Séquence spéciale : Seal

Séquence spéciale : Seal
2 images
Séquence spéciale : Seal - © Tous droits réservés

A l’occasion de la sortie de son nouvel album, ‘’Standards’’, l’espace lounge de Classic 21 recevra ce samedi 25 novembre, un invité exceptionnel : Seal. ‘’They Can’t Take That Away From Me’’, ‘’Luck Be A Lady’’, ‘’I Put A Spell On You’’, ‘’I’ve Got You Under My Skin’’ … Dans la tradition des grands crooners américains tels que Frank Sinatra, Dean Martin ou Samy Davis Jr, Seal vient de revisiter quelques grands classiques du fameux ‘’American Songbook’’. Enregistré dans les mythiques Capitol Studios de Los Angeles, Seal s’est fait plaisir en se mesurant à quelques compositions indémodables.

" C’est l’album que j’ai toujours voulu faire ", confie Seal. " J’ai grandi en écoutant la musique de l’époque du Rat Pack, et j’ai toujours rêvé d’enregistrer ces chansons intemporelles. Travailler avec les musiciens qui ont accompagné Frank Sinatra et tant de mes artistes préférés, dans les studios même où la magie a opéré pour la première fois, a été un véritable honneur.

Ces journées d’enregistrement comptent parmi les plus extraordinaires de ma carrière studio. " Sur “Standards”, son dixième album studio, Seal met sa voix inimitable au service de certains des plus grands standards du jazz et du swing jamais composés. Au sommet de son art depuis trente ans, la légende britannique de la soul insuffle une nouvelle vie à ces titres inoubliables et rend hommage à des légendes telles que Frank Sinatra, Ella Fitzgerald et Nina Simone.

Seal Henry Samuel, alias Seal et d'origines nigériane, brésilienne et afro-caribéenne, est né à Londres le 19 février 1963. Il fait des études d'architecture avant de se tourner vers la musique et de faire partie d'un groupe de funk, Push, dans les années 1980. Seal commence à percer lors de sa collaboration avec un producteur de techno et de house très prisé en Angleterre, Adamski, sur le titre ‘’Killer’’ qui fait alors fureur dans les clubs londoniens en 1988. Mais sa carrière démarre réellement en 1991, avec son single ‘’Crazy’’, titre soul sobre, teinté d'un mysticisme new age. Cet artiste anglais s'inscrit alors dans le renouveau de la soul britannique des années 1990.

En 1991, son premier album ‘’Seal’’, produit par Trevor Horn (The Buggles, Propaganda, Art Of Noise, Frankie Goes To Hollywood), connaît un succès mondial. Trois ans après, il enregistre ‘’Manic Depression’’ de Jimi Hendrix, avec Jeff Beck, qui sort sur l'album ‘’Stone Free’’ en hommage au guitariste. Son deuxième album, sorti en 1994, porte le même nom que le précédent et suit le même chemin. Il comprend le titre " Kiss from a Rose " repris sur la bande originale du film Batman Forever.

Il sort plusieurs albums, ‘’Human Being’’ en 1998, ‘’Seal IV’’ en 2003, ‘’System’’ en 2007. Après avoir vendu quinze millions d'albums, l'année 2008 est celle de tous les records avec l'album de reprises ‘’Soul’’. Resté des dizaines de semaines en tête des ventes partout dans le monde, il inclut ses versions personnelles de standards d'Otis Redding, James Brown, Sam Cooke, Al Green, The Impressions, Ann Pebbles et Deniece Williams. Une version live, ‘’Soul Live’’, sort en juin 2009.

Son septième opus entièrement original sort en septembre 2010. Produit par le fidèle David Foster, ‘’Commitment’’ renoue avec le R&B moderne et orchestral des disques précédents. La fièvre de la soul - et son phénoménal succès - le reprend en 2011 pour ‘’Soul 2’’, dans lequel il se mesure à des classiques estampillés Marvin Gaye, Al Green, Bill Withers ou The Spinners. Quatre ans après, Seal retrouve son producteur fétiche Trevor Horn qui, assisté de Jamie Odell, concocte un neuvième album original placé sous le signe amoureux, ‘’7’’.

Sa carrière lui a permis de vendre plus de trente millions d’albums et de se produire sur les scènes les plus prestigieuses du monde entier. En revisitant les plus grands classiques du jazz et du swing sur son dixième album en studio, ‘’Standards’’, Seal a voulu aussi s’entourer des musiciens qui ont accompagné en son temps Frank Sinatra (le pianiste Randy Waldman), Ella Fitzgerald et Ray Charles (le bassiste Chuck Berghofer) Quincy Jones et Stevie Wonder (le batteur Greg Fields).

Et ça a l’air facile de reprendre ces classiques. Est-ce vraiment le cas ? Eléments de réponse dans l’espace lounge de Classic 21 ce samedi avec Seal. Let’s Swing !

 

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK