partie intégrante de l’ADN des organisateurs d’événements et de tout fournisseur qui l’entoure. Le secteur a investi massivement dans les mesures pour créer des événements en toute sécurité. Laissez-nous agir…"

Une dépêche Belga expliquait d’ailleurs hier ce mouvement :

"De nombreuses photos de profil de réseaux sociaux ont été remplacées lundi par une croix orange barrée des mots "sound of silence" ou "SOS". Les organisateurs d’événements, maisons culturelles, travailleurs du secteur et sympathisants ont voulu dénoncer "leur impuissance", le manque de perspective et le silence des autorités. L’actrice Veerle Dobbelaere, la chanteuse Selah Sue et la DJ Charlotte De Witt ont, parmi d’autres, montré leur soutien."

"Le Conseil national de sécurité a renforcé fin juillet les mesures de lutte contre le coronavirus après une nouvelle augmentation du nombre de contaminations. La capacité maximale des événements a notamment a été divisée par deux. Une décision qui met l’événementiel à mal. Le secteur exige de la clarté et des perspectives. "Les événements 'coronaproof' sont possibles. Le secteur s’est organisé et préparé pour pouvoir démarrer au début du mois de juillet. Après des mois d’incertitude et certainement à présent que d’autres secteurs reprennent, bien que de manière limitée, la coupe est pleine", dénoncent les organisateurs de la campagne. Selon eux, plus de 80.000 personnes sont actives dans l’événementiel et la Belgique compte normalement environ 70.000 événements chaque année."

Au début du mois, on apprenait également que la salle de concert bruxelloise de l’AB devait se séparer de plus de 200 collaborateurs externes.

"La crise du coronavirus frappe l’AB en plein cœur. Les mesures imposées au secteur de la culture, provoquant une réduction de notre capacité d’accueil, et l’annulation des grandes tournées internationales nous poussent à modifier notre politique d’emploi."

Depuis le début du confinement, des centaines d’événements ont en effet dû être annulés ou reportés en Belgique.

L’AB s’explique : "Plus de 200 collaborateurs externes perdent ainsi leur lien professionnel avec la maison. Il s’agit de nombreux monteurs de scène, mais aussi d’agents de sécurité, de collaborateurs horeca, de techniciens indépendants, du personnel de cuisine backstage, de l’équipe de nettoyage externe…" Ce qui équivaudrait à 30 personnes employées à temps plein.

Tout comme on pouvait le lire le mois dernier dans le New York Time, qui compilait une série de déclarations de promoteurs d’événements qui avouaient ne plus rien miser ni sur 2020, ni même sur le premier semestre de 2021, préférant concentrer leurs forces sur l’été 2021, l’AB est du même avis : "L’avenir s’annonce bien peu radieux et nous craignons tous qu’une véritable relance ne soit possible avant l’été 2021 (selon le scénario le plus optimiste), comme il a d’ailleurs été confirmé récemment lors d’une audition sur l’évaluation de la politique corona au Parlement flamand."

La salle fait à nouveau appel à la solidarité en rappelant l’existence du fonds de soutien LIVE2020 : "Quelles que soient les aides proposées par les autorités, ce fonds est d’une importance vitale pour la survie de notre secteur. Il est indispensable que nos artistes puissent continuer de jouer et que l’AB puisse continuer de séduire son public avec de nouvelles musiques."

Un fonds de relance et de soutien à tous les musiciens belges, le Belgian Music Fund, a également été mis en place fin juin par PlayRight + et Sabam For Culture, en collaboration avec le FACIR et la GALM.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK