Tempo : Eric Clapton – Life In 12 Bars

Eric Clapton sur grand écran
Eric Clapton sur grand écran - © Tous droits réservés

Le film, montré en avant-première en septembre 2017 vous a été proposé ce vendredi 19 juin sur la Trois à 21h10. Il est à revoir ci-dessous dès à présent.

On y croise la légende du Blues, B.B. King, qui évoque son ami Clapton en feuilletant des photos et des archives de la vie du guitariste, depuis son enfance, jusqu’à sa carrière solo, en passant par la période Cream.

C’est la productrice oscarisée Lili Fini Zanuck qui a été choisie pour réaliser ce documentaire.

En 1989, elle avait été récompensée pour son travail sur "Driving Miss Daisy," et a travaillé cette fois avec John Battsek pour le projet "Eric Clapton : Life In 12 Bars."

La productrice a confié à Variety : "Le film est construit sur la musique d’Eric Clapton, son attachement au blues, aux racines, aux traditions, incontournables depuis ses débuts. Il a toujours investigué et expérimenté de nombreuses voies, offrant aux fans et aux médias des directions musicales, des guitares, des tonalités, des groupes, des morceaux, et même des apparences physiques, très variés."

"La vie privée d’Eric Clapton est abordée aussi, ce sera d’ailleurs le point culminant de l’émotion du film : "Bien sûr, son parcours a été difficile, avec les addictions, les deuils,… mais il n’a jamais abandonné, et s’est toujours accroché à ce qu’il aime le plus, la musique."

L’équipe s’est appuyée sur des archives personnelles d’Eric Clapton, des clips, des posters, des lettres, des photos, des dessins, des journaux de bord,… reflets de la vie d’un des plus grands guitaristes au monde.

Le public va découvrir comment le talent de l’artiste et ses ambitions ont été bousculés par des tragédies personnelles et des addictions.

Au cœur des drames qui l’ont ébranlé, il y a l’enfance traumatisante de Clapton. Il a grandi au sein d’une famille à secrets, qui lui a caché l’existence de sa mère biologique. Ce qui a attisé en lui une colère autodestructrice et une méfiance amère envers le monde. Un drame émotionnel qui l’a poursuivi toute sa vie, à travers son art, ses obsessions, ses amitiés personnelles et professionnelles. Clapton est un survivant qui s’est efforcé d’échapper aux dures réalités de la vie, avec un engagement indéfectible envers le blues.

Il était toujours à la recherche d’une expression significative pour façonner et développer son talent musical, surprenant à chaque fois ses fans lorsqu’il quittait un groupe à succès pour un autre, des Yardbirds révolutionnaires au super groupe Cream.

Peu d’artistes peuvent se glorifier d’avoir à ce point influencé la vie d’autres grands musiciens. Clapton s’est produit avec les Beatles, s’est brouillé avec Aretha Franklin, est tombé amoureux de l’épouse de George Harrison, Pattie Boyd, et a traîné avec Jimi Hendrix qui l’appelait son frère de la soul en Angleterre.

Mais la tragédie n’était jamais loin de Clapton, en raison de ses addictions. Après la cocaïne et l’héroïne, il a trouvé refuge dans l’alcool. Peu de temps après, il a dû faire face à la plus grande tragédie de sa vie quand il a perdu son fils de 4 ans dans un accident effroyable.

Miraculeusement, il s’en est sorti, en enregistrant l’album le plus réussi de toute sa carrière, comprenant l’une de ses chansons les plus personnelles et les plus cathartiques.

Cet événement tragique a été le catalyseur d’une nouvelle phase dans sa vie. Au lieu de se perdre dans la drogue et l’alcool, il a trouvé force et consolation dans sa musique, et la paix dans une relation saine et heureuse.

Aujourd’hui, à 71 ans, il est un père et un mari aimant, une figure emblématique de la musique qui continue à se produire à guichets fermés.

Un documentaire à découvrir dans Tempo en télé sur La Trois ce vendredi 19 juin à 21h10 et sur Auvio si vous l’avez manqué.

Le film avait été présenté en avant-première au Festival du Film International de Toronto.

Eric Clapton avait, pour l’occasion, accordé une interview au Billboard. Le journaliste a évoqué la perte de vitesse de la guitare dans les plus jeunes générations, plutôt attirées par l’EDM et les émissions de téléréalité musicales.

Eric Clapton a paru amusé et a répondu "je n’avais pas remarqué que les choses allaient si mal. Vous savez, je suis hors de tout ça, je ne sais pas ce qui se passe, mais je pense que toute chose arrive naturellement à sa fin un jour. Mes enfants écoutent du classic rock, mais sans doute à cause de moi. C’est ce que je leur ai joué depuis toujours, depuis leur conception. Je leur ai préparé des playlists, je pense que je leur ai fait un lavage de cerveau, et dans ce style de musique, il y a forcément toujours une guitare, et de vrais instruments et chanteurs. Je pense que tout ira bien pour la musique. Même ce qui paraît sombre ira bien. "

Le journaliste du Billboard lui avait alors montré les résultats d’une étude statistique réalisée par le Washington Post à propos des ventes de guitares qui baissent d’un million à 1.5 millions par an, mettant dès lors les grandes marques telles que Gibson et Fender dans de réelles difficultés financières. Eric Clapton lui a alors répondu en riant "je ne sais pas, peut-être que c’est la fin de la guitare ! C’est tout de même une bonne question”.

Le 8 juin 2018 sortait la bande originale qui accompagne le documentaire "Life in 12 Bars" consacré à Eric Clapton. Disponible en divers formats, cette compilation accueille des titres des Yardbirds, John Mayall, Cream, Blind Faith, Derek and the Dominos, Beatles, Muddy Waters, Aretha Franklin… et évidemment des titres solos.

Cinq inédits sont présents, dont une version de 17 minutes de Spoonful (période Cream) enregistrée live en octobre 1968, deux titres de Derek and the Dominos (High et Little Wing en hommage à Hendrix), une version de I shot the Sheriff datant d’une session de 1974 et une version live du pétillant Little Queenie de Chuck Berry, également extraite d’un concert de 1974 à Long Beach.

TRACKLISTING :


DISC 1
1.Big Bill Broonzy : Backwater Blues (4.07) The Big Bill Broonzy Story 1957
2. Muddy Waters : My Life Is Ruined (2.38) Chess single 1953
3. Muddy Waters : I Got Mojo Working (4.28) Live At Newport Jazz Festival 1960
4. The Yardbirds : I Wish You Would (2.19) – studio version
5. The Yardbirds : For Your Love (2.30) For Your Love 1965
6. John Mayall&The Bluesbreakers : Steppin’Out (2.29) John Mayall Bluesbreakers with Eric Clapton 1966
7. John Mayall&The Bluesbreakers : All Your Love (3.37) John Mayall Bluesbreakers with Eric Clapton 1966
8. Cream : I Feel Free (2.57) Fresh Cream 1966
9. Cream : Strange Brew (2.50) Disraeli Gears 1967
10. Cream : Sunshine of Your Love (4.12) – studio version
11. Aretha Franklin : Good to Me As I Am To You (3.58) Lady Soul / Recorded on December 16 and 17, 1967
12. Cream : Crossroads live (4.18) Wheels Of Fire / Recorded 10 March 1968 at Winterland, San Francisco, CA16
13. The Beatles : While My Guitar Gently Weeps (4.45) The Beatles / Recorded 5 – 6 September 1968
14. Cream : Badge (2.48) Goodbye / Recorded October 1968 at IBC Studios in London
15. Cream : White Room live (5.41) Live Cream II / recorded October 4, 1968 at the Oakland Coliseum Arena
16. Cream : Spoonful (17.27) live from Goodbye tour – LA Forum October 19, 1968 previously unreleased
17. Blind Faith : Presence Of The Lord (4.52) – studio version

DISC 2
1.Delaney&Bonnie&Friends featuring Eric Clapton : Comin' Home (7.51) Live at Fairfield Halls
2. Eric Clapton : After Midnight (3.25) alternate mix from Eric Clapton (first album) 1970
3. Eric Clapton : Let It Rain (5.00) alternate mix from Eric Clapton (first album) 1970
4. Derek and The Dominos : High (3.10) (Olympic Studios, April 1971) Derek and The Dominos album previously unreleased
5. George Harrison : My Sweet Lord (4.44) All Things Must Pass 1970
6. Derek and The Dominos : Thorn Tree In The Garden (2.55) Layla&Other Assorted Love Songs 1970
7. Derek and The Dominos : Nobody Knows You When You’re Down And Out (5.01) Layla&Other Assorted Love Songs 1970
8. Derek and The Dominos : Bell Bottom Blues (5.08) Layla&Other Assorted Love Songs 1970
9. Derek and The Dominos : Layla (7.10) Layla&Other Assorted Love Songs 1970
10. Derek and The Dominos : Little Wing (6.11) Live At The Fillmore 1970
11. Derek and The Dominos : Got To Get Better In A Little While (6.05) – studio version
12. Eric Clapton : I Shot The Sheriff (6.54) previously unreleased full length version from 461 Ocean Blvd 1970
13. Eric Clapton : Little Queenie live (6.00) Long Beach Arena, Long Beach, California, July 19/20, 1974 previously unreleased
14. Eric Clapton : Mainline Florida (4.08) 461 Ocean Boulevard 1974
15. Eric Clapton : Tears In Heaven (4.31) – studio version

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK