Queen : le Top 10

queen votes
11 images
queen votes - © Tous droits réservés

Voici les résultats de vos votes pour le Top 10 de Queen.

Du 13 au 19 novembre vous pouviez choisir vos 10 titres favoris parmi tous les albums de Queen et ainsi réaliser votre Top. L’aboutissement : l’histoire de chaque titre plébiscité racontée par Marc Ysaye que nous vous diffusons du 7 au 11 décembre 2009. Les résultats s'afficheront au jour le jour à partir de ce lundi 7.

N°1: Bohemian Rhapsody

Bohemian Rhapsody de Queen fait partie de ces titres légendaires ayant récolté un énorme succès malgré un format particulièrement différent de celui des autres tubes de la bande FM.

 

En effet Queen va prendre un gros risque en proposant « Bohemian Rhapsody » comme premier single de son ambitieux album « A Night At The Opera ». Ce titre n’a, à priori, rien du format des tubes habituels. Déjà, il a une durée de près de 6 minutes, on est loin des 3.30 des singles habituels. Mais ce n’est pas tout, le titre est divisé en 3 sections très différentes l’une de l’autre ce qui lui donne un structure assez complexe, presque progressive. Encore une fois, on est très loin de la simplicité des tubes diffusé massivement en radio dans les années 60 et 70. 

 

Bohemian Rhapsody est écrit par Freddie Mercury. Quand il propose, pour la première fois, ce titre au reste du groupe et au producteur, Roy Thomas Baker, ceux-ci sont plutôt surpris. En effet, à peine après avoir terminé la première partie qu’il chante accompagné par son piano, il s’arrête et net et déclare tout de go « Voila, et là, on commencera la partie opéra ! ». Les autres sont habitués aux attitudes et aux idées plutôt extravagantes de Mercury, mais là, ils ne pigent plus rien. Une partie opéra ? Freddie aurait-il perdu la tête ?

 

Mais Freddie a déjà tout le schéma en tête du titre , il sait très bien ce qu’il veut, c’est extrêmement clair dans sa tête et tout le groupe va se mettre au boulot pour mettre en musique ce morceau, certes complètement fou, mais aussi absolument génial de Freddie Mercury.

 

Freddie Mercury s’exprimera rarement sur la signification profonde de ses textes, prétextant souvent qu’il ne peut pas les expliquer et qu’il préfère que l’auditeur laisse libre cours à son imagination. Dans les paroles de « Bohemian Rhapsody », on retrouve cependant certains éléments qui font référence au passé de Freddie.

 

Dans la section opéra, Freddie utilise de nombreux termes que l’on retrouve dans le Coran. Notamment « Bismillah », qui signifie littéralement « au nom d’Allah ». « Scaramouch », « Beelzebub » (le diable) sont également des termes issu du Coran. Les parents de Freddie étaient     ‘zoroastriste’ (pratiquaient le Zoroastrisme) et ces termes étaient souvent utilisés à la maison, quand Freddie était enfant.

 

La référence à Galilée (Galileo) est plus que probablement un clin d’œil à Brian May, passionné depuis toujours d’astronomie.

 

Le groupe va travailler sans relâche sur « Bohemian Rhapsody ». 3 semaines seront consacrées uniquement à l’enregistrement de ce titre (précédées par 3 semaines de répétitions intensives). Plus de 180 prises vocales seront enregistrés par Freddie Mercury, Brian May et Roger Taylor pour les besoins du morceau. 70 heures seront nécessaires uniquement pour l’enregistrement de la partie opéra et 5 studios seront utilisés pour l’enregistrement général. Bref, « Bohemian Rhapsody » représentera l’un de plus grands budgets de l’histoire du rock concernant l’enregistrement d’un single.

 

Quand Queen présente son titre terminé à sa maison de disque, celle-ci fait la grimace. Comment un tel morceau pourrait fonctionner en single, les radios du monde vont le refuser, c’est certain.

 

Roger Taylor expliquera bien plus tard : « Les maisons de disque de deux côtés de l’Atlantique ont essayé de couper le morceau, de le rééditer, ils disaient tous qu’il était trop long et que ça ne pouvait pas marcher. Nous pensions ‘Bien, on ne peut pas le couper, le morceau n’aurait plus de sens…’ On n’imaginerait d’ailleurs pas le morceau autrement aujourd’hui. Donc on a dit non. Le morceau sortirait comme ça on ne le sortirait pas ».

 

Le groupe arrive à sortir le single sur le marché anglais, il est confiant et a raison puisque « Bohemian Rhapsody » se hisse directement à la première place. Queen a cependant des doutes concernant le marché américain et quelle n’es

N°2: Innuendo

« Innuendo » est un des grands classiques de Queen. Tout comme ce fut le cas pour Bohemian Rhapsody, le groupe va prendre un risque en proposant ce morceau comme premier single promo de leur album du même nom.

 

« Innuendo », le single, sort le 14 janvier 1991 soit quelques semaines à peine avant la sortie de l’album. La comparaison avec « Bohemian Rhapsody » est évidente, c’est un titre osé, long, sa structure est complexe et… à nouveau Queen arrivera à l’imposer au sommet des hits parades un peu partout dans le monde.

 

La genèse d’ « Innuendo » remonte à une jam que le groupe réalise au Mountain studio à Montreux dans le courant de l’année 89. Brian, Roger et John sont en train de jammer sur un thème musical. Freddie l’entend à travers la porte du studio, entre, et déclare « Excellent, j’aime ça ! ». Il rejoint alors les 3 musiciens et commence à les accompagner. 

 

Freddie ne tarde pas et commence à écrire des paroles pour ce nouveau titre qui n’a pas encore de nom. Ce sera « Innuendo ». Freddie déclarera plus tard avec tout l’humour que le caractérisait : « Innuendo était un mot que j’utilisais régulièrement au Scrabble. Pour Queen, c’était le titre parfait ».

 

Mais, alors que Freddie se lance dans la réalisation des enregistrements de synthés en compagnie du producteur David Richards, il laisse de côté les paroles du morceau et c’est ainsi que Roger Taylor écrira la majorité de celles-ci.

 

Le thème du morceau rappelle évidemment le « Kashmir » de Led Zeppelin. Les membres de Queen ont toujours été de très grand fan du Zep, ils ont d’ailleurs effectué la première partie de Led Zeppelin au tout début de leur carrière.

 

« Innuendo » peut donc ainsi être vu comme un hommage à Led Zeppelin. Freddie Mercury expliquera : « Je dirai que pour moi, Led Zeppelin, c’était le meilleur groupe de rock, et Robert Plant est un chanteur très original, qui a un véritable style bien à lui. En tant que groupe rock, ils ont bien mérité le succès qu’ils ont connu » (on notera que Robert Plant chantera « Innuendo » lors du célèbre concert hommage à Freddie Mercury qui aura lieu à Wembley le 20 avril 1992)

 

Freddie sera particulièrement impliqué dans l’écriture du passage du milieu du morceau, avec le synthé donc mais aussi avec les parties de guitare flamenco.

 

Tout à fait par hasard, Steve Howe, le guitariste de Yes, passe par le Mountain Studio de Montreux, question de dire bonjour à David Richards, producteur avec qui il a souvent travaillé. Freddie le reconnaît - Queen et Yes se fréquentaient dans la fin des années 70  - et lui demande s’il souhaite participer au morceau, surtout dans le passage flamenco dans lequel il serait peut être plus à l’aise que Brian May. On écoute Steve Howe nous parler de ce moment magique au micro de LRI et puis on écoutera ce magnifique titre « Innuendo »… XXX

N°3: We Will Rock You

Le 7 octobre 1977, Queen sort un 45 tours qui va profondément marquer l’histoire du rock. En effet, sur ce disque figure deux énormes succès : « We Are The Champions » sur la Face A (un titre composé par Freddie Mercury) et «We Will Rock You » sur la Face B (titre composé par le guitariste Brian May). Ces deux titres seront toujours liés et considérés comme des « titres frères » puisque Queen ne manquera pas d’enchainer régulièrement ces deux tubes sur scène. L’histoire de « We Will Rock You » est simple, nous sommes en 1977 et le punk a envahit la scène musicale britannique. Queen est à la recherche d’un titre simple, une sorte d’hymne direct, accrocheur qui serait bien différent de certains de leurs titres à la construction assez complexe.

 

D’ailleurs, alors qu’ils sont en train d’enregistrer l’album « News of The World », sur lequel figure « We Will Rock You, le groupe Queen se retrouve, l’espace de quelques jours, voisin des Sex Pistols.

 

Le bassiste des Pistols, Sid Vicious, qui n’en rate jamais une quand il s’agit de provoquer, débarque un jour à l’improviste dans le studio de Queen et lance à Freddie Mercury, « Ah oui, c’est toi le fameux Freddie machin qui s’amuse à populariser le ballet auprès des masses ? ». Freddie, qui ne manquait pas de répartie, lui réplique alors « Tout à fait Monsieur Ferocious (monsieur féroce en référence à Vicious), ne vous inquiétez pas pour nous mon cher Monsieur, nous faisons tout notre possible pour y arriver ».

 

 La simplicité et l’efficacité de « We Will Rock You » peut ainsi être vue comme une réponse directe aux punks mais c’est aussi pour le groupe une façon de rendre hommage à son public en lui offrant un titre qu’il pourra facilement chanter en concert.

 

Brian May expliquera en 2002 : « ‘We Will Rock You’ a été réalisé durant une phase bien particulière de la carrière du Queen durant laquelle le public commençait à devenir une partie intégrante de notre show et finissait même pas devenir plus important que nous. Ils chantaient tous les titres. Dans une ville comme Birmingham, par exemple, ils criaient tellement fort qu’on devait s’arrêter et les laisser chanter seul. Donc, aussi bien Freddie que moi avons pensé qu’il serait intéressant d’écrire un titre spécialement pour le public, un titre dans lequel il y aurait de l’espace pour le laisser participer. Je pensais que tout le monde pouvait taper dans ses mains en chantant quelque chose de simple, c’est pour ça que l’on a écrit ‘We Will Rock You’. Nous l’avons enregistré au Basing Street studio qui était en fait une ancienne église reconvertie en studio d’enregistrement parce que le son était naturellement très bon sur place. Il n’y a pas de batterie sur ‘We Will Rock You’. C’est juste nous en train de frapper dans les mains et de taper les pieds sur les planches, le tout augmenté par un effet très primitif de ‘delay’ qui donne l’impression que l’on est un public entier. Ensuite, il y a peu de chant, un peu de guitare, et ç’est tout ! Le truc qui est génial, c’est que quand on va voir un match de foot ou même dans d’autres disciplines, on entend le public frapper dans les mains, taper des pieds et chanter ‘We Will Rock You’. C’est très gratifiant de se rendre compte qu’on fait maintenant partie du folklore, d’une certaine façon. Je mourrai heureux rien que pour ça … »

N°4: The Show Must Go On

“The Show Must Go On » est un peu le chant du cygne de Freddie. Lorsqu’il enregistre l’album « Innuendo » (sur lequel figure « The Show Must Go On »), Freddie sait qu’il ne lui reste plus longtemps à vivre. Avant l’enregistrement de l’album, il avoue au reste du groupe qu’il est atteint du SIDA, il avait jusque là caché sa maladie (du moins, il ne l’avait pas encore évoquée). L’enregistrement d’ « Innuendo » prend alors une autre tournure. Pas question de catastrophisme, ni de compassion, il est juste question ici de compréhension, et, certains des titres de l’album évoqueront la fin du parcours, la mort, mais avec beaucoup de dignité.

 

 Freddie, avec tout son talent, pourra évoquer la mort avec humour (« I’m Going Slightly Mad »), de façon très rock’n’roll (le très hard « The Hitman ») ou encore avec retenue et une certaine forme de nostalgie (le superbe « These Are The Days of Our Lives » écrit par Roger pour Freddie).

 

« The Show Must Go On » sera vraiment un effort de groupe, les 4 membres de Queen assemblant leurs idées pour écrire ce superbe morceau.

 

Brian May déclarera, bien plus tard : «  L’origine de ‘The Show Must Go On ‘ remonte à une séquence musicale sur laquelle Roger et John avaient commencé à travailler. Ensuite, j’avais ajouté mes parties guitares dessus. Au tout début, ce n’était qu’une petite séquence avec quelques accords, mais j’avais cette sensation – un peu étrange – que ça allait devenir quelque chose d’important. Et j’ai commencé à travailler intensivement sur ce titre, avec beaucoup de passion. Je me suis assis près de Freddie, on a décidé ensemble du thème de la chanson et nous avons commencé à écrire le premier couplet. Il a eu une longue histoire ce titre, mais j’ai toujours pensé que ce serait un morceau important pour nous, parce qu’on parlait de choses difficiles qu’on arrive mal à formuler avec des mots, mais, grâce à la musique, on peut arriver à exprimer, à sortir ces choses … »

N°5: Brighton Rock

« Brighton Rock » est véritablement l’un des sommets de l’album « Sheer Heart Attack », sur ce titre Brian May nous prouve, à nouveau, tout son talent.

 

« Brighton Rock » est construit autour d’un solo de guitare que Brian May déclinera tout au long de sa carrière, solo qu’il expérimentera la première fois sur scène alors que Queen - encore complètement inconnu à l’époque - assurait encore la première partie de Mott The Hoople.

 

On notera d’ailleurs que Tony Iommi, le guitariste de Black Sabbath, incorporera une partie du solo de « Brighton Rock » au sein de son propre solo de guitare qu’il proposait lors des concerts de Sabbath (Iommi et Brian May sont de très bons amis depuis très longtemps et se sont souvent influencés mutuellement)

 

« Brighton Rock » était prévu initiallement pour l’abum « Queen 2 », mais, pour des raisons de timing il ne sera pas terminé à temps et ouvre donc l’album suivant « Sheer Heart Attack ».

 

Au tout début du morceau, on entend d’ailleurs une évocation (sifflée) de « I Do Like To Be Beside The Seaside », un vieux titre britannique de Music Hall datant du tout début du 20ème siècle signé par John A. Glover-Kind. Queen évoquait déjà ce morceau à la fin de « Queen 2 », sur le dernier titre de l’album « Seven Seas of Rhye ».

 

Ainsi « Queen 2 » finissait avec « I Do Like To Be Beside The Seaside » et « Sheer Heart Attack », l’album suivant, débutait lui avec une évocation de ce morceau, la boucle était donc bouclée…

 

Sur « Brighton Rock », Brian May va utiliser un effet bien particulier, qui avait été utilisé bien avant notamment par les Shadows, une sorte de retardateur de guitare qui lui permettra de retarder certains sons donnant l’impression que 3 guitaristes jouent en même temps…

 

Brian May, qui sera toujours très friand d’expérimentations sonores, avait, pour rappel, construit lui même sa propre guitare quand il était jeune garçon et ce avec l’aide de son père.

 

Mais de quoi parle finalement « Brighton Rock » ? C’est très simple, il parle simplement de la ballade de deux amoureux à Brighton, Brighton une ville côtière du Sud-Est de l’Angleterre qui est également l’une des plus célèbres stations balnéaire anglaise. Autrement dit, si on adaptait ce « Brighton Rock » en version « belge », c’est un peu comme si Brian May nous parlait de la ballade de deux amoureux en vacances à La Panne… c’est aussi simple que ça …

 

D’après nos recherche, Brighton Rock n’est pas que le nom que d’une chanson de Queen, c’est aussi le nom d’un bonbon très réputé vendu généralement au touriste qui visitent Brighton (et donc peut être la souce d’inspiration de Brian pour le nom de ce titre ?)

 

On notera que si on remarque clairement l’influence de Jimi Hendrix sur le jeu de Brian sur « Brighton Rock », celui-ci inspirera aussi de nombreux artistes par la suite, notamment Metallica (ces espèces d’attaque/réponse guitare/batterie deviendront un véritable modèle musical pour James Hetfield et Lars Ulrich quand ils ‘fabriqueront’ le son de Metallica). Metallica qui reprendra d’ailleurs un extrait de l’album « Sheer Heart Attack » sur scène et en studio, le célèbre « Stone Cold Crazy ».

N°6: Killer Queen

Extrait de l’album « Sheer Heart Attack », le troisième album de Queen sorti en novembre 74, « Killer Queen » sera le premier véritable tube de la carrière du groupe. Pourtant, alors qu’il l’écrit, Freddie Mercury ne se rend pas tout de suite compte de l’énorme potentiel du morceau. Pour lui, c’est juste une partie de l’album « Sheer Heart Attack », rien de plus.

 

Freddie Mercury avouera avoir écrit ce morceau très rapidement. Il l’expliquera lors d’une interview réalisée à l’époque de la sortie de « Sheer Heart Attack » : « Ah, ‘Killer Queen’, je l’ai écrit en une nuit ! Ce n’est pas pour être prétentieux ou quoi que ce soit, mais c’est juste arrivé comme ça, naturellement. Ca arrive parfois... Maintenant, un titre comme ‘March of The Black Queen’ par exemple, m’a pris beaucoup beaucoup plus de temps, c’était interminable. Mais pour ‘Killer Queen’, j’ai commencé à griffoné les mots un samedi soir et le lendemain matin, tout était en place, j’avais les paroles du morceau mais j’ai continué à travailler dessus toute la journée du dimanche. C’était tout, j’avais mon morceau, c’est arrivé come ça. Certaines chansons arrivent comme ça, sans aucun effort, et sur d’autres, il faut travailler dur. On est assez particulier dans le groupe. On ne fait jamais de demi-mesures et je suis particulièrement sevère vis à vis de mon propre travail. Il n’y a pas de compromis. Si une chanson ne me semble pas tout à fait bonne, je la jette, c’est tout ».

 

Dans Killer Queen, Freddie veut montrer que les gens dit ‘huppés’, ‘raffinés’, peuvent aussi agir de façon tout à fait grossière et indélicate. C’est une sorte de paradie de la haute bourgeoisie britannique de l’époque.

 

Brian May est particulièrement fier du solo qu’il a signé sur « Killer Queen ». Pour lui, c’est un des meilleurs de sa carrière. Il faut dire que, quand il entrera en studio pour enregistrer le solo du morceau, il sera particulièrement motivé… En effet, il sortait tout juste de l’hopital, après avoir passé quelques semaines là-bas suite à une jaunisse qui l’avait particulièrement abattu et cloué au lit. De retour en studio, il était donc plus motivé que jamais en se remettant au boulot et a donc enregistré un très très bon solo …

 

« Killer Queen » sort le 11 octobre 1974, le morceau fonctionne extrêmement bien. Il se classe à la 2ème place des charts en Angleterre et dans le TOP 20 aux Etats-Unis (une première pour le groupe). Grâce à « Killer Queen », la carrière du groupe est enfin lancée …

N°7: Love of My Life

« Love of My Life » est indubitablement l’une des plus belles ballades de la carrière de Queen. Elle figurait d’origine sur le très ambitieux « A Night At The Opera » sorti en 1975.

Sur l’album, le titre – une composition de Freddie Mercury – est interprété principalement au piano par Freddie. Brian May l’accompagne à la guitare mais également à la harpe. May, s’il est bien un pro de la guitare, n’est pas vraiment pro de la harpe et l’enregistrement du titre ne se fait pas sans mal…

Brian May : « En fait j’ai perdu plus de temps à accorder l’instrument qu’à enregistrer le morceau. C’était un véritable cauchemard parce qu’à chaque fois que j’essayais d’enregistrer, il y a quelqu’un qui ouvrait la porte du studio, la température changeait et la harpe se désaccordait. J’aurai détesté devoir jouer de la harpe sur scène, heureusement je ne l’ai jamais fait. J’ai vraiment du apprendre sur le tas comment en jouer, voir comment cela fonctionnait avec la pédale etc, et j’ai donc enregistré la section harpe petit morceau par petit morceau ».

 

Sur scène, le morceau prendra une toute autre tournure. En effet, le morceau sera réadapté à la guitare et, principalement dans les années 80, ce morceau sera l’un des moments forts des concerts de Queen.

 

Freddie et Brian joueront ce titre en duo, sur l’avant de la scène, de façon très intimiste, un peu comme si ces énormes stades ou énormes salles dans lesquelles le groupe jouait à l’époque se transformaient, l’espace de quelques minutes, en un petit club de blues-rock à l’atmosphère feutrée.

 

Cela arrangera beaucoup Freddie, il avouera, en 81, avoir complètement oubliée la partion originale du morceau au piano : « Love of My Life est adapté sur scène à la guitare mais je l’ai écrite au piano. J’ai complètement oublié l’originale, et, si vous me demandiez de la rejouer là maintenant, j’en serai incapable. Parfois, je suis obligé de revoir mes anciennes notes, mais souvent je n’arrive pas à les relire moi-même… »

 

Lors des concerts de Queen, «  Love of My Life » sera surtout un grand moment pour les fans puisque Freddie leur laissera alors beaucoup de place pour s’exprimer en chantant la plupart des paroles du morceau…

 

Freddie Mercury : « Quand on jouait ‘Love of My Life’ sur scène le public savait instinctivement qu’il devait le chanter. C’était génial à voir. Il n’y avait pas besoin de leur dire, les gens se mettaient automatiquement dans leurs rôles. J’aime qu’un public nous réponde comme ça. Peut être que parfois, on souhaiterait qu’ils s’asseyent et écoutent nos morceaux sagement, mais on reçoit tellement plus d’eux quand ils s’enflamment comme ça… Leur réaction fait sortir le meilleur de moi-même ».

N°8: Another One Bites The Dust

« Another One Bites The Dust » est véritablement le ‘bébé’ du bassiste de Queen, John Deacon. En plus d’avoir écrit le titre, John Deacon joue de pratiquement tous les instruments sur le titre : de la basse (bien entendu) mais également  de la guitare rythmique, la guitare solo, du piano ainsi que quelques percussions.

 

Mais, si c’est bien John Deacon qui sera à l’origine du morceau, le titre prendra forme en studio et les 3 autres autres membres du groupe (Freddie, Brian et Roger) ajouteront eux aussi leurs propres idées. Brian May ne sera pas en reste et jouera aussi de la guitare sur le titre.

 

John Deacon va écrire « Another One Bites The Dust » après avoir rendu visite au groupe Chic qui était alors en train d’enregistrer son célèbre «  Good Times » .

 

Oui, bien entendu, on entend une réelle ressemblance entre le riff de « Good Times » de Chic et celui d’ « Another One Bites The Dust ». Cependant, Nile Rodgers, leader du groupe, ne sera pas fâché par cet emprunt mais bien par un autre élément nettement plus agaçant…
 

Nile Rodgers : « Oui, ce morceau de Queen est sorti parce que leur bassiste avait passé pas mal de temps avec nous en studio. Mais, ça c’est ok, ce n’est pas grave. Ce qui est grave, par contre, c’est que la presse a commencé à dire qu’on leur avait piqué leur riff. Vous pouvez croire ça ? ‘Good Times’ est sorti facilement un an avant, mais il n’était pas pensable pour les gens à l’époque que des black aient pu créer quelque chose d’aussi innovant ».

 

Queen à peine le morceau terminé, hésite à le sortir en single. En effet, ce titre est bien différent de ce à quoi le public du groupe est habitué. Il s’agit ici d’un titre dansant, qui pourrait cartonner dans les boites, mais normalement, ce n’est pas ce public que Queen visait.

 

 Michaël Jackson, qui est alors un fan absolu de Queen et qui va alors régulièrement voir le groupe sur scène, persuade les musiciens de sortir « Another One Bites The Dust » en tant que single. Jackson, encore une fois, aura vu juste, le titre sera un carton planétaire notamment aux Etats-Unis où le titre se classera à la première place des hits parades, ce qui fera de « Another One Bites The Dust » le second numéro 1 US de Queen(le premier ayant été « Crazy Little Things Called Love » sorti un an plus tôt).

 

Pour l’anecdote, on précisera que Sylvester Stallone souhaitera utiliser « Another One Bites The Dust » pour son Rocky III, mais, n’arrivant pas à obtenir les droits d’utilisation du morceau, il fera enregistrer le titre « Eye Of The Tiger » par le groupe Survivor pour remplacer « Another One Bites The Dust » en tant que thème principal de son film.

N°9: We Are The Champions

Véritable petit frère musical de « We Will Rock You » (qui sera d’ailleurs sa face B sur l’incroyable 45 tours « We Are The Champions/We Will Rock You » qui sortira le 7 octobre 1977) , « We Are The Champions » est véritablement l’hymne sportif par excellence. D’ailleurs Freddie Mercury va véritablement l’écrire dans ce sens, il expliquera lors d’une interview : « Je pensais au football quand j’ai écrit ce titre. Je voulais un morceau dans lequel les autres pouvaient participer, quelque chose que les fans pourraient reprendre à tue-tête. Bien entendu, j’y ai ajouté un côté théâtral bien plus subtil que ce que l’on retrouve d’habitude dans la plupart des chansons de fans de foot. Je suppose qu’on peut le voir aussi comme ma version de ‘I Did It My Way’. Nous l’avons fait, mais ce n’était pas du tout facile à faire. Le titre a été repris par les fans de foot parce que c’est une chanson de gagnants. Je n’arrive pas à croire que personne n’a écrit un autre morceau dans le genre depuis, un titre qui pourrait le déclasser »

 

Cette interview date de plusieurs années et, malheureusement, Freddie Mercury ne sera plus là pour assister au succès d’un autre tube qui deviendra très populaire chez les fans de foot et de sport en général, le « Seven Nation Army » des White Stripes, qui, bien qui n’égalera pas en terme de qualité le « We Are the Champions » de Queen, sera, lui aussi, d’une efficacité redoutable.

 

Bien entendu, à sa sortie, « We Are The Champions » sera un énorme succès partout dans le monde. Aujourd’hui, on ne compte plus le nombre de références à ce titre dans les championnats sportifs (bien évidemment) mais également au cinéma, à la télévision, dans des spots publicitaires etc. Freddie Mercury voulait écrire un hymne rock, un hymne qui survivrait au temps et aux modes et il a tout à fait réussi …

N°10: ‘39

Brian May ne l’a jamais caché, c’est un grand fan d’astronomie. Avant de devenir guitariste, il sera d’ailleurs diplomé en astrophysique. En 2007, il deviendra d’ailleurs Docteur en astrophysique et terminera donc sa thèse, plus de 30 ans après l’avoir débuté.

Un astéroïde porte d’ailleurs son nom (l’Asteroid 52665 Brianmay pour être plus précis). Et, si l’on vous parle de tout ça, c’est parce que le titre « ‘39 » fait référence à ce monde qui passionne Brian depuis sa plus tendre enfance.

« ‘39 » raconte en fait l’histoire d’un astronaute qui voyage dans l’espace à la vitesse de la lumière. Mais, alors qu’il rentre chez lui en compagnie de son équipe, plus de 100 ans ont passé sur terre et sa femme, sa famille et ses enfants sont tous morts. Il a alors le même age que ses petits enfants.

 Pour écrire ce morceau et cette histoire, Brian May va fortement s’inspirer d’une histoire d’Herman Risse intitulée « The River ».

Pour l’anecdote,  « ‘39 » est aussi chronologiquement le 39ème morceau de Queen à être paru sur un album.

Sur la version studio de ce titre, c’est Brian May et non pas Freddie qui chante la voix principale (Freddie se contente de chanter les chœurs). Roger Taylor sera aussi très présent sur la version studio dans les chœurs, il arrivera notamment à monter particulièrement haut lors de certains passages du morceau.

Sur scène, les choses seront différentes, ce sera Freddie qui chantera le morceau à la place de Brian.

 

Lors du célèbre concert hommage à Freddie Mercury ayant eu lieu le 22 avril 1992 à Wembley, c’est George Michaël qui chantera ce titre accompagné, ce soir-là, par Brian, Roger et John, un titre qu’il cloturera en précisant que c’était un de ses titres favoris de Queen et qu’il l’écoutait en boucle quand il était jeune et passait beaucoup de temps dans le métro londonien…

Et aussi