Soft Cell en interview à propos de "Tainted Love", juste après sa sortie

C’est déjà l’heure de notre dernière archive eighties Sonuma.

Pour refermer cette série en beauté, j’ai choisi une interview de Soft Cell.

Bien sûr on y voit Marc Almond haut en couleur, affichant clairement son côté extraverti, sa joie de vivre et assumant pleinement qui il est. Il est question du Tube "Tainted Love" dans cette archive. Comme souvent, derrière un succès planétaire de cette ampleur, il y a matière à découvrir une histoire super intéressante.

Ce que dit furtivement Marc Almond dans cette interview, c’est que le "Tainted Love " qu’il chante alors est une reprise d’un titre chanté par Gloria Jones en 1964 (petite parenthèse, Gloria Jones fut la petite amie de Marc Bolan, chanteur de T-Rex dont Marc Almond est hyper fan. Elle fut aussi un temps claviériste et choriste de T-Rex). Et si Soft Cell a choisi ce titre, c’est parce qu’il fait partie de la vague " Northern Soul ", un courant musical dont on parle peu et qui a pourtant agité les clubs et arrières salles de nombreux pubs dans le nord de l’Angleterre principalement dans les années 70.

La Northern Soul, de quoi s’agit-il ?

C’est le nom qu’a donné un journaliste musical anglais à des morceaux de soul, souvent sortis au milieu des années 60, produits pour la plupart à Detroit, Philadelphie ou Chicago, un son " Motown " à la rythmique puissante et au beat martelé aux alentours de 100 fois par minute, soit, des productions qui font danser dans les boîtes de nuit !

Phénomène intéressant à souligner, pendant que le monde entier écoute d’autres styles musicaux, les habitants du nord de l’Angleterre décident " d’arrêter le temps " et de danser sur cette black music endiablée dans les pubs et clubs de leur région.

Marc Almond est anglais, il a fait ses études à Leeds dans le nord du pays et c’est là qu’il rencontre Dave Ball avec lequel il fonde Soft Cell en 1979. 2 ans plus tard, le titre "Soft Cell " est en boîte. Le duo a choisi de ralentir la cadence de la version originale est lui donne une sonorité eighties en la jouant aux synthétiseurs.

Le morceau passe sur toutes les radios, dans près de 20 pays, le duo fait son show aux 4 coins de la planète et le mot " show " est particulièrement adapté à ce que propose Soft Cell sur scène. Les prestations du duo sont très théâtrales, parfois scandaleuses aux yeux de certains. Il y règne une ambiance de cabaret avec une dose de provocation qui colle merveilleusement bien à Marc Almond. Pour l’avoir vu récemment sur scène, ces ingrédients sont toujours bien présents dans l’univers de cette icône des eighties.

Revenons-en à cette archive tournée en novembre 1981 sur le plateau de l’émission RTBF "Ligne Rock". Gilles Verlant mène l’interview que je vous propose de déguster telle une madeleine de Proust.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK