Springsteen, une vie sur scène 5/5 : Le couvre-feu est terminé

Springsteen
Springsteen - © Tous droits réservés

L’histoire la plus insolite arrivée lors d’un concert du Boss, date du 14 juillet 2012 à Hyde Park, à Londres. Après plus de trois heures de show, la soirée touche à sa fin, Springsteen fait monter un invité sur scène en annonçant au public " Ladies and gentlemen, Sir Paul McCartney "

À l’occasion des 70 ans du Boss, Eric Laforge vous propose cinq épisodes pour cinq anecdotes insolites sur Bruce Springsteen en concert, du 23 au 27 septembre 2019, à 8h15 dans le Morning Club de Classic 21.

Tous les épisodes seront disponibles en réécoute ici.

Le bassiste débarque pour un duo endiablé sur quelques chansons des Beatles puis un medley entre ''Twist and Shout'' et ''La Bamba''. Au milieu du medley, le concert est devenu soudainement 'unplugged', mais vraiment 'unplugged'. Un type dans les coulisses avait l’ordre de couper le courant à une heure précise pour le couvre-feu. Et il a fait son boulot, trop bien. Interrupteur sur Off. McCartney sur scène avec le Boss… " rien à foutre, j’ai des ordres moi ", a dû dire le très respectueux maître du temps en coulisse.

Du coup les deux méga stars du rock se sont retrouvées comme des ronds de serviette au milieu d’une toile cirée. " Juste après j’ai dit à Paul, je peux comprendre qu’il me débranche moi, mais toi, ils ne peuvent pas te faire ça, tu es Sir ou quelque chose comme ça, non ? "

Quelques jours plus tard, à Dublin, le Boss a commencé son concert à la fin d’une chanson, en l’occurrence, ''Twist and Shout''. Puis une fois les dernières notes jouées, il a dit en souriant. " Voilà, c’est la fin du couvre-feu, je viens de terminer ici le concert de Londres. Je vais commencer celui de Dublin. "

Pour terminer cette série consacrée au Boss, à l’occasion de son anniversaire : il a eu 70 ans le lundi 23 septembre 2019, le mieux est de conclure par une citation de lui qui vous montrera son état d’esprit lorsqu’il monte sur scène, ça dit tout : " Tous les soirs, quelle que soit la ville, dans la salle, il y a un ado qui a dépensé toutes ses économies pour acheter sa place, et il attend ce show depuis six mois, et il en rêve la nuit, il a arraché à ses parents la permission d’aller au concert, il mise toute sa vie émotionnelle sur ces trois heures de rock. Qu’il ait tort ou raison, c’est un fait : il mise tout sur toi. Si tu le déçois, tu brises quelque chose d’important. Alors, quand tu montes sur scène, il faut jouer pour lui, et pour lui seul. Et, quand le concert est fini, cet ado doit être encore plus épuisé que toi. "

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK