Taxer les riches ? Mais à partir de quel seuil est-on "riche" ?

La question se pose déjà mais se posera avec beaucoup plus de virulence à l’automne prochain : "Qui va payer l’ardoise de la Covid-19 ?".

D’emblée, oublions les délires sur l’annulation totale de la dette publique liée à la Covid-19, les Allemands et les pays nordiques (rebaptisés "frugaux"), comme les Pays-Bas, ne voudront pas galvauder la signature de leur Etat. Comme d’habitude, le débat sur l’annulation de la dette publique ne dépassera pas les frontières de la France et de la partie francophone de la Belgique. Normal, c’est un marronnier qui refleurit à chaque crise. Mais au bout du compte, les Allemands (les vrais patrons de l’Europe) nous rappellerons qu’il n’y a pas pire ennemi de l’économie que l’alchimie.

En revanche, il y a une certitude : les "riches" devront payer en partie cette crise. Pourquoi écrire "devront", alors qu’ils n’y sont pour rien dans cette crise ? Pourquoi les mettre à contribution alors qu’ils sont affligés autant que vous et moi de ce virus qui ne fait aucune différence de statut social ? Raisonnement imparable, mais voilà, les riches sont supposés avoir les "épaules plus larges" que les autres et ils devront passer au tiroir-caisse. D’ailleurs, par pudeur envers ces futurs guillotinés, les politiques préfèrent parler des personnes "plus aisées" ou des "épaules les plus larges" afin d’éviter un terme fleurant bon la lutte des classes. En réalité, la question ne se pose même plus.

Pour éviter l’éclosion d’une montagne de gémissements, Jamie Dimon, le patron emblématique de la banque américaine JP Morgan, a même demandé que les riches payent une sorte d’impôt de crise. Solidaire mais exceptionnel dans son esprit. Leurre classique : Jamie Dimon n’est pas vraiment un patron de gauche mais il a compris que si les plus nantis ne font pas un effort de solidarité, l’effet boomerang sera douloureux. Bref, autant anticiper les réactions de la population et choisir soi-même son impôt de crise plutôt que de se le faire imposer par les partis politiques les plus extrêmes. D’ailleurs le FMI, un organisme international qui n’est pas connu pour son gauchisme extrême, ne dit rien d’autre. Dans son dernier rapport, il préconise de faire payer les "riches", non parce que l’impôt qu’ils paieront va régler notre dette publique, mais parce que c’est un symbole fort. Nos gouvernants en Europe en sont conscients, ils n’ignorent pas qu’il y a un rejet des élites politiques, journalistiques (d’où le succès des réseaux asociaux) et même des experts. A nos portes, en France, les derniers sondages font état d’un deuxième tour de l’élection présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Avec la crainte de voir Marine Le Pen accéder à la présidence.

Le mot d’ordre des politiques en France, en Belgique et ailleurs, c’est : évitons les débordements sociaux. Sachant que l’esprit contemporain ne supporte plus l’existence d’un problème sans solution, ni de catastrophe sans responsable, les "riches", à défaut d’être responsables, seront la victime médiatique des frustrations générales.

Mais encore faut-il définir qui est "riche" ? Normal, avant de taxer, faudra bien savoir qui appartient ou pas à cette catégorie enviée. Et c’est là que les choses s’avèrent complexes à mettre en œuvre. Plusieurs sondages réalisés en France ont montré que le "riche", n’est pas celui qui a un yacht, une splendide villa à Saint-Tropez ou que sais-je encore. Non, selon ces sondages, le "riche", c’est notre voisin, celui ou celle qui gagne juste le… Double de notre salaire ! Sachant que le salaire moyen en 2021 en Belgique est d’environ 2000 euros, un "riche" en Belgique ou en France, est donc quelqu’un qui gagne 4000 euros par mois. D’ailleurs, c’était le seuil de richesse établi par François Hollande, l’ancien président de la République française. Sans doute avait-il vu ces sondages avant de déclarer qu’on était riche à hauteur de 4000 euros par mois. Le souci, c’est que lui gagnait à l’époque 28.000 euros par mois.

Le clin d’œil avec l’actualité est clair : 28.000 euros par mois, c’est exactement le seuil fixé par Joe Biden pour taxer les riches aux Etats-Unis. Soit 400.000 dollars par an ou 28.000 euros par mois. Comme quoi les "riches" des uns sont les "pauvres" des autres.

 
Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK