Sequence spéciale : Bootsy Collins

Bootsy Collins
2 images
Bootsy Collins - © Tous droits réservés

Le maître du funk : après un récent concert sold out à l’AB, Bootsy Collins sera en tête d’affiche le dimanche 29 juin à Couleur Café. Temptations et Soulpower reviennent sur la carrière du musicien ce samedi 21 juin.

C’est en 1970, alors âgé de 18 ans, que William " Bootsy " Collins rejoint avec son frère le groupe de James Brown, rebaptisé les JBs. Il n’y restera qu’un peu moins d’un an mais assez pour marquer le funk de son empreinte. On peut entendre ses époustouflantes lignes de basses sur des classiques intemporels comme "Get Up (I Feel Like Being a) Sex Machine", "Bewildered (1970)", "Super Bad", "Soul Power" ou "Talkin' Loud and Sayin' Nothing" de James Brown lui-même et sur deux instrumentaux des JBs, "The Grunt" et "These Are the J.B.'s".

Chez Jools Holland :

Bootsy explique le « One », ce que James Brown considérait comme fondamental dans le funk :

C’est un usage un peu trop intensif du LSD qui coutera à Bootsy sa place de bassiste auprès de James Brown, onze mois à peine après avoir intégré le groupe. Le bassiste raconte que les deux hommes ne se sont plus jamais parlé après qu’il ait été congédié. En 1972 Booty déménage pour Detroit dans le but de rejoindre les Spinners mais opte finalement pour Funkadelic, le groupe de George Clinton. Avec Funkadelic –et également Parliament, autre groupe de George Clinton-, Bootsy va développer un jeu de basse très personnel pour lequel il fait usage de diverses pédales d'effets : filtres, autowah, chorus, etc. De quoi en faire un des musiciens les plus influents de son époque.

La vidéo de Deee-Lite :

Depuis les années 70, Bootsy a collaboré à de nombreux projets, dont son propre Bootsy’s Rubber Band, produit des artistes comme Zapp et Roger, joué avec Jerry Harrison de Talking Heads ou encore Bill Laswell. Il sera également dans le clip de " Groove Is In The Heart ", le tube de Deee-Lite en 1991 dans lequel on entend sa voix caractéristique. Personnage central du funk, Bootsy a eu une influence majeure sur le G-Funk, ce rap west coast très funky des années 90, mais aussi sur le rock, le métal ou l’avant-garde comme en témoignent ses collaborations avec le guitariste Buckethead. Des musiciens comme Lenny Kravitz, Rage Against The Machine ou les Red Hot Chili Peppers lui doivent tous quelque chose.

Jean-Paul Smismans évoquera brièvement sa carrière dans Temptations et à 23h, dans Soulpower, vous pourrez entendre quelques titres de Bootsy, en solo, chez James Brown, chez Funkadelic et Parliament et même chez Deee-Lite.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK