Radio Caroline : l'avortement

Radio Caroline : l'avortement
Radio Caroline : l'avortement - © Cyndi Monaghan - Getty Images

Le 28 septembre dernier, des centaines de milliers de femmes défilaient un peu partout dans le monde pour défendre, encore et toujours, le droit à l’avortement. Et pour cause, non seulement le droits des femmes à disposer de leur corps est loin d’être un universel mais il est en régression dans différents pays et même européens. Si depuis le 1er janvier 2019, l’avortement est légal en Irlande suite à un referendum qui a vu 66,4 % des électeurs voter en faveur de la fin de l’interdiction de l’IVG… - en Pologne celle-ci n’est permise que s'il y a eu viol ou inceste et en cas de malformations fœtales graves - un projet de loi était même en cours il y a peu, pour interdire l'avortement en cas de malformation du fœtus. Et en Italie, 70% des médecins refuseraient de pratiquer des IVG, un taux qui atteindrait 93% dans le sud du pays. 

Quant aux Etats-Unis, si l'avortement est légal depuis 1973, les Américaines n'ont pas le même accès à l'avortement selon les États. Kansas, Texas, Mississippi, Kentucky, Alabama... ils sont nombreux à passer des lois de plus en plus restrictives.

L’occasion de revenir sur deux femmes, deux avocates qui, au début des années 70, se sont battues pour l’avortement. Une américaine, Sarah Weddington, à l’origine de la dépénalisation, et une française, Gisèle Halimi, dont la vie (l’enfance, l’adolescence), comme on le verra, éclaire tant cette " rage sauvage ", comme elle dit elle-même, qui la porta si puissamment vers la cause des femmes.

Sans oublier un détour par la Belgique et des archives qui ne cessent d’étonner…

A retrouver ce samedi 18 avril dès midi dans Radio Caroline avec Olivier Monssens.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK