THE 27 CLUB : Kurt Cobain, ou l’histoire d’un joli jeune homme blond aux yeux bleus complètement déglingué

Il crée un groupe en 1987 aux Etats Unis et ce groupe ne ressemblera à aucun autre. Il joue de belles mélodies saccagées par des sons granuleux, pourris. Cette musique que crée Kurt Cobain, c’est du grunge, un style dont Nirvana sera le porte-drapeau et dont vous parlaient Gabrielle Davroy et Laurent Rieppi dans l’émission The 27 Club à réécouter ci-dessous.

 

Kurt Cobain meurt à Seattle à l’âge de 27 ans. Il rejoint le Club des 27 le 5 avril 1994. Nirvana a vécu 7 ans, a sorti 3 albums sans concession, 3 albums tellement cultes (Bleach en 89, Nevermind en 91 et In Utero en 93) qu’aujourd’hui encore, quand un gamin ou gamine apprend la guitare électrique, la basse ou la batterie, il y a de forte chance pour qu’il porte un Tee-shirt flanqué du nom " Nirvana " et qu’il commence à vous jouer " Smells like Teen Spirit " comme si ce titre avait été écrit pour lui.

 

Kurt Cobain, figure emblématique de ce Club des 27, est une, si pas LA véritable icône du rock des années 90. Il est aussi le musicien qui va populariser la musique grunge, qui était jusque-là assez underground, et donc pas connue du grand public.

D’où vient le son de Nirvana ?

Il faut se pencher sur les influences de Kurt Cobain, connaître son background musical pour comprendre comment il va créer le son si particulier de Nirvana.

Enfant, et ça va peut-être en surprendre plus d’un, le jeune Kurt, à l’âge de 6/7 ans est passionné par les Beatles et particulièrement par le personnage de John Lennon qu’il admire… Dans un premier temps, il souhaite devenir batteur, un batteur qui mixerait les qualités de Lennon et de Ringo Starr. Il voudrait avoir le côté créatif de Lennon mais pouvoir garder une certaine forme d’anonymat en restant derrière la batterie.

Kurt Kobain reprendra d’ailleurs le titre " And I Love Her " des Beatles qui sera enregistré sous forme de démo et qui sortira bien longtemps après sa disparition.

 

La première grande blessure de Kurt Cobain, c’est sans doute le divorce de ses parents. Il a 8 ans et les disputes qui entourent cette séparation compliquée le marquent profondément.

Par la suite, Cobain devient plus rebelle, plus troublé aussi, et la musique qui l’inspire notamment est le hard rock de Black Sabbath.

Dans les premiers coups de batterie de "Sweat Leaf" de Black Sabbath, mais également dans les riffs de guitare de ce morceau, on reconnaît clairement une des influences du son de Nirvana… D’ailleurs quand il enregistra le célèbre " Nevermind ", l’album le plus célèbre de Nirvana, Kurt Cobain insistera auprès du producteur pour sonner le plus possible " comme Black Sabbath ".

 

Autre grande source d’influence pour le jeune Kurt c’est Iggy Pop et ses Stooges. Kurt Cobain va puiser l’énergie, la rage de vivre dans le personnage d’Iggy Pop. Des ingrédients très présents notamment dans l’album " Raw Power " d’Iggy Pop and The Stooges paru en 1973…

 

Enfin, après s’être inspiré de ces icônes Classic Rock, Kurt Cobain va puiser l’inspiration chez de nombreux groupes issus de la scène punk/indépendante/hardcore américaine avec des groupes comme Black Flag, Fang, Bad Brains ou encore évidemment, certains fondateurs de la musique grunge comme Green River, Mudhoney ou encore Soundgarden.

Une info pour le fun : quel est le rapport entre l’hymne du rock qu’est " Smells Like Teen Spirit " et les déodorants Colgate-Palmolive ?

L’origine du titre de ce célèbre morceau est amusante… En fait " Teen Spirit " était le nom d’un déodorant qui ciblait principalement les ados et qui était vendu à l’époque par la firme Palmolive-Colgate.

Kathleen Hanna, une amie de Kurt Cobain et chanteuse du groupe Bikini Kill, avait "tagué" sur le mur de la maison de Kurt : " Kurt sent quelque chose dans le genre Teen Spirit " (Kurt Smells like Teen Spirit). Et, à l’époque, Tobi Vail, petite amie de Kurt et également membre du groupe Bikini Kill, avait tendance à abuser de ce déodorant lorsqu’elle se rendait à ses rendez-vous amoureux…

Bref une histoire tout à fait anecdotique pour un titre qui ne le sera pas du tout. D’ailleurs, quelques mois plus tard, vu l’énorme succès du titre de Nirvana, Colgate-Palmolive en profitera pour sortir une nouvelle campagne publicitaire : " Do you smell like Teen Spirit ? Deadorant for YOUR generation "

Giacomo Panarisi de Romano Nervoso et l’image de Kurt Cobain

Pour cette collection célébrant le Club des 27, nous proposons chaque semaine à un artiste belge d’évoquer un des membres de ce Club mythique. Pour parler de Kurt Cobain, il nous fallait un mec un peu fêlé, qui sait se mettre d’équerre, un sacré musicien, une bête de scène, un gars nourri à plusieurs sources musicales pour en faire son propre jus… Et le nom de Giacomo Panarisi est sorti comme une évidence : " La Louvière " est son " Seattle ", " Romano Nervoso " est son " Nirvana " ! Giacomo Panarisi a grandi entouré par plein de styles musicaux différents. A la maison, il écoute aussi bien Faith No More, les Red Hot Chilly Peppers, que Primus, Black Sabbath ou Led Zeppelin, sans oublier la musique qu’écoutent ses parents, musique italienne comme Pino Daniele ou Angelo Branduradi… Un jour, son grand frère reçoit le 1er album d’un groupe américain pas encore très connu, l’album Bleach de Nirvana. Son album préféré de Nirvana, c’est le 3e, l’album In Utero, album brut, violent, sans concession.

C’est le titre "Heart-Shaped Box" qui le marque en particulier (titre inspiré par l’histoire que Kurt Cobain vit avec Courtney Love). Tout est gore dans ce titre y compris le clip et Giacomo adore ça !

 

Le mouvement grunge, avec ce son pourri, tout ça lui plaît, il se reconnaît dans la rage, la liberté, la jeunesse, le sexe, la drogue qui transpirent de l’univers de Nirvana. Giacomo Panarisi nous expliquera d’ailleurs qu’il a compris très jeune qu’il serait musicien et qu’il en ferait son métier. Ça s’est passé un soir, le soir de son 1er concert. Il était ado et ce soir-là, il monte sur scène pour la 1re fois et prend un pied phénoménal, une fille lui fait " un truc sexuel qu’il ne connaissait pas ", il fume son premier joint, tout ça en gagnant de l’argent ! C’est clair, c’est la vie rock’n’roll qu’il voulait mener et c’est ce qu’il fait depuis ce moment-là et on lui souhaite que ça dure pour l’éternité !

Le rock punk spaghetti de Romano Nervoso, c’est notamment ce titre : "Mangia Spaghetti"

 

Ou encore "In the Name of the Lord" :

 

Sans oublier le titre " Stay Home " à acheter pour soutenir financièrement les techniciens de scène impactés par la pandémie.

Giacomo Panarisi est aussi à la manœuvre pour un projet musical intitulé Giac Taylor (One Week/One Record) qui, comme son nom l’indique propose cet été chaque semaine 1 live session enregistrée en one shot dans le studio Italian Stallion Studio. Les morceaux enregistrés en live donneront naissance à un album dont le titre sera " First Of All… Fuck You "

Voici le 1er single et donc le 1er enregistrement live de ce projet bien punk " Belgium is burning ":

 

Allez voir Romano Nervoso sur scène, ca vous videra la tête d’un tas de soucis du quotidien qui nous embrument l’esprit et vous vous reconnecterez avec l’adolescent qui sommeille en vous ! Romano Nervoso en concert avec Boogie Beasts c’est le jeudi 16 décembre au Botanique avec Classic 21 !

The 27 Club

Un des mythes véhiculés par le rock, c’est le fameux Club des 27.

27 ans, c’est l’âge qu’avaient notamment Jimi Hendrix, Kurt Cobain, Janis Joplin, Brian Jones, Amy Winehouse etc. quand ils nous ont quittés. Dans cette thématique, nous brossons chaque samedi à midi le portrait d’un musicien charismatique, en soulignant son influence et son apport artistique.

 

Mythe ou simple coïncidence ? Gabrielle Davroy et Laurent Rieppi vous proposent ces 9 émissions qui seront traitées comme une collection.

The 27 Club : le samedi de 12h à 13h, et en podcasting via classic21.be et les plateformes de téléchargement.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK