Stones/The Verve : merci au manager

Stones/The Verve : merci au manager
Stones/The Verve : merci au manager - © BEN STANSALL - AFP

Le manager John Kennedy, qui s’occupe de Richard Ashcroft, a expliqué les termes de la négociation.

On apprenait le 24 mai dernier que Mick Jagger et Keith Richards, crédités comme compositeurs sur le morceau " Bittersweet Symphony ", avaient décidé de reverser leurs royalties au groupe The Verve.

Ce hit du groupe The Verve, sorti en 1997, samplait un court segment instrumental de 4 secondes joué par Andrew Loog Oldham Orchestra, sur le morceau " The last Time " des Rolling Stones. A l’époque, une autorisation avait été délivrée pour l’usage de l’enregistrement, mais pas pour l’utilisation dans la chanson. La seule solution pour Richard Ashcroft avait été de renoncer à ses droits et royalties sur le morceau.

Un vrai coup dur pour Richard Ashcroft, qui s’était senti " dépossédé de son enfant " et qui avait touché environ 1000$, alors que les royalties sont au total estimées à 5 millions de dollars pour ce morceau.

Le 23 mai dernier, Richard Ashcroft a annoncé qu’il avait été remboursé, après 22 ans de bagarres juridiques.

" J’ai été très heureux d’apprendre le mois dernier que Mick Jagger et Keith Richards ont accepté de me reverser leur part sur ce morceau " Bitter Sweet Symphony ", a déclaré Richard Ashcroft. " Cette issue heureuse a été rendue possible grâce au geste magnanime de Mick et Keith, qui se sont dit d’accord de ne plus figurer dans les crédits, pour que nous puissions dorénavant toucher les royalties sur le morceau. Je voudrais aussi remercier mon management, Steve Kutner et John Kennedy, le manager des Stones Joyce Smyth, et assurer Mick et Keith de ma reconnaissance et de mon profond respect. Music is power. "

Ce deal historique a été rendu possible grâce à l’intervention des managers John Kennedy et Steve Kutner qui ont approché Jody Klein du groupe ABKCO – il s’agit du fils d’Allen Klein, mort en 2009 – sur le délicat sujet de " Bitter Sweet Symphony ".

 

Ils ont ensuite contacté Joyce Smyth, le manager des Rolling Stones, qui a accepté de discuter personnellement avec Mick Jagger et Keith Richards.

 

John Kennedy avoue qu’il ne pensait pas que la négociation donnerait quelque chose, mais au mois d’avril, Kutner et lui ont reçu un appel de Joyce Smith relayant l’accord des Stones pour reverser leur part des royalties, et pour enlever leurs noms des crédits du morceau.

 

"Steve et moi avons presque pleuré : cela prouvait enfin que " Bitter Sweet Symphony " était l’œuvre créative de Richard uniquement. Sans Joyce Smyth, tout ceci n’aurait jamais existé. "

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK