Save My Soul : Le Label Ric-Tic et Edwin Starr - Back Street

C’est sans doute le label le plus recherché par les collectionneurs et fans de rare soul et aussi le concurrent direct de la Motown, on s’arrête à Detroit, Michigan, bienvenue chez Ric-Tic Records !

Formé en 1962 par Joanne Bratton et Ed Wingate, appelé Ric-Tic en hommage au fils de Joanne Bratton, le label va très vite se poser comme une référence de la soul music à Detroit, à tel point que Berry Gordy, très mécontent du succès de Ric-Tic proposa une somme mirobolante pour acheter les artistes et les faire signer chez Motown. Le label Tic-Tic sera finalement absorbé par Motown, mais cela, vous connaissez la formule : c’est une autre histoire.

Parmi les artistes maison, citons The Fantastic Four et The Detroit Emeralds, Freddy Gorman (futur Motown), J.J. Barnes et surtout Edwin Starr, la machine à tube du label Ric-Tic !

Edwin Starr est né à Nashville, TN en 1942, il sera d’abord, et comme beaucoup à l’époque, membre d’un groupe de doo-wop The Future Tones et sort ses premiers disques en solo dès le milieu des années 60.

Parmi ceux-ci ''Twenty-Five Miles'' et ''Agent Double’O’Soul'', un titre hommage à James Bond, alors incarné par un Sean Connery triomphant.

''Stop The War Now'' sera aussi un énorme succès, la petite histoire veut que les Temptations, qui avaient enregistré la première version, n’aient pas voulu de sortie en single craignant pour leur image… Bruce Springsteen en fera aussi un succès mais ne sera jamais en tête des charts comme le fut Edwin Starr au Canada et aux Etats-Unis.

Edwin Starr fut une figure très importante de la scène northern soul anglaise, et ses 45 tours sont toujours dans les playlists des disc-jockeys spécialisés, même en 2021. Installé en Grande-Bretagne il est victime d’un infarctus, il décède en avril 2003, à son domicile proche de Nottingham.

''Back Street'' est son 2e hit chez Ric-Tic en 1966.

Durant ces quelques semaines des vacances d’été, on vous replonge dans cette période bénie, entre sixties et seventies, une époque où les 45 tours se vendaient par millions, et parmi ces quantités astronomiques de galettes, des disques tantôt rares, tantôt introuvables, que les DJ’s de l’époque faisaient tourner dans les clubs branchés et spécialisés en soul music.

Réécoutez les séquences dans leur intégralité ici.

''Save My Soul'' avec Jean-Yves Louis, le vendredi à 11h45 sur Classic 21 dans Tempo, en podcasting via classic21.be et les plateformes de téléchargement.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK