Sécurité : Restez Concentrés !

sécurité
sécurité - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le véhicule devant vous ralentit sans raison apparente et zigzague dans sa bande de circulation ? Vous vous demandez si le conducteur n’est pas victime d’un malaise et, alors qu’une pointe d’angoisse vous assaille, vous craignez de devoir appliquer les gestes de réanimation cardiaque que vous avez appris en passant le brevet de premier secours ? Que nenni, comme on dit à Liège, il y a au moins 99% de chances que vous ayez affaire à un conducteur occupé à autre chose en plus de la conduite plutôt qu’à quelqu’un qui se tord de douleur derrière son volant. Et la plupart du temps, c’est le smartphone de ce conducteur qui accapare la majeure partie de son attention, au point que la conduite devient alors très secondaire.

Cette situation, nous l’avons toutes et tous vécue. Et à chaque fois, nous avons râlé sur le conducteur qui nous a fait le coup. Ce qui n’empêche pourtant pas une partie d’entre nous de faire pareil, alors que nous identifions parfaitement la gêne et le danger que cela occasionne quand il s’agit d’un autre conducteur qui en est l’auteur. Nous croyons-nous supérieurs ? Pensons-nous vraiment nous en sortir mieux que tous ces conducteurs distraits qui nous effrayent ? Il doit sans doute y avoir ce ça. Même si les statistiques démontrent clairement les dangers de divers comportements, comme l’alcool ou le GSM au volant, une partie des usagers pense visiblement ne pas être concernée par les statistiques qui ressortent de l’analyse des accidents. Combien d’accidents pourrions-nous éviter si les usagers ne se croyaient pas plus forts que les données ? Sans doute un très grand nombre.

Et pour en revenir à la distraction au volant, des études ont montré qu’un conducteur qui téléphonait en roulant a quatre fois plus de risque de provoquer un accident. S’il envoie un SMS, le risque est multiplié par 23. Ce n’est pas mieux si on consulte les réseaux sociaux. Mais il n’y a pas que le GSM qui peut distraire. Une étude récente menée à l’université de Leeds, au Royaume Uni, a démontré que boire ou manger au volant faisait baisser le temps de réaction du conducteur de 44%, ça n’est pas rien. Bref, la conduite est une occupation à plein temps qui nécessite une attention maximale. Et les surhommes n’existent que dans les films ou les séries…

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK