THE 27 CLUB : Il y a 50 ans, Jim Morrison, le roi Lézard, rendait son dernier soupir

Ce samedi midi, nous ouvrions la première page d’une collection de 9 émissions qui reviendra sur les plus célèbres membres du mythique club des 27. Et puisque le 3 juillet coïncide avec la date du 50e anniversaire de la mort de Jim Morrison, nous lui consacrions le premier numéro de cette série.

Écoutez le premier épisode ci-dessous :

Club des 27 : Jim Morrison

Si on connaît Jim Morrison, le chanteur, leader des Doors, provocateur, ultra-sensuel, on a moins d’informations sur qui était James Douglas Morrison en privé.

Alors, on ne va pas ici refaire le feuilleton radiophonique proposé récemment sur Classic21 mais concentrons-nous sur le désir de Morrison, à la fin de sa vie, de se dégager de cette image du chanteur adulé par les foules pour vivre sa vie de poète et tenter d’être reconnu comme tel… Et c’est ce qui va le mener à Paris.

Morrison, lire avant d’écrire

Le premier bouquin qui va nourrir ce jeune ado rondelet, timide et introverti c’est " On The Road " (" Sur La route ") de Jack Kerouac, l’un des grands noms des poètes de la Beat Generation.

Ray Manzarek le claviériste des Doors dira d’ailleurs à ce propos : " Si Jack Kerouac n’avait pas écrit " Sur La Route ", les Doors n’auraient jamais existé "

Ado, Morrison est complètement obsédé par ce " On The Road ", il a 14 ans et il dévore ce livre, il surligne les passages qui lui parlent le plus.

Il ira jusqu’à emprunter quelques éléments du caractère du personnage de Dean Moriarty, personnage central d’On The Road, pour construire sa personnalité scénique plus tard et ces emprunts se marquent également dans certains titres des Doors et notamment sur " Cars Hiss By My Window " sur le dernier album des Doors " L.A. Woman " (sorti du vivant de Jim Morrison)

 

On retrouve des traces de la structure de la poésie Beat dans ce titre issu du dernier album des Doors avec Jim Morrison : " LA Woman ", c’était juste avant le départ de Jim Morrison pour Paris, son dernier voyage.

Pourquoi Paris ?

Peut-on rêver mieux comme cadre lorsqu’on désire consacrer son temps à l’écriture ? Jim Morrison s’est éveillé à la poésie lorsqu’il était ado en lisant " Sur la route ", il se nourrira par la suite des écrits de William Blake, il s’imprégnera de Nietzche, et surtout de l’œuvre d’Arthur Rimbaud.

On ne compte plus aujourd’hui le nombre de carnets de notes de poésie laissé par Jim Morrison. Carnets de notes sur lesquels plusieurs de ses amis continuent à travailler, et qui sortent de l’ombre au fur et à mesure du temps.

Parmi ces amis, Frank Lisciandro, notamment producteur de l’album " Jim Morrison &The Doors " sorti en 1978. Pour réaliser cet album posthume, Frank Lisciandro a réalisé un important travail d’archivage attestant de qui était le véritable James Douglas Morrison et non pas le mythe construit après sa mort.

5 images
The Doors © Michael Ochs Archives/Getty Images

Laurent Rieppi a réalisé son interview et lui a demandé comment s’est déroulé l’enregistrement de cet album réalisé 7 ans après la mort de Jim Morrison. Est-il dans la lignée de ce que Jim aurait souhaité ? Quelle atmosphère régnait en studio ? Voici ce que Frank Lisciandro a répondu :

" On a passé de bons moments à enregistrer cet album… Et on a toujours pensé, même avant de nous rendre en studio pour l’enregistrer et puis en studio quand on l’enregistrait… on pensait que Jim était présent tout le temps… On pouvait ressentir ses vibrations… Et ce n’était pas que moi qui ressentais ça, nous ressentions tous ça, c’était très étrange. On avait envie de lui poser la question " est-ce que c’est bien ? ", " est-ce comme ça que tu le ferais ? " mais bien entendu il n’était pas là pour répondre. Mais on se sentait positif par rapport à ce projet, on savait qu’on suivait le bon chemin… Il y a des choses que nous n’avons pas faites correctement pendant l’enregistrement, mais personne ne s’en est rendu compte et bien entendu, il va sans dire que je ne vais en parler maintenant… L’album a été bien entendu un grand succès, peut-être un plus en Europe qu’aux Etats-Unis, et je pense qu’il a permis de faire comprendre au grand nombre que Jim n’était pas seulement un bon songwriter, mais c’était aussi un véritable auteur de poésies et d’autres choses… Écoutez le raconter (et non chanter) " The Ghost song "

Ici, Jim Morrison & The Doors – The Ghost Song sur l’album The American Prayer

Jim Morrison et quelques-uns de ses amis célèbres

Morrison était très ami avec Eric Burdon, la voix des Animals… Ils avaient l’habitude de partager pas mal de beuveries ensemble mais aussi, à quelques rares occasions, la scène.

Plus surprenant peut-être, Alice Cooper s’était également lié d’amitié avec Jim Morrison. Alice Cooper a d’ailleurs enregistré une chanson en pensant à Jim Morrison, cette chanson c’est " Desperado ", un titre qui sort en novembre 1971, quelques mois à peine après la disparition du chanteur des Doors.

Laurent Rieppi a demandé à Alice Cooper en quoi Morrison était son Desperado :

" Pour moi Jim Morrison était LE " Desperado ". Il avait ce côté hors-la-loi et n’avait pas beaucoup de considération pour sa propre santé ou pour la vie tout simplement.

Pour ce titre, j'ai combiné le personnage de Jim à celui du personnage qu’incarnait Robert Vaughn dans le western " Les Sept Mercenaires ", ce personnage qui avait cette superbe veste avec ces deux pistolets, un tireur extrêmement rapide… Ce personnage pour moi était également LE " Desperado ". Donc il y a plusieurs parties du texte du morceau qui font référence à ce personnage. Mais quand je l’ai écrit et quand je l’ai chanté, j’ai chanté à la façon de Jim Morrison, parce que je voulais lui rendre hommage à travers ce titre. "

 

Cette collection dédiée aux membres du Club des 27 est aussi une belle occasion de voir en quoi nos artistes belges se sont inspirés de leur musique pour créer leur propre univers. Cet été, chaque samedi nous donnons la parole à un artiste belge en lien avec le membre du Club des 27 que nous abordons.

Pour évoquer Jim Morrison, nous avions plusieurs noms en tête et c’est la chanteuse du groupe Black Mirrors, Marcella di Troïa qui a eu notre préférence.

Black Mirrors

Depuis la sortie de son premier album Look Into The Black Mirror en septembre 2018, BLACK MIRRORS s’est produit dans 16 pays différents en Europe pour plus de 120 dates. Le groupe a également remporté le prix Rock & Alternatif aux D6bels Music Awards (RTBF).

5 images
Marcella Di Troia dans notre émission The Band Next Door © Benoît Bouchez

Marcella se dit très connectée avec la poésie de Jim Morrison, un artiste qu’elle a découvert lorsqu’elle était une petite fille. Sa grande sœur écoutait les Doors, elle avait aussi une K7 VHS du film " The Doors " réalisé par Olivier Stone en 1991. Marcella était bien trop jeune pour regarder ce genre de film mais dès qu’elle en avait l’occasion, elle empruntait la K7 et regardait en secret quelques minutes du film.

Là où de très nombreuses petites filles installaient un poster d’une star du top 50 des années 90 au mur de leur chambre, Marcella avait collé devant son lit un immense poster de Jim Morrison. Et l’histoire ne s’arrête évidemment pas là, arrivée à l’adolescence, la chanteuse s’intéresse aux textes des chansons des Doors mais aussi à la poésie de Morrison. Elle en possède l’intégrale et s’y retrouve sous 2 angles :

-Les textes de Morrison sont très imagés

-Marcella s’intéresse de près au chamanisme et à la transe, aux portes de la perception si chères au chanteur des Doors.

Ajoutons que lorsque vous verrez Marcella di Troïa sur scène, vous comprendrez instantanément que son lâcher prise, la manière dont elle vit la musique, le contact puissant qui la lie à son public sont un héritage que ne pourrait renier Jim Morrison

Ses 2 morceaux fétiches dans le répertoire des Doors ?

 

Et bien sûr…

 

Allez voir Marcella et son groupe Black Mirrors sur scène, ils sont à l’affiche du Roots & Roses Festival-Lessines, Belgium le 25 juillet avec Classic 21 !

Notez également que Marc Ysaye recevra ce dimanche 4 juillet Gorian Delpature dans ses Classiques pour évoquer l'homme qu'était Morrison, et non l'artiste, ainsi que la séquence Lettres à Jim Morrison diffusée sur La Première.

Ci-dessous, réécoutez le premier épisode de notre série consacrée à Jim Morrison à l'occasion des 50 ans de sa disparition :

The 27 Club

Un des mythes véhiculés par le rock, c’est le fameux Club des 27.

27 ans, c’est l’âge qu’avaient notamment Jimi Hendrix, Kurt Cobain, Janis Joplin, Brian Jones, Amy Winehouse etc. quand ils nous ont quittés. Dans cette thématique, nous brossons chaque samedi à midi le portrait d’un musicien charismatique, en soulignant son influence et son apport artistique.

 

Mythe ou simple coïncidence ? Gabrielle Davroy et Laurent Rieppi vous proposent ces 9 émissions qui seront traitées comme une collection.

The 27 Club : le samedi de 12h à 13h, et en podcasting via classic21.be et les plateformes de téléchargement.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK