Ronnie Wood expose ses oeuvres à Londres

Ronnie Wood va ouvrir une exposition à Londres dans quelques jours.

"The Ronnie Wood Collection" sera déjà visible dès le 12 décembre, en présence du guitariste des Rolling Stones au 71 Blandford Street, Marylebone. Ce soir-là, il prévoit de recréer son studio au sol de la galerie d’art, sorte de "peinture live".

Les visiteurs pourront y voir des peintures de l’artiste, de nouvelles œuvres inédites, des éditions signées, et des impressions numérotées.

Un nouveau documentaire sur la vie de Ronnie Wood est sorti au cinéma en Angleterre le mois dernier.

"Ronnie Wood : Somebody Up There Likes Me", retrace la vie du guitariste de son enfance dans l’Angleterre d’après-guerre, en passant par ses groupes comme le Jeff Beck Group, les Faces et les Rolling Stones. Il traite aussi de cette époque où il avait dû se battre contre ses addictions et l’abus de drogues.

Ce documentaire a été réalisé par Mike Figgis, connu pour son film "Leaving Las Vegas," récompensé d’un Academy Award en 1995. On y retrouve des interviews de Keith Richards, Mick Jagger, Rod Stewart, Charlie Watts et Ron Wood lui-même.

"J’ai été aux mains du destin toute ma vie," explique-t-il dans le trailer à voir ci-dessous, "et j’étais au bon endroit au bon moment."

Selon les critiques, le film ne manque pas d’évoquer ses addictions, comme l’alcoolisme. "Si vous parlez à quelqu’un de sobre, vous parlez à une vraie personne," explique sa femme Sally dans la bande-annonce. "Je préfère cette vraie personne."

Dans ce documentaire, Ronnie Wood se souvient de l’époque où il avait toujours avec lui un bec bunsen pour fumer de la cocaïne.

Il explique : "J’avais complètement perdu le contrôle et il m’a fallu trois ans pour en être quitte. J’adorais cette crasse, j’en emmenais partout, je pensais qu’il n’y avait pas mieux. J’en prenais dans les fêtes et je conseillais à tout le monde d’essayer. J’avais tout le matériel avec moi, les pipes, un grand bec bunsen, tout ce qu’il fallait… et les gens me prenaient pour un fou, mais j’adorais ça."

Évoquant sa sobriété dans le documentaire, le guitariste des Faces explique : "C’est difficile, parce qu’une fois que vous en êtes débarrassé, vous vous dites 'allez, c’est bon, je suis clean, je peux en reprendre juste une fois'".

"Et c’est la plus grande des erreurs, parce que vous ne pouvez pas en prendre 'une seule fois'. Sans doute que j’aime trop ça, ce qui est vrai aussi pour d’autres choses, comme la musique, mais l’alcool et les drogues, j’adore ça."

Des témoignages de ses collègues à propos de son rôle déterminant au sein des Stones figureront également dans ce projet. "Ce groupe fonctionne avec deux guitares," explique Keith Richards. "Et leurs propriétaires sont très importants."

Ron Wood a passé l’année à donner des concerts dans des stades de foot aux Etats-Unis avec les Rolling Stones.

Il a aussi sorti un LP en hommage à Chuck Berry à la mi-novembre.

Ronnie Wood, légendaire guitariste des Rolling Stones et grande figure de l’histoire du rock, a sorti "Ronnie Wood with His Wild Fire- Mad Lad : A Live Tribute to Chuck Berry".

Comme son nom l’indique, l’album composé de 11 titres est un hommage à la carrière et au catalogue d’un des plus grands noms du rock’n’roll, Chuck Berry. Enregistré en public au théâtre Tivoli de Wimborne (Dorset) en Angleterre, le concert est notamment marqué par la participation de deux invités prestigieux, la chanteuse Imelda May et le pianiste Ben Waters. La pochette de l’album, signée par Ronnie Wood "himself", représente le légendaire et regretté Chuck Berry.

L’album est le premier volet d’une trilogie proposée par Ronnie Wood et son groupe entièrement consacrée aux héros du guitariste des Stones. Wood a choisi Chuck Berry pour ce premier volet parce qu’il est un fan de la première heure mais aussi parce qu’il a eu l’honneur de tourner avec lui.

Le disque se veut aussi un hommage à la mémoire de Chuk Berry, disparu il y a un peu plus de deux ans.

La sortie de l’album a été célébrée au London Film Festival le 12 octobre, dans le cadre de la première du documentaire "Somebody Up There Likes Me", consacré à la vie et la carrière de Ron Wood en tant que musicien mais aussi en tant que peintre.

Le film documentaire est annoncé pour le début de l’année prochaine.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK