Séquence Culture du vendredi 5 mars

Une exposition percutante vient de s’ouvrir : ''Margaret Harrison-Danser Sur Les Missiles''.

Cela se passe au BPS 22 de Charleroi. Une première en Belgique. Figure majeure de l’art féministe, Margaret Harrison réfléchit sur les notions de classe et de genre. La première exposition personnelle de Margaret Harrison a tenu une journée. Fermée pour indécence. C’était en 1971 à la Motif Edition Gallery de Londres. Depuis elle a fait du chemin. Pratiquant art et activisme, cette artiste s’attache à rendre visibles les formes de domination qui se manifestent dans les sphères professionnelles et domestiques, tout comme dans l’histoire de l’art et la culture populaire. Des figures de super-héros issus des comics nord-américains sont transformées avec humour et pertinence. L’exposition met en avant la diversité de pratiques de Margaret Harrison ; installations, peintures, dessins et textes, qui, à 81 ans continue d’affirmer que "l’art doit être politique, sinon rien !"Objectification du corps féminin, violences machistes : l’œuvre de Margaret Harrison retrace les grands combats politiques européens du XXe siècle. Elle donne aussi la force d’affronter ceux du XXIe. À voir absolument jusqu’au 23 mai 2021 au BPS22 de Charleroi.

Je vous emmène à Bruxelles pour visiter une autre expo : ''Fake for Real''.

Comme son nom l’indique l’exposition traite de l’histoire du faux et de la contrefaçonAujourd’hui, la désinformation est partout, mais le mal est ancien. L’histoire regorge de faux-semblants de toutes natures. Le Cheval de Troie, modèle mythologique de la supercherie, fait ainsi écho aux problèmes contemporains d’un monde dominé par Internet. La maison de l’histoire Européenne vous embarque pour un voyage dans le temps et une aventure au gré des fraudes et falsifications qui ont jalonné l’histoire tout en gardant un œil sur la réalité des choses. ''Fake for real'' c’est à Bruxelles jusqu’en octobre 2021.

Et enfin une petite suggestion théâtrale à découvrir sur Auvio, un seul en scène : ''Final Cut''.

Un Monologue en duo qui avait été créé au Théâtre Océan Nord à Bruxelles. Dans une confidence intime, Myriam Saduis confie son équation compliquée entre un père musulman tunisien et une mère catholique italo-française. C’est aussi toute une tranche d’histoire qu’elle fait revivre. Ce monologue en duo, plein d’images et de chansons, dit le refus de se laisser briser. La brisure fait place à l’enquête, et l’enquête ouvre au monde. Les petits mondes et le grand Monde sont ici tout emboîtés : colonisation des peuples, des corps des fils et des corps des filles. ''Final Cut'' est disponible sur Auvio.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK