Revente de tickets de concert: les professionnels en désaccord

Revente tickets
Revente tickets - © Tous droits réservés

Les professionnels de la vente de tickets de concerts ont invité mardi le Parlement à agir avec prudence dans sa volonté de réguler, notamment en plafonnant les prix de revente, le marché secondaire de tickets, caractérisé aujourd'hui par son opacité et de nombreux abus.

Invités à s'exprimer devant la commission de l'Economie de la Chambre, tant les représentants de l'Ancienne Belgique, de Live Nation, mais aussi du site d'e-commerce eBay notamment, ont chacun fait entendre leurs remarques quant aux deux propositions de loi sur la table, l'une déposée par l'Open Vld Willem-Frederik Schiltz, l'autre par la PS Karine Lalieux.

Afin de préserver l'accès de tous à la culture et assurer une meilleure protection des consommateurs, ces textes proposent notamment de limiter le relèvement des prix des tickets à la revente à 10% de leur valeur faciale, mais aussi d'améliorer la transparence dans l'élaboration des prix.

Devant les députés, le directeur financier de l'AB, Ignace De Breuck, a tenu à souligner combien la revente de billets sur internet s'était internationalisée, rendant les sanctions envisagées difficilement praticables.

"On a même trouvé un site brésilien qui vendait des tickets de l'AB...", a confié M. De Breuck.

Représentant de la plate-forme de vente sur internet eBay, M. McCowen a tenu à mettre les députés en garde, jugeant les règles étudiées "impraticables".

"Les limitations de prix ne sont pas une solution et ne fonctionneront pas. Les gens continueront à payer davantage pour obtenir un ticket s'ils le veulent vraiment".

Selon lui, c'est la distribution des billets qui devrait être modifiée, pointant notamment le grand nombre de tickets réservés par les sponsors ou les entreprises, aux dépens des petits consommateurs.

Sans surprise, le représentant d'eBay a défendu la revente de tickets sur internet.

"Internet n'a pas créé le marché secondaire de tickets. Il existait déjà avant. Mais il l'a rendu plus transparent, plus sûr, et plus compétitif que la revente en rue où le consommateur n'a aucun recours en cas de problème avec son billet".

Selon lui, seuls 4% des revendeurs de tickets sur eBay le font dans un but purement professionnel, neuf vendeurs sur dix n'écoulant que 5 tickets tout au plus chaque année...

Invité également à éclairer les députés, le professeur Pierre-Guillaume Méon (ULB) a présenté les conclusions d'une étude sur le sujet, laquelle montre que, en moyenne, les billets revendus sur eBay enregistrent une plus-value de près de 47%, alors que ceux revendus en rue le sont avec une perte de 20%!

"On constate une diminution du prix moyen plus on approche de l'événement. Les vendeurs ont en effet peur de rester avec des tickets sur les bras...".

S'il s'est dit favorable à l'interdiction de revente avec plus-value pour préserver l'accès démocratique à la culture, le Pr Méon a toutefois invité le législateur à ne pas interdire la revente sans plus-value.

"Les consommateurs sont souvent incités à acheter leurs billets longtemps avant l'événement. Un délai durant lequel beaucoup de choses peuvent survenir.

Certains ont donc parfois un motif tout à fait légitime à vouloir revendre leurs tickets en cas d'empêchement", a-t-il expliqué en substance.

M. Méon préconise également la multiplication des points de vente de billets pour empêcher au mieux les acheteurs-spéculateurs d'acquérir en un même endroit un grand nombre de billets, ce qui aggrave la pénurie de billets.

Et aussi

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK