Slipknot: Décès d'un fan en concert

Embed from Getty Images

Un fan du groupe a perdu la vie lors d’un concert du Knotfest au Hollywood Casino Amphitheatre dans l’IIllinois.

Richard Valadez, 62 ans, était dans la fosse avec d’autres fans pendant le concert du 11 août à Chicago quand il est soudainement tombé au sol et s’est mis à convulser. Il a été déclaré mort sur place à 23h34 selon le bureau du Cook County Medical Examiner.

On ne connaît pas encore la cause exacte de ce décès et une autopsie a été demandée.

"Tout le monde dansait et se poussait, comme dans tous les pogos de concerts de metal", explique un témoin, Anthony Mackey "mais il a soudain eu cette attaque et tout le monde a essayé de l’aider." Deux hommes ont pratiqué une réanimation en attendant l’arrivée sur place du service de secours.

Slipknot est au cœur de l’actualité avec la sortie du tout nouvel album, il y a une semaine, "We are not Your Kind".

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de le découvrir, sachez que le batteur Jay Weinberg, qui a remplacé Joey Jordison en 2014, vous propose une sorte de "visite guidée" en vidéo, titre par titre, pour mieux appréhender cet album.

Slipknot a joué le nouveau single "Solway Firth" en live pour la première fois.

Le titre qui referme cet album sorti vendredi, "We are not Your Kind", a été proposé sur la scène du Hollywood Casino Amphitheatre de Tinley Park dans l’Illinois, entre "Before I Forget" et The Heretic Anthem".

L’album connaît un excellent lancement avec une 1ère place en 18 ans, devançant le nouvel album d’Ed Sheeran.

Dans une nouvelle interview, Corey Taylor évoque la sortie d’un livre l’année prochaine. Le précédent, "America 51", sorti en 2017, tournait le président américain Donald Trump en dérision, et le chanteur s’était dit émotionnellement épuisé à sa sortie.

"J’ai eu besoin de faire un break d’écriture après la sortie d’"America 51", le projet m’avait pompé toute mon énergie mentale ", a-t-il expliqué dans cette nouvelle séance de questions/réponses. "Mais je pense m’y remettre, j’ai de bonnes idées pour un roman, mais aussi pour un "livre de discours" comme j’aime les appeler. Je pense donc que l’année prochaine, je travaillerai là-dessus. Mais pour l’instant, je me concentre sur Slipknot."

La semaine dernière, Corey Taylor avait dit regretter l’amalgame que font certains politiciens entre la violence et la musique, les films et les jeux vidéo. "La musique est une cible facile pour ces autorités qui ne la connaissent pas. Ils ne font aucun effort pour la découvrir et la comprendre, et ils viennent la blâmer." Il avait ensuite cité la hausse des haines raciales, envers les immigrants, ou la communauté LGBTQ, avant d’ajouter : "Il y a bien trop d’armes aux Etats-Unis. Si je sors dans la rue, j’en trouve une en quelques minutes. Il y a une culture toxique des armes, presque un culte et cela m’inquiète beaucoup".

Mais après qu’un follower sur Twitter a regretté ses propos (il est lui-même en possession de deux 9 mm chez lui pour sa propre sécurité), Corey Taylor a clarifié les choses : "Bien sûr mec. Merci pour ta question. Je n’ai pas de problème avec les détenteurs responsables d’armes. Je n’en n’ai pas non plus avec le deuxième amendement. Mon problème est la facilité avec laquelle on peut s’en procurer et la psychose derrière cette violence. J’ai grandi avec des armes et je les respecte. Mais certains ne le font pas."

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK