Triggerfinger: photos et compte rendu

Triggerfinger: photos et compte rendu
8 images
Triggerfinger: photos et compte rendu - © Tous droits réservés

Quatre dates « sold out » pour les 20 ans du groupe.

Pour la sortie de leur coffret anniversaire (à remporter toute la journée du 19 février sur Classic 21), nous avons été invités, ce jeudi, à l’un des concerts du groupe donné à guichet fermé à la salle De Roma à Anvers.

Depuis le mercredi 13 et jusqu’au samedi 16 février, le groupe de rock belge Triggerfinger est à la fête dans cet écrin anversois qui, à lui seul, vaut le détour. En effet, les lieux ont de quoi charmer le visiteur qui y entre pour la première fois. Cet ancien cinéma des années 30, devenu dans les seventies le temple belge du rock, a gardé son cachet d’époque avec cette salle des pas perdus où l’on peut admirer de vieilles affiches des films d’Hitchcock ou d’Orson Welles...

Qu’à cela ne tienne, nous ne sommes pas là pour mâcher du pop-corn devant un film noir mais bien pour vivre une soirée dédiée aux amoureux… du rock ! Et dans ce domaine, Triggerfinger tire plutôt bien son épingle du jeu. Nous sommes arrivés sur place vers 19h40, dans une salle quasi vide et il n’a pas fallu une demi-heure pour que les lieux soient bondés. 20h15 coup d’envoi. Ruben Block débarque sur scène tout vêtu de vert, défiant toutes les superstitions théâtrales, rejoint par Mario Goossens, Monsieur Paul et Jeffrey qui lancent les hostilités avec le très lourd et lancinant "I’m coming for you" suivi de "First taste". Le son stoner de Triggerfinger se déploie et les morceaux s’enchaînent jusqu’à ce que nos hôtes nous souhaitent la bienvenue à leur fête d’anniversaire.

Les 2000 personnes présentes ne boudent pas leur plaisir. Sans fioritures, le band continue à distiller ses titres : "Flesh Tight", single du dernier opus Colossus, puis le classique et hypnotique "My baby’s got a gun", histoire de nous mettre complètement en transe. Le band lance ensuite un clin d’œil à Rihanna avec une version très rock de "Man Down". Après 1h30 de décibels et de sueur, le groupe feint de tirer sa révérence. Le public est évidemment loin d’être d’accord… Triggerfinger revient au tout devant de la scène en formule minimaliste, plus électro, avec un écran géant montrant le groupe presque ‘pixelisé’. La batterie de Mario a laissé place à des pads de boîte à rythmes, Ruben sort sa guitare à double manche et entame une superbe ballade "It hasn’t gone away" puis "Perfect match" pour terminer par une reprise très new wave de "Need you tonight" d’INXS.

Le public est ravi, comblé même mais en veut encore. Quelques minutes plus tard le band revient et reprend pleine possession de la scène pour "Funtime", un hommage à l’iguane entonné par toute la salle. Triggerfinger nous a une nouvelle fois donné une belle leçon de rock and roll en puisant dans son large répertoire. Dommage peut-être qu’il n’y ait pas eu l’un ou l’autre guest sur scène pour accompagner le groupe… Quoique finalement, quand on y réfléchit bien, les vrais invités à cette fête étaient très nombreux : c’était nous, le public !

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK