Stevie Wonder s'exprime sur la situation aux USA

Steve Wonder s’exprime sur la situation aux USA
Steve Wonder s’exprime sur la situation aux USA - © Getty Images - Getty Images for Global Citizen

Stevie Wonder s’est exprimé via les réseaux sociaux pour évoquer les erreurs de Donald Trump, le Jour de l’Emancipation (Juneteenth), et les prochaines élections.

"Vendredi dernier, nous avons été nombreux à célébrer ce Jour de l’Emancipation et de la Liberté. J’en fais partie. Mais d’autres ne l’ont pas fait. Trois états ne le reconnaissent toujours pas : le Dakota du Nord, le Dakota du Sud, et Hawaii. Quel effet cela fait-il de célébrer une liberté que nous n’avons toujours pas ? Cela semble trop familier."

Stevie Wonder ajoute qu’il aura fallu 18 ans pour que le jour de Martin Luther King Jr. devienne un jour férié, grâce à la loi de 1983 qui jouera un rôle clé : "C’est un combat que je ne voulais pas perdre. Beaucoup s’y sont joints et je les en remercie. Mais nous y sommes à nouveau, et à nouveau, et à nouveau."

Le chanteur a alors extrait quelques lignes de paroles de sa chanson "Visions" ("I’m not one who makes believe/I know that leaves are green") avant d’ajouter, "Si la vie peut avoir une fin, tout peut avoir une fin. Ce racisme pourrait aussi avoir une fin. Les violences policières pourraient s’arrêter. La répression économique qui touche les personnes de couleur pourrait avoir une fin. L’humanité pourrait avoir une fin. Un mouvement sans action est un mouvement qui continue d’exister quand même."

Stevie Wonder a ensuite incité les gens à aller voter : "Si vous vous sentez concernés, bougez plus qu’uniquement votre bouche pour parler. Bougez vos pieds et vos mains et allez voter. Le futur est entre vos mains, vous avez ce pouvoir du vote alors faites changer les choses !"

"Black lives matter", a-t-il conclu, "et ce n’est pas seulement un nouvel hashtag à la mode. Ce sont nos vies, pour du vrai. Oui, toutes les vies ont de l’importance. Mais elles n’ont d’importance que si la vie des noirs importe aussi. C’est un jour triste quand je regarde la situation en 2020. L’univers nous regarde. Je parle de vous, de moi, de nous."

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK