Richard Ashcroft attend son argent

Embed from Getty Images

Le single « Bitter Sweet Symphony » de 1997 est au cœur d’une bataille juridique depuis environ 21 ans.

L’ex-chanteur de The Verve s’est à nouveau exprimé sur le procès autour de ce single, affirmant qu’il espère un jour pouvoir récupérer des royalties qu’il a perdues depuis 1997.

Peu après la sortie du single, un procès a été émis à son encontre car il samplait un enregistrement de 1965 du Andrew Oldham Orchestra pour « The Last Time » des Rolling Stones.

Ashcroft était crédité comme l’unique auteur de « Bitter Sweet Symphony ». Le groupe a donc dû ensuite laisser ses droits et les royalties du morceau aux héritiers d’Allen Klein et à sa société ABKCO Music & Records, Inc (à qui appartiennent les droits du catalogue des Stones). Plus tard, Mick Jagger et Keith Richards ont été crédités comme coauteurs.

Richard Ashcroft s’en est pris, dans une interview avec Kyle Meredith, à Jody Klein, le fils d’Allen, maintenant directeur de la société ABKCO.

« Ce p*** de Mr. Junior est à la tête de cette société. Je vais revenir chercher mon argent, » s’est-il exprimé. « Quelqu’un m’a volé Dieu-sait-combien de millions de dollars en 1997, et ils les ont toujours. Je m’en fiche d’où ils viennent, c’est un réel problème. Donc je lui dis, je dis à Allen Klein Jr. que j’arrive récupérer mon argent. »

« Vous savez, quand son père était encore en vie, les gens pouvaient en intimider d’autres en étant des gangsters dans le business de la musique, » continue-t-il. « Malheureusement aujourd’hui, nous vivons dans un monde où n’importe qui peut être un gangster, même un gangster virtuel, vous pouvez être un gangster de n’importe quelle manière, vous pouvez former deux numéros, et vous pouvez en trouver un. Tout le monde est un gangster. »

« Donc il n’y a plus d’attitude de ce genre. Nous n’avons plus peur de ces 'grandes figures'. Ça me fait rire quand j’entends parler de ces grands managers des 70’s. Maintenant, ces mecs ne tiendraient pas 5 minutes… Car nous vivons dans un monde différent, et quiconque travaille dans ce business le sait. »

Ashcroft a insinué, lors de cette interview, qu’il pourrait réouvrir le procès dans un futur proche.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK