The Clash : la célèbre basse cassée de Paul Simonon au Musée de Londres

L’un des instruments les plus célèbres de l’histoire des Clash sera bientôt installé en permanence dans le Musée de Londres.

Paul Simonon avait détruit cette basse Fender Precision lors d’un concert au Palladium à New York en 1979 et c’est la photographe Pennie Smith qui avait immortalisé ce moment à l’époque.

Cette photo a ensuite été choisie par Joe Strummer, le chanteur, pour illustrer l’album London Calling des Clash la même année.

 

On peut lire dans The Guardian que Simonon était "de très mauvaise humeur" pendant le concert et qu’il avait cassé sa basse car il était frustré de voir les gens assis dans la salle sans réaction.

L’instrument sera donc bientôt exposé en permanence à Londres dans la galerie consacrée à l’histoire de Londres de 1950 à aujourd’hui. Il avait précédemment été montré au public dans une exposition dédiée uniquement aux Clash.

2 images
De gauche à droite : le chanteur Joe Strummer (1952 - 2002), le bassiste Paul Simonon, le guitariste Mick Jones et le batteur Nicky 'Topper' Headon. © Michael Putland/Getty Images

Ce 26 mars, est sortie Assembly, une compilation dédiée à Joe Strummer, qui rassemble les moments forts du chanteur charismatique, de la bande originale du film Sid and Nancy, jusqu’à sa participation au groupe The Mescaleros, avec lequel il travaillera jusqu’à la fin de sa vie.

A cette occasion, une version live inédite de "I Fought The Law" a été partagée avec un nouveau clip à voir ici.

Mort en 2002 à l’âge de 50 ans, le leader des Clash est devenu une icône du mouvement punk.

Cet album de 16 titres contient aussi des versions inédites des titres "Rudie Can’t Fail" en live et "Junco Partner" en acoustique. Disponible sous divers formats, Assembly propose également des notes écrites par Jakob Dylan, fan de longue date de Joe Strummer. On y trouve enfin le titre Coma Girl, sorti sur l’album posthume Streetcore en 2003.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK