Salon de Genève (fin)

Salon de Genève
12 images
Salon de Genève - © Tous droits réservés

GENEVE : SUZUKI, TOYOTA, VOLKSWAGEN, VOLVO

Retournons une dernière fois à Genève.

SUZUKI

Déjà dévoilé sous l’appellation «REGINA» à l’occasion du Tokyo Motor Show, en 2011, SUZUKI propose une nouvelle vision de la citadine compacte «mondiale». Elle n’accuse que 730 kilos sur la balance grâce à une réduction des masses très poussée et affiche un coefficient de traînée au moins 10% inférieur à celui d’une Suzuki actuelle du segment A par le biais d’un perfectionnement sur l’aérodynamisme de la voiture. Avec pour résultat une chute des émissions de CO2 à 70 g/km d’où son appellation G70.Cette voiture au look sympa dispose d’un petit 800 cc à injection directe et d’un système Stop&Start et d’une boîte CVT. Avec son poids rikiki (100 kg de moins qu’une Alto) et ces nouvelles technologies, la G70 devrait répondre à la demande de compactes (très) peu polluantes. Elle serait attendue pour 2015.
Autre proposition sur le stand du constructeur, la Swift Range Extender. Sur le mode déjà utilisé par GENERAL MOTORS sur ses voitures de l’année CHEVROLET Volt et OPEL Ampera, SUZUKI propose une voiture compacte électrique à l’autonomie prolongée, grâce à la présence d’un générateur intégré. La Swift Range Extender est capable de parcourir 30 km sur ses seules batteries (pleine charge) mais peut accroître son autonomie grâce à son générateur alimenté par un moteur thermique. Par rapport à une voiture électrique conventionnelle dépendant entièrement de l’électricité stockée dans ses batteries, la Swift Range Extender dispose d’une batterie lithium-ion plus compacte et plus rapide à recharger, mais aussi plus légère, moins gourmande en ressources et moins coûteuse. Ce modèle a été présenté sous l’appellation «Swift EV Hybrid» lors du Tokyo Motor Show 2011 et semble assez aboutie puisqu’on parle d’une présentation officielle d’un véhicule de production au Mondial de Paris en octobre.

TOYOTA

La Yaris hybride est montrée à Genève dans sa forme définitive de ommercialisation dès le mois de juin. C’est la première compacte hybride qui va défendre le système hybride et je suis tenté de dire que pour la première fois, ce type de motorisation va enfin porter ses fruits puis que la Yaris est avant tout une citadine polyvalente et que c’est sur le type de parcours qu’elle va principalement affronter que le système hybride montre son efficacité. Cette version est 2 cm plus longue que les versions essence et diesel, son porte-à-faux avant est plus prononcé mais le rayon de braquage reste le même (4.7 m). La carrosserie a été restylée pour favoriser encore davantage l’aérodynamisme, l’habitabilité a été préservée et le coffre n’a pas été réduit. Le système HSD associe un moteur essence de 1.5 l (au lieu du 1.8 l associé aux autres propositions HSD de la marque) à un ensemble électrique plus léger et plus compact. Au total, le groupe pèse 42 kg de moins que celui de l’Auris hybride, par exemple et il est associé à une boîte CVT elle aussi plus légère. Pour une puissance maxi (thermique + électrique) de 100 ch, la consommation annoncée est de 3.5 l aux 100 km.
La GT86 arrive cet été dans les concessions. Identique à la BRZ de SUBARU, elle associe le moteur quatre cylindres à plat implanté très bas et un peu gourmand de SUBARU et la technologie d’injection D-4S de TOYOTA pour renforcer la puissance (200 ch) et le couple (205 Nm) et assurer une consommation annoncée de 6.9 l aux 100 km.
Un concept car attirait le regard sur le stand. Immédiatement reconnaissable comme une TOYOTA, le concept FT-Bh est l’étude d’un véhicule à émissions minimes 100 % hybride à moteur essence 2 cylindres de 1.000 cc. Pesant moins de 800 kg, cette berline quatre places est étudiée pour atteindre une consommation de 2.1 l aux 100 km et être produite à faible coût et donc être vendue à un prix qui le rende abordable à tous.
Le concept TOYOTA FCV-R préfigure une voiture qui pourrait être commercialisée dès 2015. Les FCV (Fuel Cell Vehicule) sont alimentées à l’hydrogène. Celui-ci est stocké comme carburant dans le réservoir de la voiture. Conjugué à l’oxygène contenu dans l’air, il produit une réaction chimique qui procure l’énergie nécessaire à la propulsion du véhicule. Le moteur FCV offre un rendement exceptionnel puisqu’il est le double de celui d’un moteur thermique traditionnel essence ou diesel tout en ne produisant, en matière d’émissions que de la vapeur d’eau. Dernier concept sur le stand, celui de la berline NS4 qui présente une possibilité d’hybridation originale chez TOYOTA mais aussi une nouvelle orientation stylistique. Berline quatre portes (en élytres) quatre places, la NS4 reçoit un toit à panneaux solaires et diverses technologies destinées à améliorer le confort surtout thermique,

VOLKSWAGEN

VOLKSWAGEN présentent l’eco Up! et une version 5 portes de cette même Up ! Les motorisations 1 l 3 cylindres (60 ch et 75 ch), les niveaux de finition (up!, move up! et high up!, ainsi que les variantes black up! et white up!) et dimensions (3,.54 m de long, 1,64 m de large et 1,48 m de haut) de la 5 portes sont identiques à celles de la version 3 portes. Avec ses deux portes supplémentaires, la Up! affiche pourtant un profil différent. Si la ceinture de caisse remonte vers l’arrière sur la version 3 portes, elle forme ici une ligne droite. Les porte-à-faux très courts contribuent également au style de la 5 portes. Les parties avant et arrière sont identiques sur les versions 3 et 5 portes. VW propose les mêmes équipements optionnels pour les versions 3 et 5 portes. Parmi ceux-ci, des systèmes comme le « City Emergency Braking » (fonction de freinage d’urgence en ville). En version BlueMotion Technology (qui inclut notamment le système « Stop&Start », la récupération d’énergie au freinage et des pneus à faible résistance au roulement), ils consomment en moyenne respectivement 4,1 l/100 km (60 ch) et 4,2 l/100 km (75 ch). Les moteurs de 1 l de cylindrée descendent ainsi sous le seuil des 100 g/km de CO2.
VOLKSWAGEN présente la version de série de l’eco Up!. Alimentée au gaz naturel, ne la confondons pas avec une version LPG. Grâce au gaz naturel et à la BlueMotion Technology de série (qui comprend notamment le système « Stop&Start» et la récupération d’énergie), cette toute nouvelle Up! se distingue par ses émissions de CO2 moyennes de seulement 79 g/km. Elle brille aussi par sa consommation moyenne de gaz naturel d’à peine 2,9 kg/100 km. Les moteurs au gaz naturel sont très propres et bénéficient dans certains pays d’avantages fiscaux. Pas chez nous où ce mode d’alimentation n’est pas très populaire malgré les efforts de certains constructeurs. Pour l’eco Up!, VW a utilisé un nouveau 3 cylindres de 1 l qui développe 68 ch à 6.200 tr/min et affiche un couple maximal de 90 Nm entre 3.000 et 4.300 tr/min.
Le deuxième concept Cross Coupé est présent à Genève. Avec une longueur de 4,345 m, le Cross Coupé est plus long qu’une Golf et plus court qu’un Tiguan. Du reste, sa largeur (1,868 m) et sa hauteur (1,523 m) se situent à mi-chemin entre ces deux véhicules. On remarque également l’empattement très long (2,630 m) par rapport à la longueur totale du véhicule, soit 52 mm de plus que sur la Golf et 26 mm que sur le Tiguan. Les porte-à-faux sont donc courts (855 mm à l’avant, 860 mm à l’arrière) et les proportions générales sont très ramassées et accrocheuses. Ce nouveau concept car est propulsé par un ensemble composé d’un turbodiesel à injection directe (TDI) et de deux moteurs électriques. Le tout pour une consommation de 1,8 l/100 km ce qui correspond à des émissions de CO2 de 46 g/km ! Le Cross Coupé est un SUV totalisant 306 ch, pouvant atteindre 220 km/h et affichant un poids à vide de 1 858 kg. Le conducteur a cinq modes de conduite à sa disposition : CITY(mode Eco avec une consommation minimale), SPORT (dynamisme élevé), OFFROAD (transmission intégrale permanente), mode E (mode purement électrique) suivant le réglage EV-CITY ou EV-SPORT et enfin CHARGE (via le moteur TDI). Parallèlement, le Cross Coupé active ou désactive les moteurs et les essieux entraînés selon différents modes opératoires en fonction des besoins. Lorsque toutes les réserves d’énergie disponibles à bord sont mobilisées, on obtient, avec une consommation moyenne de 1,8 l/100 km et un réservoir de 55 l, une autonomie théorique de 1 287 km.
Autre nouveauté : la Polo BlueGT mue par le moteur 1.4 TSI. C’est la première VOLKSWAGEN de série à bénéficier de la coupure temporaire de cylindres. Le système met temporairement hors service les cylindres 2 et 3 à charge basse ou moyenne. Les cylindres sont systématiquement coupés quand le régime se situe entre 1.250 et 4.000 tr/min et le couple, entre 25 et 100 Nm. Le processus de basculement mécanique d’un mode de fonctionnement à l’autre a lieu en moins d’une demi-rotation d’arbre à cames. Le conducteur est tenu au courant du nombre de cylindres actif via l’afficheur de l’ordinateur de bord situé entre le compteur et le compte-tours. A l’aise dans les hauts régimes, le TSI développe 140 ch tout en ne consommant en moyenne que 4,7 l/100 km. Secondé par la boîte automatisée DSG proposée en option, il se contente même de 4,5 l/100 km. Et on parle bien d’essence et non de diesel ! Après avoir accéléré de 0 à 100 km/h en 7,9 s, la nouvelle Volkswagen poursuit sur sa lancée jusqu’à 210 km/h. Frugalité et sportivité peuvent donc parfaitement s’accorder. Attention que cette version « Blue » ne permet pas à ses émissions de descendre sous le seuil des 100 gr de CO2/km.

VOLVO

La nouvelle V40 qui sortira des chaînes de VOLVO à Gand n’est plus destinée comme le voulait une certaine tradition suédoise à transporter « la vieille garde-robe que Mémé veut absolument nous offrir ». Elle se veut cousine 5 places, 5 portes de la C30. Sacré changement de mentalité. Il n’y aura plus deux modèles dans cette série (S40 berline et V40 break). C’est dans l’air du temps. Belle elle est, la Suédoise. Sûre aussi, avec une exclusivité : un airbag destiné à protéger un piéton en cas de choc. Celui-ci se déploie au pied du pare-brise pour amortir le choc du piéton contre la carrosserie en cas d’accident. Avant le choc, celui-ci aura été amorti grâce au système de freinage automatique dont la voiture dispose et qui réagit maintenant jusqu’à 50 km/h au lieu de 30. La nouvelle Volvo V40 propose deux configurations de châssis différentes : une Dynamique, de série, et une Sport. La direction est assistée électriquement et le conducteur peut choisir 3 niveaux d’assistance. Elle a permis l'intégration de fonctions de sécurité et d'assistance à la conduite impliquant la direction, comme l'aide au maintien dans la voie et l'aide au stationnement « Park Assist Pilot ». Pour ce qui concerne les moteurs, traditionnellement, le T5 5 cylindres 2,5 L turbocompressé délivre une puissance de 254 ch pour un couple de 400 Nm, dont 40 Nm par overboost dispensés en phase d'accélération. S’il coiffe les propositions, il y a d’autres propositions. L'offre de milieu de gamme comporte deux versions du moteur 1,6 L GTDi : T4 de 180 ch et T3 de 150 ch. La version T5 est équipée d'une boîte automatique à 6 rapports, tandis que la T4 est proposée avec la boîte automatique Powershift à 6 rapports ou une boîte manuelle à 6 rapports. Le T3 est équipé d'une boîte manuelle. Du côté des diesels, le 5 cylindres D4 turbodiesel de 2,0 L a été optimisé. Il délivre 177 ch pour un couple de 400 Nm sur une plage de régime étendue. Il existe par ailleurs le D3 2,0 L d'une puissance de 150 ch pour un couple de 350 Nm. Les deux turbodiesels sont proposés avec une boîte automatique à 6 rapports ou une boîte manuelle à 6 rapports. La version D2 de la Volvo V40 voit ses émissions de CO2 chuter à 94 g/km, ce qui correspond à une consommation de carburant de seulement 3,6 L/100 km. Le moteur Diesel 1,6 L fournit une puissance de 115 ch et un couple de 285 Nm, dont 15 Nm par overboost. Le moteur D2 est couplé à une boîte manuelle à 6 rapports et à la fonction start&stop. Il peut être également accouplé à la boîte Powershift à 6 rapports. La V40 est proposée avec un nouveau combiné d'instrumentation entièrement graphique qui affiche toujours les informations les plus pertinentes dans tout contexte donné, sous le regard du conducteur. Celui-ci peut opter parmi trois thèmes différents : Elégance, avec fond d'éclairage ambre, empreint de classicisme et de sérénité, Eco, avec fond d'éclairage vert, et Performances, avec fond d'éclairage rouge. On le voit, cette V40 va bouleverser le monde des Allemandes de prestige et des Françaises de standing. Tout bénéfice pour le consommateur
Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK