Séquence Spéciale : John Oates

lounge
lounge - © Tous droits réservés

Notre invité de ce samedi sera le chanteur et guitariste John Oates, une des deux moitiés du collectif Hall & Oates. Vont-ils bientôt enregistrer des nouvelles chansons ? Le duo va-t-il se reformer définitivement ? Nous tenterons d’en savoir plus ce samedi dans Classic 21 Lounge dès 21 heures.

Daryl Hall, choriste de Smokey Robinson and the Miracles, rencontre le guitariste John Oates à Philadelphie en 1967. Chanteurs de groupes rivaux, ils unissent leurs voix pour former un duo imprégné de soul et de rock. Trois albums à la tonalité plus rock se succèdent : ‘Whole Oats’(produit par Arif Mardin), ‘Abandoned Luncheonette’et ‘War Babies’(produit par Todd Rundgren) entre 1972 et 1974. Passé d’Atlantic à RCA, Hall & Oates revient à un style plus soul et demande à Sara Allen, la petite amie de Daryl Hall de les accompagner. Elle écrira la plupart de leurs hits. En 1976, ‘Sara Smile’et la réédition de ‘She’s Gone’leur offrent deux hits consécutifs, dépassés par le succès de ‘Rich Girl’, n°1 extrait de ‘Bigger Than Both of Us'. Trois albums suivent, dont ‘Beauty on a Black Street’en 1977. De son côté, Daryl Hall amorce une carrière solo avec ‘Sacred Songs’(1980).

La décennie suivante apporte la notoriété internationale à Hall & Oates qui collectionne les succès à travers la reprise de ‘You’ve Lost That Lovin' Feeling’et l’original ‘Everytime You Go Away’(repris par Paul Young en 1985). L’album ‘Voices’est suivi de ‘Private Eyes’(1981), qui offre les n°1 ‘Private Eyes’et ‘I Can’t Go for That (No Can Do)’. Plus synthétique, ‘H2O’contient leur plus grand hit, ‘Maneater’fin 1982. La compilation ‘Rock’N’Soul Part 1’vient à point l’année suivante, avec l’inédit’Say It Isn’t So’. Hall & Oates est alors le duo le plus populaire de la planète. Durant certaines tournées et concerts, des musiciens de soul et de blues reconnus ont joué au sein du groupe. Alors que la réputation du duo est due à sa série de succès dans les classements pop dans les années 1980, Hall & Oates est aussi reconnu pour sa capacité à croiser les frontières de plusieurs styles.

En 1984, Hall & Oates entament une période plus électronique et commerciale, marquée par ‘Big Bam Boom’(‘Out of Touch’devient n°1 et ‘Method of Modern Love’n°5). Le Live at the Apollo with David Ruffin & Eddie Kendrick (ex Temptations) de 1985 offre une parenthèse avant la période Arista (1988-1990). Ils atteignent à nouveau le Top 40 pour la dernière fois en 1990, et lentement le public se détourne du groupe, bien que formellement celui-ci ne se soit pas séparé et continue à enregistrer et à partir en tournée. Leur collaboratrice Sara Allen meurt d’une leucémie en 1993 et le duo enregistre ensuite ‘Marigold Sky’(1997) et le très bon ‘Do It for Love’(2003).

En 2004, ‘Our Kind of Soul’est un album de reprises, et ‘Home for Christmas’, deux ans après, un disque de Noël. Depuis se succèdent compilations et albums live (Live at the Troubadour en 2008). Les deux musiciens continuent à poursuivre deux carrières solos bien distinctes, John Oates dans le blues. Et Daryl Hall dans des albums plus soul rock en plus d’émissions TV musicales qu’il enregistre chez lui : Daryl’s House. Ce qui ne les empêche pas de repartir occasionnellement en tournée pour re-visiter le répertoire de Hall & Oates. Comme ce fut le cas lors de leur tournée estivale 2019 en Europe.

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK