The Pretenders : l'album est sorti !

The Pretenders : l’album est sorti !
The Pretenders : l’album est sorti ! - © Tous droits réservés

Le groupe de Chrissie Hynde avait déjà dévoilé quelques titres de "Hate For Sale", son 11e album studio qui sort ce vendredi 17 juillet.

Après "The Buzz", "Hate For Sale" et "Turf Accountant Daddy", les Pretenders ont partagé hier le clip de "You Can’t Hurt A Fool", que nous vous diffusons régulièrement sur Classic 21.

Le groupe a fait appel au célèbre producteur de Blur, Stephen Street, pour la réalisation. "Hate for Sale" est aussi le premier album des Pretenders écrit en collaboration avec le guitariste James Walbourne.

Dans un communiqué, Chrissie Hynde explique : "Je voulais écrire avec lui depuis le début. James est très demandé, il a enregistré avec Jerry Lee Lewis, Dave Gahan et The Rails, pour ne citer qu’eux."

La chanteuse a accordé une interview au Rolling Stone Magazine pour la sortie de ce nouvel album, disponible partout dès aujourd’hui.

Elle explique pourquoi elle ne propose que 10 titres sur 30 minutes : "Je voulais des chansons qui puissent passer à la radio. Il est vrai que, de matière générale, je me retrouve assez bien dans la philosophie du ‘less is more’. On parle de rock’n’roll, là ! Tu dis ce que tu as à dire et tu libères la place."

Comme on peut le lire dans l’interview, le groupe explore plusieurs styles comme le punk sur la plage titulaire, le R’n’B avec "You Can’t Hurt a Fool" et même un peu de ska sur "Lightning Man !". Mais peu importe, Chrissie Hynde explique que les Pretenders ont leur propre son :

"Les Pretenders, c’est un son, et je m’étonne que l’on insiste si peu là-dessus. Un son créé par les Pretenders originaux, trois musiciens dont deux sont morts à cause de la drogue, James Honeyman-Scott et Pete Farndon."

"Quand ils ont disparu, j’avais le choix entre former un nouveau groupe ou continuer de construire à partir de ce qui avait été créé. S’ils avaient ‘simplement’quitté le groupe, je me serais probablement moins senti la charge de poursuivre dans cette voie. J’ai toujours pensé qu’un groupe de rock n’existait pas sans son guitar-hero. Jimmy en était un, peut-être l’un des derniers en Grande-Bretagne, avec une sensibilité à nulle autre pareille. Il est mort à 25 ans, sans accomplir ce qui aurait dû être son destin. Je ne sais pas si on peut parler de responsabilité, mais c’est en tout cas une forme d’honneur que de chercher à perpétuer un patrimoine comme celui des Pretenders."

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK