Ringo Starr au Festival du Film Fantastique

the legacy
5 images
the legacy - © Tous droits réservés

1986, année faste pour le Festival du film fantastique au Passage 44 à Bruxelles. Et pour la première fois ''Rock à Gogo'' s’y trouve en direct non stop ! Premier Bal des Vampires mais aussi de solides invités de marque. Souvenir ému de Peter Fonda, le 19 mars qui accepte de revenir le lendemain comme commentateur d’une heure de programme musical de son cru qu’il tire du mini K7 qui l’accompagne pendant ses voyages en avion. L’homme a bon goût : Neil Young, Doors, Jefferson Airplane et, bien sur, le “Born to be wild” de Steppenwolf, “Easy Rider” oblige!

Et le 24 mars, invité d’honneur du festival : Ringo Starr ! Cela fait quelques années qu’il n’enregistre plus d’albums solo, le succès n’est plus au rendez-vous. Mais Ringo Starr, c’est Ringo Starr !!!

Modeste, sympa, et très accessible. Courte rencontre sous les flashs des photographes.

Fan de cinéma mais aussi de littérature de science-fiction. Et s’il est là, c’est surtout pour Terry Gilliam qui vient présenter " Brazil ".

Synopsis : Sam Lowry, un bureaucrate d'un monde rétro-futuriste totalitaire, essaye de corriger une erreur administrative, et va lui-même devenir un ennemi de l'État. Sam se contente de son travail et de sa petite vie tranquille tout en s'échappant en rêve dans un monde de héros romantiques. Son existence satisfaite, mais solitaire, est compliquée par l'arrestation brutale d'un certain Archibald Buttle, en raison d'une erreur administrative. Il tente de réparer cette injustice et doit lutter contre un système extrêmement contrôlé qui le considère de plus en plus comme un dissident. Les tentatives de sa mère de lui obtenir une promotion, l'intrusion d'un chauffagiste rebelle au système, Harry Tuttle, et la survenue en chair et en os de la femme de ses rêves sont les autres éléments de l'intrigue.

Ringo Starr a fait l’acteur de temps à autre. Ok, il joue toujours son propre personnage, il ne va se comparer à Donald Sutherland qu’il admire, capable lui de jouer tous les rôles. Bon Qu’est-ce qui est le plus difficile pour lui : jouer ou chanter ? La réponse fuse.

Voici l'interview originale :

Sans commentaire, à propos des Beatles, il explique gentiment qu’il n’a pas grand-chose à dire…

Cette année là, le jury international est composé de Freddie Francis, Alain Jessua, Harry Kümel, Marc Lobet, Gérald Frydman et Mahmoud Ben Mahmoud et a attribué :

Le Corbeau d'or à Piccoli fuochi (it) de Peter Del Monte

Le Corbeau d'argent à Maxie de Paul Aaron

 

Mardi 24 février : de la Ferme V à la cathédrale St-Michel

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK