Plus de 600 artistes unis pour demander de l'aide

Plus de 600 artistes unis pour demander de l’aide
Plus de 600 artistes unis pour demander de l’aide - © Flashpop - Getty Images

Plusieurs centaines d’artistes, d’acteurs et de comédiens, ont apposé leur signature sur une lettre adressée au Congrès Américain pour demander de l’aide pour les salles de concerts indépendantes qui luttent pour leur survie depuis le début du lockdown.

Parmi eux, des noms tels qu’Ozzy Osbourne, Robert Plant, Foo Fighters, Alice Cooper, Neil Young, Alter Bridge, Trent Reznor, Alan Parsons, Duff McKagan, Black Stone Cherry, Gary Clark Jr, Kvelertak, Queensryche, Zakk Wylde, Halestorm, Gwar, Joni Mitchell et Bob Weir.

Dans cette lettre, les artistes demandent une assistante pour ce réseau indépendant et ses organisateurs aux USA.

"Nous saurons que l’Amérique est "de retour" quand nos salles seront emplies de fans qui pourront profiter de concerts en toute sécurité. L’expérience de la musique live fait intrinsèquement partie de notre culture nationale et de notre économie. 53% des Américaines, soit 172 millions de personnes, ont assisté à un concert l’an dernier."

"Nous vous demandons de vous souvenir de manière urgente que nous sommes le pays qui a donné naissance au jazz, à la country, au rock’n’roll, au bluegrass, au hip hop, au metal, au blues, et au R&B. Le divertissement est un pan gigantesque de notre économie à l’export, avec des chansons écrites et produites par des artistes américaines chantés et diffusé partout dans le monde."

"Toute cette diversité musicale peut exister grâce aux artistes et aux lieux pour les accueillir. Là où le public vient écouter, se rassembler, et faire grandir cet amour et cette joie."

"C’est dans les petites salles indépendantes que tout commence pour les artistes à leurs débuts. Et ce sont les premières qui ont dû fermer leurs portes et les dernières qui auront le droit de les rouvrir. Sans revenu, et avec les charges à payer, 90% des salles devront mettre la clé sous la porte dans les six mois. Et sans assistance fédérale, elles ne rouvriront jamais."

"Nous vous demandons de soutenir cette demande de la NIVA et de débloquer ces aides pour que ces lieux puissent reprendre leurs activités quand ce sera possible et accueillir à nouveau nos fans. La disparition de ces salles, de cet élément crucial de notre écosystème de l’industrie musicale, serait dévastatrice."

On apprenait, le 11 juin dernier, que selon une nouvelle étude menée par la National Independent Venue Association (NIVA), la plupart des petites salles de concert indépendantes devront fermer leurs portes, suite à la pandémie que nous connaissons actuellement.

Aux USA, 2000 membres répartis sur 50 états ont participé au sondage, et le résultat serait de 90% de fermeture définitive dans les mois à venir sans aide fédérale.

NIVA a donc récemment envoyé une demande au Congrès pour demander une aide urgente, vu les circonstances.

En Belgique, plusieurs initiatives sont également lancées, comme LIVE2020 : un fonds de solidarité pour le secteur de la musique live en Belgique et le Belgian Music Fund. Dans un secteur culturel durement frappé par l’impact de la crise sanitaire, l’industrie musicale belge n’a pas été épargnée. Entre les tournées annulées, les sorties d’album reportées ou les enregistrements avortés, les artistes sont fragilisés et leur avenir est en péril.

Pour répondre aux besoins socio-économiques urgents du secteur de la musique, PlayRight + et Sabam For Culture, en collaboration avec le FACIR et la GALM, ont créé le Belgian Music Fund. En unissant leurs forces, les fondateurs ont la volonté d’offrir un soutien concret et durable à tous les artistes belges, tous genres musicaux confondus. Personnes clé, expertises, moyens techniques et financiers… Autant de ressources pour renforcer la place dans la société de celles et ceux qui sont directement impliqués dans la création, l’enregistrement, l’exécution, l’exploitation et la promotion de la musique.

Newsletter Classic 21

Recevez chaque jeudi matin un aperçu de la programmation à venir.

OK